Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Ilan Alon et John R. McIntyre (éd.), Globalization of Chinese Enterprises

Basingstoke, Palgrave McMillan, 2008, xxxi & 240p.
Xavier Richet
p. 125-128

Texte intégral

1Ce livre est l’une des premières contributions académiques qui analyse les facteurs poussant les firmes chinoises à internationaliser leurs activités1. Les auteurs cernent et apprécient les facteurs tant internes comme l’accumulation de compétences managériales, organisationnelles et technologiques qu’externes comme les liens avec les gouvernements central et provinciaux, le degré de concurrence, les avantages concurrentiels, le rôle des institutions qui poussent les firmes de ce pays à devenir globales.

2L’ouvrage rassemble une quinzaine de contributions regroupées en quatre parties. Dans la première partie on analyse les capacités des firmes et la dynamique des investissements extérieurs chinois, la seconde partie se concentre sur les aspects institutionnels de la globalisation des firmes, la troisième replace ce mouvement dans le cadre des expériences d’internationalisation des firmes en Asie. Dans la dernière partie, plusieurs études de cas illustrent les stratégies spécifiques poursuivies par quelques firmes chinoises.

3Les contributeurs à cet ouvrage sont principalement des chercheurs américains (où travaillant au États-Unis) et chinois, en grande partie spécialistes d’ international business. On appréciera ces dernières contributions car elles font ressortir la conceptualisation de l’internationalisation dans la pensée managériale chinoise contemporaine, parfois avec des formules imagées (« danser avec les loups »). Il y a un effort méthodologique de la part des contributeurs pour replacer leurs observations et analyses dans un cadre théorique rigoureux et homogène relevant de leur discipline ce qui donne une cohérence à l’ouvrage mais n’évite pas les redondances, plusieurs contributeurs redéfinissant, en début de chapitre, le cadre conceptuel dans lequel leur étude s’inscrit. La clé de l’analyse, à la fois méthodologique et synthétique, est développée dans le chapitre 4, par Ilan Alon, Theodore Herbert et Mark Munoz, en prenant en compte les aspects tant organisationnels (et infra microéconomique, internes à la firme) que stratégiques et institutionnels, permettant de comprendre les facteurs à l’origine des succès (et parfois des échecs) des firmes chinoises à l’internationalisation.

4L’émergence de l’économie chinoise se déroule dans le cadre d’une transition institutionnelle encore loin d’être achevée comme le souligne Shaomin Li dans la préface. La Chine inscrit sa trajectoire d’internationalisation dans celles suivies par ses prédécesseurs asiatiques (Japon, Corée du Sud) mais de manière très différente, notamment en ce qui concerne l’accès aux compétences pour construire des avantages concurrentiels. Dans les deux premiers pays, il y a eu un processus d’endogénéïsation de la technologie (le « reverse engineering »), dans celui de la Chine, il y a eu importation de la technologie via l’entrée des capitaux étrangers, puis une difficile assimilation et maîtrise de la technologie à travers l’essaimage interne et externe2 avant que les firmes, d’État ou privées, ne se lancent à la conquête des marchés étrangers.

L’internationalisation des firmes chinoises : moteurs et modalités de croissance

5Depuis quelques années, les IDE (investissements directs étrangers) en provenance de Chine ne cessent de croître et augmentent à un rythme annuel particulièrement élevé même s’ils restent encre très en deçà des flux entrants dans le pays. Grâce à la spécialisation acquise au cours de ces dernières décennies par la présence de capitaux étrangers, l’économie chinoise est devenue une des principales exportatrices de produits manufacturés.

6Pourquoi et comment internationaliser les firmes chinoises alors que le pays est encore fortement dépendant des IDE entrants pour sa croissance et l’apport de technologies qu’elle ne maîtrise pas encore totalement ? Ce sont les deux principales questions auxquelles les contributions rassemblées dans cet ouvrage entendent répondre.

7La décision d’internationaliser, comme le soulignent les chapitre 2 et 3, relève de plusieurs facteurs parmi lesquels l’accumulation de compétences, le rôle de l’État, le degré de concurrence sur le marché chinois, enfin, (et surtout ?), la volonté d’acquérir des ressources matérielles pour assurer la croissance.

