Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Susan Mann, The Talented Women of the Zhang Family

Berkeley, University of California Press, 2007, xvi et 322 p.
Charlotte Furth
p. 112-114

Texte intégral

1L’ouvrage pionnier de Susan Mann, Precious Records: Women in China’s Long Eighteenth Century (Stanford University Press, 1997), représentait une avancée décisive dans le travail d’une des meilleures historiennes sociales de la fin du XXe siècle. Il rendait visibles les femmes des classes supérieures du XVIIIe siècle dans la région du Jiangnan en Chine côtière, montrant comment elles pouvaient contribuer au changement social dans le domaine juridique, dans la culture et l’économie, et démontrant que même confinées dans les « quartiers intérieurs » domestiques, les femmes d’élite comme elles pouvaient être des agents de l’ordre patriarcal confucéen, et pas seulement ses victimes. Au centre du récit de Mann se trouvaient les contradictions et les ambiguïtés entourant les « talents » classiques et littéraires des femmes – tels qu’ils étaient rapportés dans les écrits des hommes de lettres qui étaient leurs proches, et par les femmes instruites ellesmêmes dans la seule forme de littérature considérée comme respectable pour les femmes, la poésie. Bien que le livre ait été novateur dans son utilisation de la poésie des femmes pour cerner leur expérience personnelle, la seule femme dont le portrait pouvait facilement être dressé à partir des pages de Precious Records était celui de Yun Zhu, qui avait compilé une célèbre anthologie des femmes poètes publiée grâce au soutien de son fils en 1831.

2Il n’est donc pas surprenant que Mann fasse suivre Precious Records par un regard plus intime sur certaines vies rencontrées au cours de ses recherches précédentes mais qu’elle n’avait pu déployer pour ses lecteurs. À travers les pages de Precious Records, on trouve de nombreuses références à la préfecture de Changzhou, le district où résidait Yun Zhu, et un centre d’éducation pour les femmes, mais il n’existe presque aucune référence à la famille Zhang, issue du même lieu. On peut trouver une phrase en passant : « les quatre filles de Zhang Qi se sont écrit les unes aux autres un nombre incalculable de poèmes durant les années où elles ont été séparées par le mariage » (p. 109). Une autre référence, une centaine de pages plus loin, fait allusion aux mêmes femmes comme « les quatre nièces de Zhang Huiyuan [le frère de Zhang Qi]… Chacune a laissé une collection de travaux, y compris des calligraphies, qui a été soigneusement préservée, avec des préfaces et des mémoires, par leur père et leur jeune frère » (p. 204). Aucune de ces deux références ne donne de réelle indication sur les vies individuelles, ni sur les liens de mariage et de parenté entre les Zhang, qui formaient un réseau multi-générationnel de talents féminins. Ce nouvel ouvrage cherche à combler ces lacunes.

3Mann organise sa narration intime autour de trois portraits : la mère, Tang Yaoqing (la femme de Zhang Qi), sa fille Zhang Qieying, et sa petitenièce Wang Caipin (la fille de la soeur de Qieying). Les lecteurs croisent le chemin de près d’une douzaine de vies, et un arbre généalogique permet de garder la trace de chacune d’entre elles, mais au coeur de l’histoire se trouvent Zhang Qieying, ses trois soeurs et ses deux frères, qui ont prospéré entre les années 1790 et 1860 (quand la révolte des Taiping dévasta leur monde). Avec ses soeurs, Qieying a appris la poésie auprès de sa mère, et étudié avec son frère aîné jusqu’à ce que la puberté impose la séparation des sexes. Elle a été confrontée à la mort de ce frère aîné deux ans plus tard, et s’est elle-même retrouvée veuve à 22 ans après un mariage que son père avait arrangé avec l’un de ses jeunes protégés littéraires. Il était cependant convenu qu’elle resterait dans la demeure de ses parents jusqu’à ce que son époux ait réussi à obtenir un rang et une fonction, et deux de ses plus jeunes soeurs étaient mariées selon les mêmes arrangements uxorilocaux, qui se sont prolongés durant des années. La mort à l’adolescence du fils aîné Juesun a fait du plus jeune enfant et unique mâle survivant, Yuesun, l’héritier des Zhang. Cet homme, qui avait été élevé avec quatre soeurs aînées, est devenu le chef formel de la famille, responsable de trois d’entre elles, de leurs maris et de leurs enfants. Le parcours personnel de Qieying comprend le décès suite à la variole de ses deux enfants en bas âge, un voyage avec la famille pour accompagner leur père nommé magistrat du district, et finalement, vers l’âge de 40 ans, la séparation de ses soeurs et le déménagement vers Pékin où son mari avait désormais rang de ministre, et où elle s’est rendue célèbre parmi les talents féminins de l’élite de la capitale.

