Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Louise Edwards, Gender, Politics, and Democracy:Women’s Suffrage in China

Stanford, Stanford University Press, 2008, xii+334 p.
Arif Dirlik
p. 112-115

Texte intégral

1Gender, Politics, and Democracy retrace les luttes des femmes chinoises pour obtenir le droit de vote, depuis le tournant du XXe siècle jusqu’à la veille de la victoire des communistes en 1949. Edwards soutient que le terme « canzheng », suggérant la participation politique en général, était compris par les femmes activistes politiques de la première moitié du XXe siècle dans le sens plus concret de « participation au vote», « centré sur le double droit de voter et de se présenter aux élections, associé au droit de vote complet accordé à des citoyens à part entière » (p. 17). L’accent mis sur les activités politiques publiques des femmes représente un changement d’approche rafraîchissant par rapport à l’intérêt pour la sexualité et la vie privée, caractéristique des universitaires américains, et qui en dit souvent davantage sur les préoccupations des féministes américaines contemporaines que sur leurs sujets chinois. En effet, l’un des arguments principaux de l’étude est que la quête du droit de vote pour les femmes cherchait à entraîner un changement dans la conscience des hommes et des femmes. Il s’agissait de transformer le conception de la vertu des femmes, formulée en termes de chasteté sexuelle et cantonnée dans le domaine privé, en une vertu publique, qui était jusqu’alors monopolisée par les hommes, dans laquelle la valeur est fonction des normes publiques de compétence et de réussite, en particulier d’éducation. L’étude est guidée par trois postulats. Tout d’abord, les « suffragistes », poursuivant des objectifs restreints et jouissant d’une audience limitée, ne représentaient qu’une partie d’un mouvement de femmes plus vaste. Mais ce qu’elles incarnaient et ce qu’elles ont accompli revêt une signification historique. La domination du mouvement des femmes par les radicaux à partir des années 1920, ainsi que, rétrospectivement, la victoire du communisme, ont consigné les suffragistes à l’obscurité historiographique. Elles furent considérées comme un groupe marginal de femmes d’élite, sans rapport avec les préoccupations majoritaires pour la réforme et la transformation sociales. Alors que le mouvement en faveur du droit de vote ne bénéficiait que d’une adhésion limitée des masses dans les années 1920, le mouvement était dirigé par des femmes actives de l’élite, principalement issues de familles aisées et éduquées à l’étranger, ce qui rendit le mouvement suspect aux yeux des radicaux. Bien que cette élite s’intéressât à sa façon aux questions sociales, le mouvement resta toujours centré sur le droit de vote des femmes, ce qui soulève la question de la part des ambitions privées dans leur activisme. Aux yeux de Louise Edwards, même si les hommes progressistes ont également joué un rôle significatif dans la promotion des droits des femmes, les militantes du droit de vote apportent la preuve de l’importance de l’action des femmes pour réaliser les objectifs des femmes. De même, et peut-être de façon plus importante encore, grâce à la priorité qu’elles donnaient aux droits politiques, les suffragistes ont fait naître la conscience que les femmes constituaient une catégorie non seulement sociale mais également politique, avec des intérêts collectifs distincts. En ce sens, elles sont bien une composante des mouvements politiques de femmes au niveau mondial. En deuxième lieu, si les suffragistes étaient également nationalistes, Edwards met en garde contre une tendance persistante de l’historiographie, conduisant à minimiser leur féminisme en privilégiant de façon réductrice le nationalisme. Le nationalisme a pu être une force motrice de la politique chinoise, mais il était luimême un lieu de contestation et d’interprétation de visions conflictuelles de la Chine. Edwards souligne avec raison que le nationalisme était porteur de significations différentes le moment et le public-cible. « Alors que le mouvement pour le vote des femmes […] réfléchissait à une conception sexuée de la citoyenneté politique », écritelle, « il invoqua de façon modulable le nationalisme et le bénéfice national en fonction de ses objectifs politiques » (p. 5). Plus que comme une manifestation d’opportunisme politique, pourraiton ajouter, le déploiement du nationalisme dans les causes féministes est mieux compris du point de vue féministe qui le percevait à travers les intérêts et idéaux politiques d’un groupe particulier. Enfin, et surtout, le mouvement des suffragistes était motivé par une affirmation simultanée de l’égalité et de la différence entre hommes et femmes. Les arguments en faveur de l’égalité s’appuyèrent sur l’affirmation de l’égalité entre tous les êtres humains, des exigences de la civilisation moderne, et sur les preuves de la participation des femmes à la lutte pour l’indépendance nationale et la construction de la nation. Ces arguments servirent à réfuter l’idée selon laquelle les femmes n’étaient pas qualifiées pour la participation politique, et à demander des droits égaux en termes d’accès à l’éducation, à la propriété et au divorce. « Les arguments de la différence » montrent l’importance de l’action des femmes dans les causes publiques, par leurs rôles non seulement public mais également privé, en tant qu’épouses et mères. Ces arguments furent mobilisés pour défendre les intérêts collectifs des femmes, ainsi que pour garantir des quotas de femmes dans les institutions politiques. Comme pour l’utilisation flexible du nationalisme, cette approche « pragmatique » des questions de l’égalité des femmes souligne la distance entre Edwards et la recherche féministe, qui remet en cause le féminisme du mouvement des femmes chinoises au nom d’un « féminisme pur ».  

