Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Seungho Lee, Water and Development in China. The Political Economy of Shanghai Water Policy

Singapour, World Scientific Publishing, 2006, 295 p.
Thibaud Voïta
p. 130-132

Texte intégral

1Comment expliquer l’évolution des politiques de gestion de l’eau à Shanghai ? C’est la question abordée par Seungho Lee (Université de Nottingham, Royaume-Uni) dans cet ouvrage. Il s’attache à décrire un processus de changement institutionnel et montre comment l’action conjuguée de plusieurs acteurs (ONG, entreprises privées, organisations internationales…) a impulsé une prise de conscience et des mesures du gouvernement local.

2Lee emprunte à l’anthropologue britannique Mary Douglas sa typologie grid-group, qui lui permet de mieux définir les différents acteurs en jeu dans la politique de l’eau à Shanghai. Les « hiérarchistes » (hierarchists) d’abord, qui désignent des groupes dont le fonctionnement est strictement régulé avec une hiérarchie marquée. Ils sont ici représentés par le gouvernement de Shanghai. Les « égalitariens » (egalitarians) sont plus libres et leurs actions sont motivées par des buts moraux et éthiques : ce sont les organisations non gouvernementales (ONG). Les « entrepreneurs » (entrepreneurs ; que l’on retrouvera parfois sous la traduction « d’individualistes » en français) envisagent les relations avec les autres individus en termes de concurrence et considèrent les liens comme provisoires et renégociables à tout instant. Les entreprises chargées de la gestion de l’eau à Shanghai représentent ce groupe. Enfin, les « fatalistes » (fatalists) constituent le groupe social exclu et sans autonomie. Il s’agit des citoyens de Shanghai. Lee ajoute un cinquième groupe, les « hiérarchistes internationaux » (international hierarchists) qui désigne les organisations internationales impliquées dans les politiques de l’eau à Shanghai1. Partant d’une analyse qu’il veut d’inspiration foucaldienne, Lee montre comment l’interaction entre ces différents groupes a permis une évolution des discours sur l’environnement2. Enfin, il s’inspire de l’approche de la co-évolution et de la théorie de la complexi té pour décrire l’évolution des politiques dans ce domaine 3.

3À chaque acteur correspond un chapitre : le gouvernement et ses réformes (chapitre 4), le développement des mouvements civils (chapitre 5), l’arrivée prudente des groupes étrangers et l’émergence de sociétés chinoises (chapitre 6), l’influence des institutions internationales (chapitre 7). L’ouvrage est introduit par une description physique de la situation de l’eau à Shanghai (chapitre 2, premier après l’introduction) et une présentation théorique (chapitre 3).

4Jusqu’à la fin des années 1990, le gouvernement de Shanghai détient le monopole de l’industrie de l’eau. La qualité de l’eau ne cesse alors de se dégrader, victime de l’industrialisation et de l’urbanisation de la région. Si les ressources disponibles sont abondantes (estimées à 5 240 mètres cubes par personne contre 2 670 mètres cubes au niveau national), Shanghai souffre d’une nouvelle forme de rareté : la ville manque d’eau non polluée. Dans les années 1980, 60 % des vidanges industrielles ainsi que de nombreux produits polluants (notamment les pesticides ou engrais) sont rejetés dans les cours d’eau. Dans les années 1980, la presse commence à rapporter plusieurs scandales ou problèmes environnementaux : eutrophication du lac Dianshan (été 1989), rejet de phénol dans le Huangpu à 10 kilomètres d’une station de pompage en eau potable en 1989, rejets de vidanges dans le Huangpu par la Jianglong chemical company.