4Comment un tel parcours a-t-il nourri les talents féminins ? En fait, les quatre soeurs Zhang se sont épanouies en tant que poètes grâce à leur éducation par une mère cultivée et au soutien des hommes de la famille, qui promouvaient les « chansons lyriques » de style « ci » dans lesquelles ils excellaient, et en ont fait la spécialité littéraire de Changzhou. Leur épanouissement était surtout dû aux noeuds de parenté souples structurés autour de relations d’affinité. Les maris et les pères avaient une vie essentiellement itinérante, poursuivant l’érudition et les postes officiels. Ils étaient employés loin de chez eux en tant que tuteurs ou secrétaires particuliers, voire magistrats ou ministres. Les femmes et les enfants étaient laissés dans des foyers centrés autour des femmes, où les liens entre les soeurs étaient forts, et où les oncles maternels et les frères jouaient un rôle informel mais important.

5Les problèmes qu’a rencontrés Mann avec sa documentation sont ceux de tous les universitaires explorant l’histoire des sexes dans la Chine prémoderne – la dépendance envers des sources rédigées par des hommes, en général des parents. De plus, les archives poétiques laissées par les femmes elles-mêmes, qui ont été récemment étudiées par des universitaires comme Kang-i Sun Chang, et dans le cas de l’oeuvre de Zhang, traduites ici avec amour par Mann, exposent une palette d’émotions et d’expériences relativement étroite, bien que profonde. Mann, confrontée au problème persistant d’un texte lourd de silences, a tiré avantage de courants expérimentaux récents en littérature biographique pour jouer avec les frontières de la forme historique, en imaginant des événements et en donnant à ses héroïnes une voix narrative subjective. Tout d’abord, chaque biographie est entrelacée de tableaux imaginaires ; Mann appelle ce procédé la « mise en place du décor » (setting the scene, Prologue, xiv). Une fillette suit avec son grand-père des leçons sur les Entretiens ; une enfant pendant ses études observe les réactions de ses parents face à la mort de son grand frère ; des soeurs décident que leur frère, récemment veuf, a besoin d’une concubine ; à la table du dîner, un magistrat parle à sa femme et à ses filles des cas qu’il est en train de juger ; une mère et sa fille partent en voyage pour ramener le corps d’un mari dans sa maison natale où il sera enterré. On nous offre un texte imaginaire de lettres échangées entre deux soeurs séparées. Pour relier les preuves documentaires aux événements comme ceux-ci, signalés comme issus de l’imagination de l’auteur, il faut porter une attention soutenue et parfois frustrante aux notes de bas de page, alors qu’il est impossible d’ignorer le flou des frontières provoqué par le mélange des genres.

6Deuxièmement, outre les scènes inventées, Mann a ajouté une voix personnelle imaginaire, permettant à ses protagonistes d’exprimer leurs émotions directement. La timidité d’un jeune marié rend sa femme « plus confiante » (p. 16). Elle « s’ennuie souvent » et « sa maison lui manque » (p. 21). Une autre jeune femme est « épuisée et découragée » par les tâches ménagères qui retombent sur ses épaules pendant que sa mère est terrassée par le chagrin (p. 63). Dans l’intimité de sa chambre, une épouse « pleure de frustration et de colère » (p. 91). Avec ce type de voix narrative, Mann raconte certainement « une bonne histoire » - comme l’affirme le texte en quatrième de couverture – et on peut avoir confiance dans l’instinct historique d’une universitaire qui s’est plongée pendant tant d’années dans les archives de la haute société Qing. Je ne suis cependant pas sûre que ces exercices d’imagination nous permettent de mieux connaître les femmes Zhang. Leurs émotions évoquées ici ressemblent aux joies et peines génériques que l’on imagine être celles de la vie des femmes chinoises, et elles ne reflètent aucun trait de personnalité – l’ironie, l’humour, la fierté, l’exubérance, la timidité, le courage, l’obstination etc. – qui pourrait distinguer les femmes Zhang les unes des autres en tant qu’individus. C’est pourtant ce qui rend un personnage vivant, que ce soit dans l’histoire, la vie, ou la fiction. Par exemple, dans la troisième génération, l’adolescente Wang Caipin (la nièce de Zhang Qieying) organise avec ses soeurs et ses cousines un club de poésie entièrement inspiré du « Cénacle du pommier à bouquet » du roman du XVIIIe siècle, Le Rêve dans le pavillon rouge, mais l’évocation que Mann fait de leurs réunions, bien qu’adroite, ne capture pas la vivacité des héroïnes fictionnelles ou de leur monde.