8- L’accumulation de compétences au niveau de la firme s’opère de différentes manières : tout d’abord par l’apprentissage lié à la coopération au sein des joint-ventures avec les firmes occidentales qui s’implantent en Chine ; elle se développe ensuite par la courbe d’expérience que les chinois nomment « yu lang gong wu » (danser avec les loups). C’est au cours de cette phase que se réalise l’’appropriation du savoir-faire par un processus d’essais et d’erreurs (mo zhe shi tou gui he) et que se développent les compétences au sein de la firme qui formeront les ressources tangibles et intangibles, selon la théorie de l’ « approche par les ressources de la firme » de J. Barney. Lorsque la firme a construit cet avantage concurrentiel débute ensuite une autre phase, plus risquée, car éloignée des bases de la firme, l’expérience de l’externalisation (learning by outward investment). Selon Fang-cheng Tang, Xudong Gao et Qiang Li (chapitre 3), à ce stade, une mutation s’opère avec le passage d’une stratégie réactive en « dansant avec les loups » (on reçoit la technologie et le savoir-faire managérial et on se l’approprie) à une stratégie proactive (on reproduit les connaissances accumulées) en la mettant au service de l’externalisation des firmes (zou chu qu). On le devine, c’est une phase critique pour la firme et, comme le remarquent les auteurs, les chances de succès ne sont pas assurées puisque au stade suivant, le processus d’apprentissage continue, dans un cadre différent : celui de la croissance de la firme à l’étranger dans un environnement institutionnel et culturel différent.

9- Le rôle de l’État. Aux différentes étapes de l’ouverture et de la modernisation, l’État a joué un rôle prépondérant. Ce sont ses choix stratégiques qui ont déterminé la localisation des nouvelles activités liées à la coopération avec les firmes étrangères. L’État a sélectionné les technologies et les secteurs prioritaires, les entreprises domestiques avec lesquelles les firmes étrangères pouvaient coopérer. Ceci a favorisé une stratégie « d’échange de technologie par le marché » (shi chang huan ji shu) impliquant une division du travail entre les partenaires : les firmes occidentales apportent de la technologie, acquièrent des parts de marché. Les firmes réceptrices chinoises se concentrent sur l’acquisition de compétences, ne font pas beaucoup de profits. L’acquisition des connaissances est difficile à réaliser : en raison du décalage technologique, de la nature du système national d’innovation, la protection de la propriété intellectuelle (notamment après l’accession de la Chine à l’OMC). Les firmes occidentales ont souvent été contraintes d’introduire des technologies avancées pour signer un accord de coopération. Beaucoup de firmes d’État chinoises ont adopté une approche de type « plateforme » (mise à disposition d’infrastructures, de main-d’oeuvre, de réseaux, mais peu de technologies locales) à partir desquelles elles se sont familiarisées avec les nouvelles technologies.

10La coopération avec les firmes étrangères et l’accumulation de connaissances qui en a résulté, d’un côté, le rôle de l’État au travers de politiques industrielles tant spécifiques (going global) que sectorielles ou régionales ont préparé les firmes chinoises à se lancer à la conquête des marchés étrangers. Un autre facteur qui a alimenté ce mouvement a été le besoin de chercher à l’extérieur des actifs permettant de monter en puissance et d’obtenir les connaissance de pointe dans les technologies difficiles à acquérir sur le plan domestique, soit par manque de compétences locales, soit en raison du frein au transfert pratiqué par les firmes étrangères implantées en Chine. Comme il est rappelé à plusieurs reprises dans l’ouvrage, si les exportations chinoises montent en gamme, ce sont les firmes étrangères qui s’octroient encore la part du lion dans les exportations de produits à fort contenu en technologie.

Phases et modalités de l’internationalisation

11La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse plus particulièrement aux modalités de l’internationalisation en faisant le lien entre institutions, ouverture et spécialisation des entreprises. Il n’est pas certain que les dirigeants aient eu une vision a priori de l’internationalisation des firmes lorsque la réforme économique a été lancée comme semble le soutenir une citation du Président Jiang Zemin (p. 37). La Chine a d’ailleurs connu plusieurs phases d’internationalisation dès le début de la construction du socialisme. Xiahua Yang et Clyde Stoltenberg (chapitre 5) distinguent six phases. Les trois premières ne sont pas très significatives, les firmes internationalisées jouant un rôle subsidiaire au service des engagements internationaux de la Chine (coopération, approvisionnements divers, grands chantiers à l’extérieur, etc.).

12Les autres phases suivent l’ouverture et la recherche de spécialisation : accroissement du nombre et de la taille des entreprises commerciales, développement de l’internationalisation des firmes sous contrôle de l’État (contrôle des round trip investments ), enfin, après l’adhésion à l’OMC, accélération des opérations à l’étranger, tant des firmes d’État que des firmes non étatiques, notamment dans les secteurs où les firmes chinoises ont su se créer un avantage concurrentiel. L’État a aussi favorisé les entreprises d’État qui ont contribué à développer des sources d’approvisionnement en matières premières. Enfin, l’adhésion de la Chine à l’OMC a intensifié la concurrence domestique. De nombreuses firmes chinoises ont vu, à travers l’internationalisation, le moyen d’échapper à la réduction des marges et de dégager des profits plus élevés. Le facteur proximité a joué un rôle non négligeable : l’appropriation des compétences nécessaires s’est opérée dans des implantations proches. Ainsi, le groupe Haier, un des plus grands groupes mondiaux forme ses cadres à l’international aux Philippines avant de les envoyer dans des implantations plus lointaines.