2L’étude aborde ces thèmes de façon chronologique, depuis la révolution républicaine de la fin des Qing, en passant par les soulèvements sociaux des années 1920, le règne du Guomindang dans les années 1930, et jusqu’à la période de guerre civile après la seconde Guerre Mondiale. Alors que les arguments en faveur du droit de vote changèrent en fonction du contexte et avec l’arrivée de nouvelles générations, le mouvement se distingua toujours par son centrage sur la politique, son activisme militant, et la remarquable continuité de ses dirigeant(e)s. La présence continue de certaines activistes, comme l’éducateur médical Wu Zhimei tout au long de la période républicaine, met en évidence le dévouement des leaders du mouvement à leur cause, ainsi que leur adaptabilité face aux différents contextes.  

3Louise Edwards est une guide efficace : elle dessine aisément les grandes lignes politiques de chaque période et conduit le lecteur à travers le foisonnement des réponses pratiques et intellectuelles du mouvement des femmes. Les femmes à la fin des Qing participèrent au mouvement nationaliste, et même à des activités militaires auxiliaires, mais elles affirmaient leur présence en réclamant les droits des « citoyens femmes » (nü guomin). L’identité politique construite dans cette période leur a été utile aux débuts de la république, lorsqu’elles ont poursuivi leur agitation idéologique et leurs activités en faveur de l’inclusion politique. Elles ont même envahi le parlement de Nankin qui avait refusé de supprimer des lois électorales la discrimination fondée sur le sexe. À cette époque, elles promouvaient un plus grand accès à l’éducation pour les femmes, à la fois pour nourrir leur conscience politique, et pour les affranchir, en leur permettant de remplir les critères d’éducation et de richesse qui étaient à l’époque déterminants pour la participation politique.  

4Avec la désintégration du gouvernement central entraînée par la mort de Yuan Shikai en 1916, le coeur du mouvement des femmes s’est tourné vers des activités au niveau des provinces. Dans le Hunan, le Guangdong et d’autres provinces, les femmes ont obtenu quelques succès, des leaders politiques ayant sympathisé avec leur volonté de mettre fin à la discrimination fondée sur le sexe. Mais l’avancée la plus importante de cette époque s’est produite avec la période du 4 Mai et le mouvement révolutionnaire des années 1920 qui ont fait de la libération des femmes un élément de leur programme national. Cette période a également aiguisé la conscience politique des femmes, avec une radicalisation sociale et idéologique au sein du Guomindang, et le recrutement d’une nouvelle génération de femmes par le tout nouveau Parti communiste. Edwards remarque que ces développements ont entraîné une nouvelle conscience de classe chez les femmes activistes, qui avaient jusqu’alors conçu le droit de vote comme « une égalité entre les hommes et les femmes des classes éduquées et privilégiées. Pourtant, la conscience de classe croissante a néanmoins fait naître l’idée que les femmes étaient un groupe unifié, à cause de leur désavantage collectif face aux hommes » (p. 28).  

