Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Yan Song et Chengri Ding (éd.), Urbanization in China: Critical Issues in an Era of Rapid Growth

Cambridge (MA), Lincoln Institute of Land Policy, 2007, 302 p.
Nicolas Douay
p. 128-130

Texte intégral

1De 1978 à 2004, le taux d’urbanisation chinois est passé de 17,9 % avec 170 millions d’urbains à 41,8 % avec une population urbaine de 540 millions d’habitants. Les auteurs du livre nous rappellent qu’à l’horizon 2020, le taux d’urbanisation devrait atteindre les 55 % alors que le PIB pourrait avoir quadruplé.

2Cet ouvrage est issu des travaux du programme de recherche sur la Chine du Lincoln Institute of Land Policy de Cambridge (MA) aux États- Unis. Il fait suite à un colloque qui a eu lieu en 2006 et qui clôturait les cinq premières années d’activités du programme.

3L’idée centrale défendue dans cet ouvrage collectif est que l’urbanisation est un processus multidimensionnel. Le contexte de transformation du système économique chinois, avec le passage à une économie socialiste de marché, de même que d’autres facteurs historiques, politiques et institutionnels expliquent en grande partie les différentes facettes du phénomène d’urbanisation. De plus, l’importance des échelles temporelles et spatiales propres à l’espace chinois explique la portée des enjeux qui s’imposent aux acteurs du développement urbain chinois.

4L’intérêt de ce livre, coordonné par Yan Song et Chengri Ding, est de présenter les grandes tendances et enjeux du phénomène d’urbanisation en Chine et surtout d’identifier les grandes problématiques qui accompagnent cette transition urbaine. Il s’agit tout d’abord de la gestion, de l’aménagement et du développement de l’espace avec les politiques d’urbanisme. De plus, il y a la question des politiques foncières et de la régulation de l’usage des sols. Ensuite, les migrations entre le monde rural et les villes peuvent avoir des conséquences sociales importantes. Et enfin, les finances locales semblent décisives pour assurer le développement des infrastructures et donc du développement urbain. Ces quatre séries d’enjeux correspondent aux quatre grandes parties de l’ouvrage qui renvoient elles-mêmes aux différents champs de recherche du Lincoln Institute. Même si ces quatre thèmes offrent un large panorama des enjeux urbains à l’oeuvre en Chine, nous pouvons noter quelques absences notamment quant aux questions politiques qui auraient pu être mieux explorées par exemple en étudiant les processus de planification urbaine.

5La première partie s’intéresse à la façon dont l’urbanisme fait face au processus d’urbanisation. D’une manière générale, les auteurs insistent sur l’augmentation de l’étalement urbain et la difficulté à apporter des réponses coordonnées et efficaces en matière de régulation de l’usage des sols, de politiques urbaines et de transports publics.

6Tingwei Zhang observe les différents modèles du développement urbain chinois (chapitre 1). Le cas de Shanghai est d’ailleurs présenté d’une façon très pertinente avec une réinterprétation du schéma de l’école de Chicago de sociologie urbaine. L’analyse qui l’accompagne met en avant une typologie des espaces urbains entre les espaces qui se renouvellent (comme le Bund), ceux qui se développent (par exemple Pudong) et ceux qui sont largement ignorés. Cette section fait écho aux travaux de Jacques Donzelot sur « La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification ». Dans le chapitre 2, Ming Zhang s’intéresse aux mécanismes de capture de la valeur foncière (« value capture ») en matière de projets intégrant des politiques de transport et d’urbanisme à Hong Kong, Taipei et Shanghai. Paul Cheshire étudie la logique des « price signals » qui sont censés envoyer un message aux consommateurs et/ou aux producteurs (chapitre 3). Il propose son application en Chine et explique dans quelle mesure cela permettrait de mieux réguler le marché immobilier.

7La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée aux politiques foncières. Alors qu’elles sont essentielles afin d’assurer la croissance urbaine, elles connaissent, en fait, de nombreux problèmes. Il s’agit de la question de la protection de l’activité agricole et plus généralement du développement rural face à l’expansion urbaine.