5Dans ce contexte, de nouveaux acteurs commencent à intervenir dans le secteur de l’eau à la fin des années 1990. D’un côté, émergent ONG et GONGO (Government Organized NGO) environnementales, aux niveaux national et local : notamment la China green student forum, Shanghai green union, Grassroots community ainsi que les « communautés locales » (shequ). Si leur autonomie reste limitée, l’administration ne reste pour autant pas sourde à leurs demandes et organise différentes manifestations (Journée mondiale de l’eau, Journée mondiale de l’environnement). En parallèle, le gouvernement cherche à attirer les investissements, les technologies et le savoir-faire étrangers en matière de traitement de l’eau. Nombreuses sont les entreprises à profiter de l’occasion pour entrer sur le marché chinois, avec plus ou moins de succès : par exemple les expériences réussies de Veolia (joint-venture avec la Shanghai Pudong water supply corp. en 2002) et de Suez et celle moins heureuse de Thames water. Enfin, les agences internationales s’impliquent dans le secteur de l’eau à Shanghai dès les années 1980 (Banque mondiale, Banque asiatique de développement, agences de développement nationales de pays occidentaux). Elles lancent des projets en coopération avec le gouvernement municipal (Shanghai sewerage project, Shanghai environment project).

6 Le gouvernement crée en 2000 la Shanghai water authority pour gérer les ressources en eau, passe une loi sur l’évaluation de l’impact environnemental des projets industriels avant leur lancement (2002), impose les « trois synchronisations » (synchronisations du design, de la construction et du fonctionnement des projets industriels avec la gestion des déchets) ainsi que des taxes sur la pollution. La situation de l’eau s’améliore : par exemple, un programme permet d’assainir en partie la rivière Suzhou et de régler le problème des odeurs désagréables qui en émanent. Le traitement des vidanges domestiques et industrielles augmente (en 2003, 53 % des premières et 95 % des secondes sont traitées).

7En quelques années, le gouvernement de Shanghai s’est donc transformé : de simple fournisseur de services en eau, il est devenu une entité de régulation gérant les évolutions institutionnelles du secteur. La relation duale État-société a évolué en quelques années vers un système institutionnel à multiples faces dans lequel les divers acteurs interagissent en adaptant leurs dynamiques aux nouveaux environnements.

8Les défis restent malheureusement nombreux. Les lois sont peu appliquées, les différentes agences gouvernementales du secteur se font souvent concurrence, le gouvernement a privilégié le nettoyage des rivières les plus importantes (Suzhou et Huangpu) au détriment des cours d’eau secondaires, etc.

9L’ouvrage de Lee est très richement documenté. Il réussit à présenter de manière claire et précise les différents acteurs et leur évolution. On regrettera cependant le plan « à tiroirs » adopté par l’auteur qui consiste à présenter un acteur dans chaque partie, sans problématiser. Cette présentation est justifiée par l’adoption des théories de Mary Douglas, mais elle ne met pas en valeur le rôle spécifique de chacun et surtout les interactions dans l’évolution des politiques. En outre, pourquoi avoir traité les évolutions administratives et politiques avant les facteurs qui les ont déclenchées ? Enfin, on regrettera également que Lee ne tire pas de conclusion sur l’évolution des politiques de l’eau au niveau national. Shanghai constitue un exemple très particulier. Il serait intéressant de savoir en quoi les changements institutionnels qui s’y sont produits son transposables à l’ensemble du pays (en particulier dans la Chine du Nord, sujette à d’importants problèmes de sécheresse). Au-delà de ces regrets, Water and Development in China constitue une excellente analyse d’un changement institutionnel

Haut de page

Notes

1 Mary Douglas, Natural Symbols : Explorations in Cosmology, Londres, Barrie and Rockliff,1970
2 Il utilise les travaux de Maarten A. Hajer, The Politics of Environmental Discourse: Ecological Modernization and the Policy Process, Oxford, Oxford University Press, 1995
3 Philip Anderson, « Complexity Theory and Organization Science », Organization Science, vol. 10, n° 3, mai-juin 1999 p. 216 – 232 ; Arie Y. Lewin et Henk W. Volberda, « Prolegomenao on Co-evolution: A Framework for Research on Strategy and New Organizational Forms », Organization Science, vol. 10, n° 5, septembre-octobre 1999, p. 519-534..
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibaud Voïta, « Seungho Lee, Water and Development in China. The Political Economy of Shanghai Water Policy », Perspectives chinoises [En ligne], 2009/2 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5231

Haut de page

Auteur

Thibaud Voïta

Doctorant à Sciences Po Paris et chercheur à l’Asia Centre de Sciences Po.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page