5Cette idée est peut-être restée plus abstraite qu’Edwards ne veut bien l’admettre. En même temps que cette nouvelle conscience est en effet apparue une attention croissante aux questions sociales telles que les droits des femmes actives et le concubinage. En même temps, ces questions divisaient le mouvement des femmes, qui s’est trouvé confronté à des stratégies contradictoires, l’analyse en termes de classe s’opposant à d’analyse en termes de genre. La question du concubinage menaçait encore plus les femmes qui avaient jusqu’alors cherché dans un comportement vertueux la preuve de leur qualification pour participer à la vie politique. Ces divisions ont été exacerbées par la scission entre Guomindang et Communistes en 1927, et la poussée de conservatisme subséquente dans le Guomindang, qui proposait de rendre les femmes à leur rôle traditionnel de « bonnes épouses et mères sages » (p. 185). La réaction conservatrice fut un échec pour le mouvement des femmes, mais selon Edwards, le tournant conservateur a également été utilisé par elles pour pousser leur avantage politique : leur différence en tant qu’épouses et mères leur donnait droit à une reconnaissance spécifique. Le Guomindang lui-même était engagé politiquement en faveur d’un système égalitaire. Malgré le tournant conservateur du milieu des années 1930, il a légiféré sur l’égalité entre les hommes et les femmes en matière de divorce et de droits à la propriété. La constitution promulguée en 1936 reconnaissait le droit de voter et d’être élu pour tous les citoyens au-delà d’un certain âge, sans critère d’éducation ou de richesse. Les femmes ont pu profiter de cette nouvelle égalité politique pour demander des quotas spéciaux pour les femmes en tant que groupe désavantagé, égal mais différent des hommes. Leurs demandes ont été satisfaites par un amendement à la constitution nationale en 1946, à la veille de la victoire des communistes sur le Guomindang. Dans ses pages conclusives, Edwards se demande si cette victoire pour les femmes était en fait une victoire « creuse ». Alors que le mouvement des femmes semblait atteindre les buts qu’il avait poursuivis pendant près de quatre décennies, la majorité des femmes chinoises « restaient à l’écart de ces idées et activités » (p. 231). Le nouveau gouvernement communiste, favorable à la transformation sociale, allait devoir intégrer ces autres femmes dans le processus politique.  

6Si cette question avait été soulevée et traitée plus tôt, l’étude aurait pu souligner les problèmes du mouvement des femmes de façon plus rigoureuse qu’elle ne le fait. La sympathie d’Edwards pour les luttes politiques de ces femmes actives d’élite lui permet de tirer le mouvement des suffragistes de l’obscurité historiographique, mais la conduit également à passer rapidement sur des problèmes révélés par des tensions dans son récit. L’étude se réfère systématiquement aux participants du mouvement des femmes comme à des « féministes » sans considérer les difficultés que soulève ce terme, qui n’est pas plus transparent que d’autres termes tels que celui de classe ou de nation. Il n’est pas nécessaire d’avoir une approche « pure » ou « fondamentaliste » pour se demander si un mouvement de femmes de l’élite, consacré à l’obtention de la participation politique pour un groupe restreint de femmes, peut véritablement être considéré comme un mouvement féministe. Une définition radicale du féminisme comme engagement en faveur de la transformation des structures politiques, sociales, idéologiques et culturelles du patriarcat peut sembler trop restrictive à une époque où des femmes comme Sarah Palin, Hilary Clinton et Condoleezza Rice sont arrivées au pouvoir et devenues des personnages de la classe dirigeante et où certaines femmes chinoises se définissent ellesmêmes comme confucéennes. Mais il reste néanmoins nécessaire de se demander jusqu’à quel point le terme peut être dilué sans perdre son sens, un problème commun à tous les concepts politiques.  

