Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Tyrene White, China’s Longest Campaign: Birth Planning in the People’s Republic, Ithaca, New York et Londres, Cornell University Press, 297 p.

Karine-Hinano Guérin
p. 173-174

Texte intégral

1Cet ouvrage passionnant retrace l’évolution des politiques de natalité mises en place depuis la fondation de la République populaire en 1949 jusqu’à nos jours. L’auteur axe sa recherche sur les origines politiques du contrôle des naissances ainsi que son rôle crucial dans la quête de modernisation de la Chine. Contrairement à la littérature riche existant sur ce sujet, White ne privilégie pas les aspects sociologiques, démographiques1 ou anthropologiques2 mais insiste davantage sur le caractère politique : comment et pourquoi le Parti communiste chinois (PCC) fut-il amené à imposer la limitation des naissances ? Pour quel degré de mise en oeuvre et quels résultats ? Enfin, pourquoi persiste-t-il à la maintenir ? White s’appuie sur des données riches et variées provenant de la littérature politique relative aux réformes internes (principalement les réformes économiques rurales), aux campagnes de masse du début des années 1950 à la fin des années 1990. Elle rassemble de nombreuses réglementations locales, circulaires officielles mais aussi des articles issus de la presse chinoise ainsi que ceux issus de revues spécialisées sur les questions relatives au planning familial. En outre, les notes ou observations de terrain et entretiens effectués auprès des responsables politiques, des cadres locaux ainsi qu’auprès de la population apportent une vision nuancée de la mise en oeuvre du planning des naissances. S’appuyant sur des extraits d’entretiens ou cas concrets relatés tout au long du livre, White dresse ainsi un tableau des tensions, contradictions des campagnes lancées en milieu rural et urbain pour limiter les naissances.

2À travers les premier et second chapitres, White explique la conjoncture dans laquelle se trouve le gouvernement chinois lorsqu’il décide d’imposer la limitation des naissances. Elle met ainsi en relief l’impératif économique qui donne lieu à cette politique familiale : le Parti craint que la croissance démographique ne vienne empêcher ou freiner les réformes économiques enclenchées. La nécessité de réduire l’accroissement de la population est affirmée comme condition primordiale pour atteindre et pérenniser un rythme de développement économique satisfaisant. La politique de l’enfant unique lancée à la fin des années 1970 encourage les mariages tardifs, des naissances espacées (si l’autorisation d’une seconde naissance est donnée), la restriction à un enfant par couple… Les difficultés à implanter cette limitation des naissances sont particulièrement présentes dans les campagnes où les cadres locaux sont mobilisés afin de changer la composition familiale (chapitre IV). White présente avec beaucoup de finesse les contradictions dans lesquelles se trouvent empêtrées les fonctionnaires, chargés d’administrer un contrôle de la natalité, mais aussi sommés d’être des modèles exemplaires du respect des réglementations concernées. Des situations concrètes illustrent l’absence de limite nette entre la société et l’État. White observe ensuite les lacunes du système bureaucratique chinois où sont distinguées deux formes de production qui doivent être rationnées : les céréales et les naissances (chapitre V).

3Puis, des études et analyses riches des campagnes de masse de stérilisation sont exposées (chapitre VI). Le coût humain, relatif aux avortements et stérilisations forcés, est révélé en détail : l’argumentation de White abonde en statistiques officielles couvrant l’ensemble du pays, enrichies par des entretiens effectués principalement dans les provinces de l’Anhui et du Hebei. L’auteur montre d’ailleurs les limites auxquelles se confronte la mise en oeuvre du planning des naissances, quand celui-ci provoque de graves rébellions au sein de la population. Le chapitre VII intitulé « Stratégies de résistance » observe et classifie les différentes attitudes de la population face au contrôle de la natalité : dérobade, collusion, dissimulation, affrontement et compromis. Ces formes de résistance montrent clairement l’interaction entre la population et les cadres locaux : médiation entre la société et l’État, où chacun choisit son mode de survie recourant à la corruption, à l’exil temporaire, au non-enregistrement ou au rapport de force direct avec les autorités. L’auteur insiste sur l’instrument vital des campagnes de propagande massive régulièrement lancées, sans lesquelles aucune limitation des naissances n’aurait pu être possible. Les répercussions dramatiques de ces campagnes sont pourtant nombreuses : problèmes d’infanticide, d’abandon, d’adoption sont mentionnés3 ainsi qu’un sex-ratio dont le déséquilibre est alarmant (chapitre VIII). White rappelle le dilemme des pratiques d’avortement, où les avortements sélectifs d’embryons occupent une large part. En outre, la multitude des naissances non enregistrées, grossissant les rangs d’une population flottante qui tend à échapper tant bien que mal au contrôle, inquiète le gouvernement quant à l’avenir du pays.

4Les critiques au niveau interne du PCC mais également celles faites au niveau international – où la politique des naissances de la République populaire de Chine a été et demeure très critiquée, sont exposées de manière plus succincte dans le dernier chapitre. L’auteur tente d’évaluer le succès du contrôle des naissances : elle affirme clairement que les modifications du planning familial – qu’il s’agisse de renforcements ou d’assouplissements – ne proviendraient jamais d’en bas mais toujours de l’élite politique et intellectuelle. Bien qu’elle estime qu’il n’existe aucune remise en question des lois de la part de la population, elle reconnaît les marges de manoeuvre et de négociation (« negociating space ») dont profitent les familles. Selon les conclusions de White, l’évolution du planning des naissances dépendrait en partie de l’influence internationale, mais surtout des succès économiques (qui rassurent le gouvernement), et encore plus de la division ou de la cohésion du PCC.

5À travers l’histoire politique du planning des naissances, cet excellent ouvrage demeure incontournable quant à la richesse des sujets de recherche examinés : corruption, éthique du PCC, discipline de la bureaucratie chinoise, relations difficiles entre le PCC et les masses rurales qui apparaissent urgentes à améliorer… Il propose ainsi une analyse panoramique précieuse des problématiques prédominantes dans la Chine d’aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Voir Thomas Scharping, Birth Control in China, 1949-1999: Population Policy and Demographic Development Richmond: Curzon, 1999.
2 Voir James Z. Lee et Wang Feng, One Quarter of Humanity: Malthusian Mythology and Chinese Realities, 1700-2000, Cambridge, Harvard University Press, 1999.
3 White se réfère au travail de Kay Ann Johnson, Wanting a Daughter, Needing a Son: Abandonment, Adoption, and Orphanage Care in China. St Paul (Minn.), Yeung and Yeung, 2004.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine-Hinano Guérin, « Tyrene White, China’s Longest Campaign: Birth Planning in the People’s Republic, Ithaca, New York et Londres, Cornell University Press, 297 p. », Perspectives chinoises [En ligne], 2008/3 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 23 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5083

Haut de page

Auteur

Karine-Hinano Guérin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page