8Chengri Ding observe les politiques et les pratiques d’acquisition des sols (chapitre 4). Cellesci sont aussi abordées (chapitre 5 - Erik Lichtenberg et Chengri Ding) à travers l’étude des politiques de protection des espaces agricoles. Dans la même perspective, Robert Ash confronte les processus de régulation des ressources en terres arables au contexte du développement durable (chapitre 6).

9La troisième partie de l’ouvrage est consacrée aux migrations entre le monde urbain et le monde rural et à leurs conséquences en matière sociale. Les besoins des migrants, notamment en matière de logements, ont trop souvent été négligés. Il est donc important d’y porter plus d’attention sur le long terme, pour les questions de logement, mais aussi pour celles de la protection sociale ou encore d’ouverture et d’équilibre du marché du travail urbain afin d’offrir un emploi à tous.

10Yan Song, Yves Zenou et Chengri Ding observent l’urbanisation des villages avec la question du logement des migrants d’origine rurale (chapitre 7). Le concept de village urbanisé ou de village dans la ville est original et permet de rendre compte de l’impact des migrations sur la forme urbaine chinoise. Michael Leaf illustre ce concept à travers l’étude du cas de Chengzhongcun (chapitre 8). De plus, Roberto G. Quercia et Yan Song s’intéressent à l’habitat des migrants ruraux en s’interrogeant sur les leçons à tirer de l’expérience américaine (chapitre 9). Et enfin, Jeffrey S. Zax questionne l’efficacité des marchés urbains du travail (chapitre 10).

11La quatrième partie de l’ouvrage est consacrée au rôle des finances locales dans le mouvement d’urbanisation. Cette thématique renvoie aussi à différents enjeux. Ainsi, de nouvelles stratégies sont suggérées afin d’assurer des sources de revenu qui soient plus transparentes, organisées et prévisibles. De plus, il est souligné que des infrastructures de meilleure qualité, notamment du point de vue du respect de l’environnement, peuvent soutenir la compétitivité des villes chinoises dans le contexte de la globalisation et de la compétition entre les villes.

12Randall Crane étudie les enjeux des finances publiques dans le développement urbain (chapitre 11). Le financement des infrastructures urbaines fait l’objet d’une attention particulière (chapitre 12- Weiping Wu). Et enfin, Bing Wang et Richard Peiser expliquent les dysfonctionnements du système de crédit dans le contexte de la transition économique chinoise (chapitre 13).

13En conclusion, Yan Song et Chengri Ding rappellent la diversité des différents enjeux qui ont été présentés et insistent sur la nécessité de définir un développement urbain à la fois durable, rationnel et harmonieux entre les villes et les campagnes.

14Nous pouvons regretter que les auteurs ne reviennent pas sur ce concept d’urbanisation harmonieuse qui est maintenant présenté par le gouvernement comme le modèle à adopter. Cette idée mériterait, en effet, des analyses approfondies afin de mieux en connaître le contenu ainsi que les processus qu’elle peut impliquer : ce modèle correspond-il à un nouveau référentiel pour les politiques urbaines chinoises ? Sommesnous face à une version chinoise du concept occidental de développement durable ou un simple slogan qui offre de nouveaux éléments de langage pour masquer la persistance des pratiques traditionnelles ?

15De même, nous pouvons regretter la faiblesse de l’analyse spatiale du phénomène d’urbanisation qui se traduit par une quasi-absence de supports cartographiques ou encore de données démographiques détaillées. Nous pourrions par exemple nous interroger sur les espaces qui vont concentrer cette croissance urbaine : s’agit-il des grandes métropoles ou plutôt des villes de taille intermédiaire ? De quelle manière cela fait-il évoluer l’organisation régionale ? Eu égard aux dimensions du phénomène d’urbanisation en Chine, ces questions sont déterminantes, et mériteraient à l’avenir d’être étudiées plus précisément.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Douay, « Yan Song et Chengri Ding (éd.), Urbanization in China: Critical Issues in an Era of Rapid Growth », Perspectives chinoises [En ligne], 2008/4 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 30 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5165

Haut de page

Auteur

Nicolas Douay

Boursier Lavoisier et chercheur postdoctorant à l’Université de Paris Diderot (laboratoire SEDET) et au CEFC, Hong Kong.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page