7De plus, l’utilisation qu’Edwards fait de la notion conduit à masquer des différences pourtant significatives entre les femmes chinoises, à la fois en termes sociaux et politiques, même si certaines apparaissent nettement dans le récit. L’auteur fait par exemple référence à la conscience de classe comme une extension de la conscience des femmes en tant que collectivité, alors qu’il est assez évident que la question de classe divisait également les femmes au sein du mouvement. De même, la référence aux « soeurs de la classe laborieuse ou paysanne » est plus que teintée de projections idéologiques, à un moment où les suffragistes étaient à peine conscientes de l’existence de ces « soeurs » qui vivaient dans un autre monde que le leur, comme le reconnaît l’ouvrage dans sa conclusion. L’étude cherche clairement à sauver le mouvement des femmes en Chine de son appropriation par l’historiographie révolutionnaire, mais elle insiste dans son analyse des années 1920 à traiter les communistes et les mouvements « bourgeois » professionnels comme s’ils faisaient partie de la même lutte. Il y a en revanche peu d’analyse des différences au sein même des suffragistes, sauf en de rares occasions, lors des désaccords entraînés par la question de l’admission des concubines dans leurs rangs, et lors des références aux femmes conservatrices du Guomindang, dans la conclusion de l’étude. Au-delà de leur rôle au sein de l’establishment, Sarah Palin, Hilary Clinton et Condoleezza Rice représentent différentes politiques de l’establishment – et Gloria Steinem connaît bien leurs différences ! Un traitement critique plus général de ces différences aurait pu révéler, au sein du mouvement des femmes en Chine, des fissures peut-être plus grandes que l’auteur ne l’aurait souhaité. Mais pour comprendre les problèmes du mouvement des femmes, cette approche est tout aussi nécessaire que l’analyse des divisions à l’intérieur du mouvement communiste ou d’autres mouvements politiques.  

8Enfin, l’auteur aurait pu aborder de façon plus approfondie l’un des postulats fondamentaux de son argumentation : la possibilité de l’égalité dans la différence. Il est possible que les femmes aient utilisé cet argument de façon opportuniste, ou pour des raisons tactiques contingentes. Il est également possible qu’elles l’aient utilisé avec une totale conviction. Dans les deux cas, et peutêtre surtout dans le second, que peut-on en déduire ? La stratégie consistant à se représenter comme un groupe désavantagé méritant des quotas comme les minorités ethniques ou les Chinois d’outre-mer (p. 212) semble peu franche s’agissant de femmes de l’élite. Cette hypothèse suggèrerait qu’elles n’étaient pas exemptes d’opportunisme tactique dans leur quête de participation politique et de pouvoir. D’un autre côté, si ces femmes activistes croyaient effectivement qu’elles étaient naturellement dotées de certaines caractéristiques les distinguant des hommes, comme les hommes conservateurs l’avaient toujours affirmé, cela suggère-t-il que, tout en luttant pour l’égalité politique, elles renforçaient en même temps les fondations du patriarcat ? En d’autres termes, comment distingue-t-on les mouvements des femmes sur le plan politique ? Les « femmes confucéennes » sont-elles le résultat logique de ce mouvement qui cherchait l’égalité pour les femmes, mais restait attaché aux postulats familiaux et culturels de la société qu’il tentait de changer, tout comme Sarah Palin peut être considérée comme un rejeton (et un rejeton de plus en plus contagieux) des mouvements de femmes aux États-Unis ? La question dépasse les mouvements de femmes en Chine : elle est donc nécessaire pour dévoiler leurs contradictions.

9Traduit par Séverine Bardon

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arif Dirlik, « Louise Edwards, Gender, Politics, and Democracy:Women’s Suffrage in China », Perspectives chinoises [En ligne], 2009/1 | janvier-mars 2009, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5192

Haut de page

Auteur

Arif Dirlik

Professeur d’études chinoises à l’Université chinoise de Hong Kong

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page