Navigation – Plan du site

Éditorial

N’oublions pas le 4 juin !
Jean-Philippe Béja
p. 2-3

Texte intégral

1Dire la vérité, ne jamais oublier, demander justice, en appeler à la conscience. » Vingt ans après le massacre du 4 juin, cette exigence des Mères de Tiananmen n’a toujours pas pénétré la conscience des dirigeants du Parti communiste chinois. Au contraire, presqu’immédiatement après avoir lancé les chars sur les étudiants et les citadins pékinois qui réclamaient la liberté et la démocratie, ils ont imposé le silence sur l’événement. Les manuels d’histoire le mentionnent à peine, et lorsque l’on tape « 6.4 » (4 juin en chinois) sur les moteurs de recherche en Chine, on n’obtient que des pages blanches. Lorsqu’au début de cette année Zhang Shijun, un soldat qui avait participé à la répression, a écrit à Hu Jintao pour lui demander de renverser le verdict officiel sur l’événement, il a été arrêté.

2Le plus grand mouvement social spontané de l’histoire de la République populaire a été effacé de l’histoire officielle. Toutefois, chaque année à l’approche de la date fatidique, les autorités font preuve d’une grande nervosité.

3Les anniversaires, notamment ceux d’événements qui n’apparaissent pas dans les calendriers officiels, sont souvent l’occasion pour les « larges masses » d’exprimer leur mécontentement. Ainsi, la « Charte 08 » lancée par 303 intellectuels en décembre 2008 a sans aucun doute rappelé aux dirigeants du Parti les pétitions de Fang Lizhi, de Bei Dao, et des membres des académies des sciences qui, en réclamant la libération de Wei Jingsheng et la démocratisation du régime, avaient frappé les trois coups du mouvement de 1989. Soucieux d’empêcher à tout prix la répétition de tels événements, ils ont décidé d’arrêter Liu Xiaobo, l’un des rédacteurs de la Charte, pour décourager les éventuels signataires. Cette mesure a eu l’effet inverse et à ce jour, plus de 8 000 personnes ont signé ce document.

4Ainsi, vingt ans après le 4 Juin, Liu Xiaobo, qui avait tenté de négocier avec l’armée l’évacuation pacifique de la place Tiananmen pendant la nuit du 3 au 4 juin 1989, se retrouve de nouveau détenu sans procès dans un lieu inconnu. La police harcèle les démocrates et leur « demande » de ne pas quitter leur domicile lors des dates sensibles (telles que le 15 avril, jour de la mort de Hu Yaobang). Et alors que les médias internationaux consacreront une grande place à l’anniversaire de l’événement le 4 juin de cette année, les dirigeants chinois feront tout pour qu’il passe inaperçu. Le seul endroit du territoire de la République populaire où il sera commémoré est la Région administrative spéciale de Hong Kong, où il a eu une influence considérable sur l’évolution de la vie politique (voir l’article de Joseph Cheng).

5Malgré les tentatives d’effacer jusqu’au souvenir du massacre, celui-ci a eu un impact profond sur l’évolution de la RPC. D’abord, il a contraint le mouvement pour la démocratie à changer de stratégie. L’action intra-élitaire, qui avait si bien réussi pendant les années 1980, a été rendue impossible par la purge des réformateurs du Parti qui avaient permis aux forces démocratiques de se développer. L’organisation de manifestations de masses est devenue encore plus impensable une fois que la direction du Parti a montré qu’elle était prête à recourir à la répression la plus violente pour assurer la « stabilité ». Il a fallu de nombreuses années aux démocrates pour établir une nouvelle stratégie et, à ce jour, le mouvement demeure assez isolé du reste de la société (voir l’article de Béja et Goldman). Les intellectuels, qui avaient joué un rôle essentiel dans l’émergence d’une sphère publique semi-autonome au cours des années 1980 ont aussi été affectés par la répression du mouvement. Feng Chongyi montre que l’une de ses conséquences chez une partie de ceux qui s’étaient engagés en 1989, a été le développement du libéralisme et de la conviction que seul le constitutionnalisme peut permettre de résoudre les problèmes de la Chine.

6Depuis les événements, les dirigeants du Parti sont obsédés par la nécessité d’empêcher que ne se reproduisent de grandes manifestations pour la démocratie. Pour cela, ils ont décidé de lutter par tous les moyens contre la libéralisation qui, selon eux, ne peut qu’aboutir à l’effondrement du régime. Ils ont pris toutes les mesures possibles pour empêcher l’apparition de lignes politiques alternatives, au sein ou en dehors du Parti, et se sont montrés unis comme jamais auparavant (voir l’article de Michel Bonnin). Ils ont en particulier considérablement renforcé le contrôle du Parti sur les organes judiciaires pour empêcher que les tribunaux ne don nent un écho important aux plaintes des victimes d’abus de pouvoir (voir l’article de Willy Lam).

7Toutefois, les dirigeants du PC sont bien conscients que le massacre a provoqué une profonde crise de légitimité, et qu’il leur faut trouver de nouvelles idées pour légitimer leur pouvoir. Tirant les leçons de l’effondrement des partis communistes d’Europe de l’Est et d’Union soviétique et conscient que le socialisme était discrédité, Deng Xiaoping s’est tourné vers l’économie. Afin de gagner le soutien des citoyens qui avaient été choqués par sa décision d’écraser le mouvement social, il a lancé une modernisation autoritaire qui a permis d’améliorer le niveau de vie de certaines catégories de la population et de réaliser le vieux rêve des élites chinoises depuis les guerres de l’opium : faire de la Chine un pays puissant et prospère. Barry Naughton montre que le massacre du 4 juin a joué un rôle essentiel dans l’adoption d’une nouvelle stratégie de développement économique après 1992 ; stratégie qui s’est révélée un succès. Les taux de croissance de l’économie chinoise sont tellement impressionnants que le monde développé a abandonné les sanctions qu’il avait imposées au régime après le 4 Juin et qu’aujourd’hui il fait tout pour accompagner l’émergence de la Chine. Dans son article, Wu Guoguang montre que loin de favoriser la démocratisation du régime comme le veut la vulgate des économistes, la croissance chinoise a permis au Parti communiste d’imposer ses valeurs sur la scène internationale.

8Vingt ans après les cinquante-six jours qui ébranlèrent le monde, le PCC est toujours au pouvoir, le mouvement pour la démocratie est isolé du reste de la société, et la Chine est devenue une grande puissance respectée par les pays occidentaux. Toutefois, malgré ce qui peut apparaître comme des succès impressionnants, la mémoire du 4 Juin hante tant les dirigeants que les citoyens de la République populaire. La Chine ne pourra pas devenir une puissance moderne tant qu’elle ne fera pas face à son histoire récente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Philippe Béja, « Éditorial », Perspectives chinoises, 2009/2 | 2009, 2-3.

Référence électronique

Jean-Philippe Béja, « Éditorial », Perspectives chinoises [En ligne], 2009/2 | 2009, mis en ligne le 08 août 2012, consulté le 19 août 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5205

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Béja

Directeur de recherches au CNRS / CERI – Sciences Po et chercheur au CEFC.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org