Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Gilbert Etienne, Chine-Inde. La grande compétition, Paris, Dunod, 2007.

Claudia Astarita
p. 176-177

Texte intégral

1Gilbert Étienne dans son livre expose sa version de l’histoire de deux acteurs majeurs de l’échiquier international et sa compréhension de leurs développements contemporains.

2L’auteur est convaincu que les prévisions à long terme tant en ce qui concerne la Chine que l’Inde sont risquées. Pour cette raison, il préfère baser son analyse sur des constats relativement sûrs. Ainsi, il analyse l’influence croissante de la Chine sur l’économie mondiale, et l’importance des changements que les contacts constants de l’Inde avec l’Occident ont créés, aussi bien sur les mentalités, que sur la classe politique ou encore sur les milieux d’affaires. Il prend ici le fil conducteur du développement économique pour indiquer qu’il doit être restitué dans son contexte politique, démographique et social.

3Témoin de l’évolution de ces deux géants depuis l’époque des indépendances, Gilbert Étienne alimente son récit d’anecdotes personnelles et retrace les grandes étapes et les évolutions les plus significatives de leur l’histoire. Surtout, il souligne l’impact des innovations et des réformes sur la vie quotidienne, à la ville, comme à la campagne.

4Après cette introduction, le lecteur est invité à considérer l’histoire plus ancienne des deux pays. L’auteur dresse un tableau de la vie dans la Chine et l’Inde prémoderne. Il tente ensuite une évaluation équilibrée de l’époque coloniale, soulignant aussi bien ses aspects négatifs et que ses aspects plus positifs.

5Par ailleurs, l’auteur retrace les défis que des personnalités comme Jawaharlal Nehru et Mao Zedong ont dû affronter dès après l’indépendance de leur pays. Le premier est décrit comme « un leader exceptionnel qui aurait pu devenir dictateur, mais qui s’est comporté en parfait démocrate » (p. 49). L’Inde est en effet un des États les plus stables d’Asie. Mao Zedong, au contraire, est présenté comme un « visionnaire qui voulait changer la Chine et le monde, ce qui conduisit aux désastres du Grand Bond en avant et de la Révolution culturelle » (p. 50). La description de la vie quotidienne dans la Chine du Grand Bond et la comparaison faite avec l’Inde est particulièrement pertinente. L’auteur y analyse en effet les aléas du développement économique et social au regard des lourdeurs des deux géants : poids démographique considérable, pauvreté endémique, système d’éducation et de santé en devenir. Bien sur, il ne néglige pas le poids des excès idéologiques sur ces développements.

6Enfin, l’auteur termine son tour d’horizon en décrivant la Chine et l’Inde au tournant du 21ème siècle. Il nous présente les avantages de la Chine sur son voisin dès le premier paragraphe : la vision de Deng Xiaoping ; la présence de Hong Kong et des tigres de l’Asie orientale à ses portes, à la fois investisseurs et modèles économiques ; le poids croissant du Japon dans les échanges économiques. Gilbert Étienne évoque cependant aussi les aspects plus sombres des révolutions agraire et industrielle : croissance des inégalités sociales, économiques, géographique… À cela, il n’oublie pas d’ajouter que les droits de l’homme, les libertés individuelles et civiques sont – de différentes manières – constamment bafoués dans les deux pays. En évoquant le massacre du 4 juin 1989, il rend quand même justice à Deng Xiaoping en affirmant que « la répression aurais été autrement plus dure sous Mao Zedong » (p. 69). Gilbert Étienne décrit l’Inde comme un pays en train de sortir de la malédiction de la pauvreté. Toutefois, il souligne un bilan équivoque ou persistent des problèmes complexes et profonds de pauvreté et de retard. Dans une deuxième partie, plus thématique, l’auteur évalue les systèmes politiques des deux pays et leurs hauts niveaux de corruption. Il insiste sur l’importance de la modernisation des infrastructures et sur l’amélioration du niveau de vie générale, aussi bien en ville qu’à la campagne. Gilbert Étienne considère que l’avenir politique de la Chine est plus incertain que celui de l’Inde. La transparence qui caractérise la vie politique indienne au quotidien est exemplaire. L’avenir politique de la Chine est encore aux mains d’un Parti communiste dont il est difficile d’anticiper les choix.

7Pour lui, « si l’avenir des infrastructures est mieux défini en Chine, la catastrophe écologique y est déjà plus avancée qu’en Inde » (p. 152). Dans les deux pays « l’environnement devra devenir une priorité majeure pour empêcher l’aggravation de la situation et, au moins, réduire les dommages actuels » (p.148). Le chapitre consacré au monde rural met parfaitement bien en évidence le désespoir de paysans qui se sentent abandonnés à la rapacité des corrompus par l’indifférence des élites sociales et politiques. Enfin, l’auteur conclut que malgré des progrès encourageants, la lutte contre la pauvreté, en Inde, comme en Chine, est un combat long et difficile, à l’issue incertaine.

8En conclusion, ce bon livre, détaillé et équilibré en ce qui concerne l’analyse des développements des deux pays pêche un peu peut-être par l’utilisation abusive des anecdotes personnelles, qui – si elles donnent au lecteur un sentiment de réelle intimité avec les deux géants de l’Asie orientale – empêche en réalité l’auteur d’insérer les deux pays dans une analyse théorique plus ample et significative permettant de statuer sur les alternatives à venir. Toutefois, rappelons qu’il s’agit là d’un renoncement annoncé, le projet du livre clairement assumé s’appuyant sur des constats de première main – ou relativement assurés – pour éviter de se livrer au jeu risqué des prévisions à long terme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudia Astarita, « Gilbert Etienne, Chine-Inde. La grande compétition, Paris, Dunod, 2007. », Perspectives chinoises [En ligne], 2008/2 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 27 mai 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5113

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page