13Un autre aspect important du succès de l’internationalisation, au-delà du transfert de compétences, tient à la spécialisation des firmes. Celles qui sont centrées sur une activité, sur un segment donné de production (voitures à bas coûts) peuvent produire du volume, maîtriser les technologies, tirer profit des bas coûts des facteurs de production (capital, travail) et donc faciliter la création d’avantages concurrentiels et l’entrée sur d’autres marchés comme le montre l’exemple des firmes automobiles privées (Geely). Ceci n’est pas démontré pour les groupes diversifiés qui ont pu profiter de leur position pour avoir accès à des facilités de financements auprès de l’État. La gestion de groupes diversifiés, en revanche, se révèle difficile, de bonnes affaires cachant des activités moins rentables. Le gouvernement chinois apporte plus facilement son aide à des firmes aux activités plus visibles et plus centrées qui ont plus de latitude pour développer des stratégies agressives dans le but d’accroître leur taille.

14Le développement de compétences au niveau régional, dans le nord-est de la Chine (chapitre 11) dans le secteur de l’électronique, ou bien l’accumulation de savoir-faire et l’essaimage dans une industrie spécifique comme l’automobile (chapitre 12) montrent quels sont les prérequis pour pouvoir ensuite s’internationaliser. Dans l’électronique, la concentration de firmes au niveau régional a contribué à créer des externalités positives suite à la coopération et à la présence de nombreuses firmes étrangères originaires de différents pays asiatiques, à l’entrée d’opérateurs locaux. On retrouve le même phénomène dans l’industrie automobile, encore très fragmentée (plus de 120 assembleurs au niveau national), caractérisée par la présence de nombreux constructeurs étrangers qui opèrent sous forme de joint-ventures avec l’entrée de nouveaux concurrents privés non étatiques comme Geely, Chery qui commencent à entrer sur des marchés étrangers, notamment asiatiques, ou du Moyen-Orient.

15Au final, La Chine peut-elle s’inspirer de l’expérience des entreprises de Corée du Sud, les Chaebols, ou bien imiter les stratégies de réseaux inter firmes taïwanais (chapitres 9 et 10)? Ce sont deux modèles d’organisation qui ont fait leurs preuves mais qui, pour être appliqués en Chine, impliqueraient d’importantes réformes institutionnelles. La forte croissance de l’économie chinoise, la hausse des coûts domestiques, son rôle moteur dans la région contribuent à modifier les relations économiques dans la région avec un impact notable sur des économies comme celle du Vietnam qui doivent se positionner pour tirer avantage des transformations du système productif et de la dynamique des firmes en Chine (chapitre 8).

16Cet ouvrage, à travers ses diverses contributions, permet de bien saisir la dynamique aujourd’hui en oeuvre à une phase cruciale de la croissance de l’économie chinoise. Le modèle industriel qui s’est mis en place avec la réforme économique a consisté à imiter le modèle de croissance asiatique (croissance tirée par les exportations) en se servant des firmes étrangères, via l’IDE comme levier pour acquérir le capital, la technologie, le management, les marchés. Au centre de cette stratégie se trouvait l’idée de l’appropriation permettant de moderniser l’appareil productif domestique via la coopération, l’essaimage. En retour, dans certains secteurs, les firmes chinoises, grâce aux compétences accumulées, au degré de concurrence, au type de technologies impliquées et avec le soutien du gouvernement (accès aux marchés, financement) ont commencé à s’internationaliser et à jouer dans la cour des grands. Les contributeurs apportent des analyses qui permettent de saisir la réalité de ce mouvement qui contribue à modifier les contours du système productif chinois et asiatique.

17À quelles conditions ces firmes pourront-elles alors devenir des compétiteurs majeurs et durables? Quelles sont les entraves qui gênent leur développement à l’international ? Sans donner de réponse univoque, l’ouvrage fournit des éléments d’analyse pour comprendre le futur de l’internationalisation de ces firmes.

Haut de page

Notes

1 Sur l’internationalisation des firmes en provenance des pays émergents, voir les rapports annuels du Boston Consulting Group : The New Global Challengers. How 100 Top Companies from Rapidly Developing Economies Are Changing the World (2007), 30 p. et The 2008 BCG 100 The New Global Challengers (2008), 13 p. Voir également Andrea Goldstein, Multinational from Emerging Economies, Palgrave, 2008.
2 Sur ce point, voir Wang Wei et Jean-François Huchet (éd.), Chinese Firms in the Era of Globalisation, Pékin, Developement Press of China, 2008.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Richet, « Ilan Alon et John R. McIntyre (éd.), Globalization of Chinese Enterprises », Perspectives chinoises [En ligne], 2008/4 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5163

Haut de page

Auteur

Xavier Richet

Professeur d’économie européenne et titulaire de la chaire Jean-Monnet à l’Université de Californie-Irvine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page