Navigation – Plan du site
Dossier: La ville, laboratoire de la Chine de demain

La ville comme laboratoire : Le retour de la propriété privée et ses limites dans la Chine post-maoïste

Ting Xu et Tim Murphy
p. 28-37

Résumé

Cet article traite du retour de la propriété privée en Chine urbaine et de ses limites. Nous y étudions l’émergence de marchés fonciers urbains, la propriété foncière urbaine en ses rapports avec la complexité de la gouvernance urbaine, « les appartements à droits de propriété limités » qui forment un marché de l’immobilier de facto et dépassent le fossé rural-urbain, les « zones grises » liées au flou des frontières légales et administratives dans la Chine moderne, et, enfin, les récents changements dans le système de répartition des terres rurales et dans la distinction entre le rural et l’urbain. La conclusion soulève la question de la ville comme laboratoire dans un contexte où les distinctions légales et politiques entre l’urbain et le rural sont de plus en plus floues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ting Xu et Tim Murphy, « La ville comme laboratoire : Le retour de la propriété privée et ses limites dans la Chine post-maoïste », Perspectives chinoises [En ligne], 2008/4 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5134

Haut de page

Auteurs

Tim Murphy

Professeur dans le département de droit de la London School of Economics

Ting Xu

Doctorante dans le département de droit de la London School of Economics

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page