Navigation – Plan du site
Dossier: 1989, une rupture dans l'histoire chinoise?

La politisation de l’appareil policier et judiciaire

Willy Wo-Lap Lam
p. 46-56

Résumé

Le Parti communiste chinois continue d’exercer un contrôle politique sur l’appareil policier et judiciaire en dépit d’une volonté affirmée de s’aligner sur les pratiques internationales. Cet article montre comment, à la suite de la reprise en main de la situation par le pouvoir après le 4 Juin 1989, la direction du PCC a renforcé son emprise sur les tribunaux et parquets afin de pouvoir mieux réprimer les dissidents, séparatistes et autres éléments subversifs. En dépit du slogan martelé par Hu Jintao d’un « gouvernement du pays par la loi », la perspective d’aboutir à un véritable État de droit ou à une indépendance du système judiciaire demeure encore bien illusoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Willy Wo-Lap Lam, « La politisation de l’appareil policier et judiciaire », Perspectives chinoises, 2009/2 | 2009, 46-56.

Référence électronique

Willy Wo-Lap Lam, « La politisation de l’appareil policier et judiciaire », Perspectives chinoises [En ligne], 2009/2 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 19 août 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5214

Haut de page

Auteur

Willy Wo-Lap Lam

Professeur d’études chinoises à l’Akita International University, Japon, et professeur d’histoire affilié à la Chinese University of Hong Kong.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org