Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

David Shambaugh et Gudrun Wacker (éd.), American and European Relations with China. Advancing Common Agendas

Berlin, Stiftung Wissenschaft und Politik, juin 2008, 144 p.
Jean-Pierre Cabestan
p. 132-135

Texte intégral

1Ce mince mais dense ouvrage a pour objectif d’évaluer les différences et les convergences entre les politiques chinoises des États-Unis et de l’Union européenne (UE). Fruit de contributions présentées à un colloque organisé par l’institut éditeur en février 2008, ce volume de grand format (A4) reflète l’état de ces relations à la veille des jeux Olympiques de Pékin, de l’élection de Barack Obama et surtout de la crise financière qui frappe actuellement l’ensemble de la planète. En ce sens, cet ensemble de courts articles est largement inscrit dans le temps. Et comme son sous-titre l’indique, ce livre est destiné plus à influencer les politiques des gouvernements concernés qu’à apporter une contribution supplémentaire à la riche littérature existante sur les relations sino-américaines et sino-européennes.

2Cela étant, rédigés par des spécialistes qui comptent parmi les meilleurs connaisseurs de la politique étrangère et de sécurité de la Chine des deux côtés de l’Atlantique1, les chapitres de ce volume n’en sont pas moins pertinents et riches d’enseignements pour la période incertaine qui s’ouvre aujourd’hui. Ils mettent évidemment en lumière des différences structurelles bien connues entre les approches américaine et européenne de la Chine : du fait de son rôle stratégique en Asie-Pacifique, Washington ne peut appréhender Pékin qu’à travers un prisme où le différend taiwanais, la modernisation militaire de l’Armée populaire de libération et la montée en puissance de la Chine dans la région contrebalancent, et souvent relèguent au second plan, les questions commerciales et politiques, telles que les droits de l’homme ou la bonne gouvernance. Et la tentation d’endiguement de la République populaire est restée présente outre-Atlantique. Inversement, l’UE conçoit avant tout la Chine comme un partenaire économique et diplomatique dont il faut favoriser le développement intérieur et l’intégration dans la communauté internationale. En d’autres termes, pendant longtemps, l’UE s’est montrée incapable de formuler une politique chinoise prenant en compte les questions de sécurité. En 2003, la volonté franco-allemande de lever l’embargo sur les ventes d’armes à la Chine décidé au lendemain de Tiananmen l’a bien montré. Les raisons avancées par Gerhard Schröder et Jacques Chirac étaient alors une amélioration relative de la situation des droits de l’homme dans ce pays, omettant de se soucier de l’évolution de l’équilibre des forces dans le détroit de Taiwan.

3Toutefois, en même temps, le débat sur l’embargo qui s’en est suivi a contribué à remettre en cause cette trop simple dichotomie entre Européens et Américains.

4Provoquant une montée des tensions transatlantiques, ce projet a à la fois contraint les États-Unis à ouvrir un dialogue direct avec l’UE à propos de la Chine et les partisans européens de la levée de l’embargo de prendre en compte l’impact stratégique d’une telle décision.

5Le colloque qui est à l’origine de cette publication s’inscrit justement dans ces échanges de vue réguliers dits second track que les experts américains et européens de la Chine ont développé depuis. Non pas que ces spécialistes ne se voyaient pas auparavant. Mais à bien des égards, lorsqu’ils envisageaient les relations de leur pays avec la Chine, les premiers (et les décideurs qui les consultaient) ne considéraient pas comme primordial de prendre en considération le point de vue et les intérêts des seconds (et des gouvernements qu’ils conseillaient).

6D’une certaine manière, ce dialogue et cet ouvrage témoignent de la montée en influence - sinon en puissance - de l’UE en Asie comme de l’impor tance qu’ont prise, dans les relations internationales de l’après guerre froide, non seulement les questions économiques et commerciales, mais aussi les problèmes globaux, tels le réchauffement climatique, le développement durable et la bonne gouvernance.

7Ce livre montre aussi que l’échec de la levée de l’embargo en 2005 a contribué à accroître les sujets de convergence transatlantique à propos de la Chine : montée des irritants commerciaux sino-européens du fait du creusement de l’excédent chinois, agacement croissant des opinions publiques européennes face à la modestie des progrès de la Chine en matière de droits de l’homme en dépit des programmes généreux de coopération mis en place par l’UE dans ce domaine, et prise de conscience tardive du caractère fondamentalement néo-réaliste des rapports entre États en Asie-Pacifique (et dans l’ensemble du monde hors UE).

8Pour autant, les États-Unis et l’UE ne peuvent espérer développer le même type de relations avec la Chine, y compris depuis l’élection d’Obama. Comme le rappellent plusieurs contributions, l’UE n’est pas une puissance à proprement parler et n’influence que de manière indirecte et secondaire la donne stratégique en Asie- Pacifique. Mais aussi, et ce livre n’insiste pas assez sur cette faiblesse, les positions et les intérêts au sein de l’UE elle-même sont loin de toujours converger. Par exemple, si la concurrence commerciale qui peut opposer les États membres est connue (notamment entre la France et l’Allemagne), celle qui a trait à l’exportation des divers systèmes de droit l’est moins (entre droits continentaux et Common Law) et pourtant cette compétition, parfois stérile, freine toute action coordonnée de l’UE dans le domaine juridique ou des droits de l’homme.

9Enfin, ce que cette collection d’articles indique clairement, c’est que le débat sur l’intégration de la Chine dans la communauté internationale, son acceptation complète ou au contraire sélective du multilatéralisme ou ses intentions révisionnistes divise autant les Américains que les Européens. Politique d’engagement de la Chine oui, mais engagement aveugle, non ! En tout cas, vigilance et concertation euro-américaines toujours recommandées ! L’on ne peut que souscrire à ces sages conseils.

01/04/2009

01/04/2009

fr

132-135

1 Outre les coordonnateurs, Rick Baum, Bates Gill, François Godement, Harry Harding, Nick

10Lardy, Eberhard Sandschneider, Margot Schüller et Michael Swaine.

Haut de page

Notes

1 Outre les coordonnateurs, Rick Baum, Bates Gill, François Godement, Harry Harding, Nick

Lardy, Eberhard Sandschneider, Margot Schüller et Michael Swaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Cabestan, « David Shambaugh et Gudrun Wacker (éd.), American and European Relations with China. Advancing Common Agendas », Perspectives chinoises, 2009/2 | 2009, 132-135.

Référence électronique

Jean-Pierre Cabestan, « David Shambaugh et Gudrun Wacker (éd.), American and European Relations with China. Advancing Common Agendas », Perspectives chinoises [En ligne], 2009/2 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5232

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cabestan

Professeur de sciences politiques et directeur d département d’études internationales et d’affaires publiques de la Baptist University de Hong Kong.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org