7En offrant aux lecteurs une voix romanesque essentiellement moderne et psychologique, le style narratif de Mann attire l’attention sur certaines limites de la poésie classique chinoise lorsqu’on y cherche des formes actuelles de subjectivité intérieure. Dans le monde des femmes de Zhang, la poésie était occasionnelle, sociale et éphémère, et la petite quantité publiée a été sélectionnée à la fois par son auteur et par ses parents. Mann remarque elle-même qu’un poème de femme qui survit au filtre de l’autocensure et des attentes de la famille est rarement la simple expression des sentiments spontanés du seul auteur. Les exemples de poèmes des femmes Zhang suivent des chemins rhétoriques qui sont à la fois sincères et profondément traditionnels, la subtilité de leurs formes métriques et la finesse des allusions sont atténuées dans leur traduction en anglais. Difficiles à comprendre sans formation spécialisée dans le meilleur des cas, les poèmes perdent de leur force lorsqu’ils sont juxtaposés aux émotions plus plates et plus familières d’un roman historique. Ce n’est qu’en les relisant que j’ai pu mieux apprécier le poème de Qieying rappelant la mort de ses deux enfants (p. 94), ou les poèmes échangés comme pour commenter un tableau représentant les trois soeurs Zhang et leurs maris « Linking Verses Across Adjoining Rooms » (p. 96-99). Ces poèmes retiendraient davantage l’attention dans une narration qui chercherait moins à faire ressembler la vie intérieure des femmes Zhang à la nôtre.

8D’un autre côté, lorsque Mann renoue avec son autorité d’historienne sociale (dans les passages signalés « L’historien dit » en hommage au texte classique de Sima Qian), elle révèle mieux la force, l’endurance et l’intelligence des femmes Zhang face aux défis de leurs vies. En lisant entre les lignes des mémoires familiaux (masculins) préservés, elle suggère la façon dont elles ont géré la présence dans leur foyer d’une veuve chaste et mentalement instable ; comment elles ont vécu les longues périodes d’absence des hommes ; comment elles ont maintenu la réputation de leur famille ; comment elles ont géré – et gagné – leur argent. Sa conclusion est que, contrairement au XVIIIe siècle, où le spectacle des talents féminins provoquait la controverse, aucun membre des élites du Jiangnan au XIXe siècle ne remettait en question l’utilité de l’éducation des femmes, qui étaient reconnues comme essentielles à la survie de la culture d’érudition et qui jouaient un rôle majeur dans la dissimulation de son coût économique et social.

9Le programme féministe de Mann est de défendre la « femme de talent » traditionnelle contre les réformistes et révolutionnaires du XXe siècle, qui les tournaient en ridicule en les traitant de parasites sociaux inutiles, et leur art d’ornementation obsolète. D’une certaine façon, les histoires des femmes de la famille Zhang y contribuent admirablement, en montrant la formation et les responsabilités des femmes traditionnelles qui allaient les préparer à être des agents de changement lorsque l’opportunité se présenta. D’un autre côté, les silences du texte qu’elle a voulu étoffer restent éloquents. Ils laissent entendre que les histoires que les acteurs historiques s’autorisent à raconter sont non seulement un cadre documentaire dans lequel l’historien doit évoluer, mais également le substrat de leur monde imaginaire, qui les contraint tout autant que l’histoire. Nous ressentons ici le réel confinement des énergies féminines qui n’ont été libérées qu’avec l’avalanche de la modernité.

10Traduit par Séverine Bardon

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Furth, « Susan Mann, The Talented Women of the Zhang Family », Perspectives chinoises [En ligne], 2008/4 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5152

Haut de page

Auteur

Charlotte Furth

Professeure d’histoire émérite à l’université de Californie du sud.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page