Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Isabelle Thireau et Hua Linshan (éd.), D’une illégitimité à l’autre dans la Chine rurale contemporaine Paris, Éditions de l’EHESS, 2007, 236 p. (Études rurales n° 179).

Lucien Bianco
p. 171-173

Texte intégral

1Jusqu’en 2000 et au-delà, ce qui indignait et à l’occasion soulevait les paysans, c’était surtout l’impôt sous toutes ses formes et avec tous ses abus, ce qu’illustrait avec éloquence la célèbre enquête effectuée par Chen Guidi et Chun Tao dans l’Anhui1. Déjà pratiquées dans les années 1990, les « appropriations », « expropriations » ou « réquisitions » de terres ont récemment pris une telle ampleur qu’elles ont aujourd’hui supplanté le fisc en tête des griefs paysans, à tout le moins dans les zones les plus développées (est et sud-est) du pays.

2C’est précisément sur les causes, les modalités et les conséquences de ce phénomène nouveau que cet ouvrage collectif, à l’origine un numéro spécial de la revue Études rurales (n° 179), apporte le plus d’éclaircissements. Dès l’introduction, les éditeurs insistent sur son importance : dans un pays qui dispose de moins d’un dixième d’hectare de terre arable par habitant, près de six millions (voire un peu plus de six millions selon l’un des contributeurs, p. 120) d’hectares de terre arable ont été récemment perdus pour répondre aux besoins de l’urbanisation, de l’industrie ou du commerce ou tout simplement pour être vendus au plus offrant par les autorités locales. En proie à de véritables « fièvres de clôture », ces dernières ont constitué des « zones de développement » dont la surface excède aujourd’hui celle du territoire urbain. Rien qu’en 2006, on a recensé 131 000 cas de réquisition illégale de champs cultivés. On estime aujourd’hui que 50 millions de paysans ont été privés des terres qui leur avaient été allouées par contrat au début de l’ère de la réforme ou périodiquement réallouées depuis.

3Deux contributions examinent de façon détaillée les mécanismes de ces appropriations (terme plus adapté qu’expropriations, puisque les paysans ne possèdent qu’un droit d’usufruit sur les terres qu’ils cultivent) et les profits qu’en retirent les autorités locales : celles de He Bochuan (« La crise agraire en Chine »), dont le titre trop général est trompeur, en dépit des pages introductives (p. 117-119) et de Zhou Feizhou : « Comment les gouvernements locaux s’enrichissent ». Les motivations des cadres qui exproprient une fois mises à nu et les ravages des expropriations éloquemment exposés, les deux contributions suivantes relatent (Ying Xing), puis analysent (Kevin O’Brien et Li Lianjiang) la résistance paysanne à ces vagues de réquisitions de terres ainsi qu’à d’autres abus. Conformément à une méthode assez souvent utilisée dans le livre, Ying Xing présente les résultats d’une enquête monographique dont une brève introduction générale souligne la portée. Ici, après avoir invoqué Duara, Fei Xiaotong et l’administration impériale, l’introduction en vient très vite au vif du sujet : les fameuses lettres et visites (xinfang) aux instances supérieures, en fait des plaintes et récriminations qui se multiplient à l’envi aujourd’hui. Retenons de cette enquête que les lettres ne servent pratiquement à rien et que les visites elles-mêmes, de préférence collectives, doivent être répétées des dizaines de fois pour être entendues, et encore : l’administration temporise dans l’espoir de décourager les plaignants. Ceux-ci n’ont souvent d’autre recours que de provoquer des troubles (naoshi), donc d’enfreindre la légalité, le grand art étant de « mordre la ligne jaune sans la franchir ». C’est ici que prend le relais la contribution d’O’Brien et Li (« Tactical escalation in rural China ») sur laquelle je ne reviens pas car j’ai dit ailleurs tout le bien que je pense de l’excellent livre dont elle reproduit un chapitre2.

4Si l’originalité (et l’actualité) de ce livre collectif doivent beaucoup à son traitement des « expropriations » et des formes nouvelles de la résistance paysanne, il éclaire également, surtout dans sa première moitié, des épisodes antérieurs qui ont laissé des traces ou sont révélateurs des méthodes de « mobilisation des masses » d’emblée expérimentées par le régime. Ces épisodes, ce sont tout bonnement ceux qui ont scandé l’épopée maoïste à la campagne : réforme agraire, système d’achat et de vente (ou de ravitaillement) unifié (tonggou tongxiao) de novembre 1953 et début de la collectivisation, Grand Bond, travaux pharaoniques de Dazhai. Cette rétrospective sur les années 1949-1976 donne parfois le sentiment que certains collaborateurs chinois de l’ouvrage viennent de découvrir l’envers des étapes glorieuses de la révolution inculquées par la propagande. Loin d’être une critique, cela illustre simplement la différence de situation entre l’observateur extérieur (lui-même longtemps victime de ses illusions) et le sujet traité en objet par le régime. À partir du moment où les Chinois ont percé l’envers du décor, ils affinent et documentent beaucoup mieux que nous l’analyse des mécanismes de l’oppression. Pour la documentation, un exemple suffit : je connaissais de longue date l’existence des vols, « seul moyen de survivre » (p. 89) durant le Grand Bond, je ne soupçonnais pas leur ubiquité, richement illustrée par Liu Xiaojing. Sur les mécanismes et les effets de l’oppression, le lecteur occidental risque de retenir surtout deux choses : le rôle de la violence et de la terreur, la perversion du langage et des êtres humains par le recours imposé à des arguments normatifs auxquels personne ne croit.

5Dès la réforme agraire, bien étudiée par Gao Wangling et Liu Yang, terreur et « morale » (!) sont liées et concourent à la transformation idéologique de masses qui trouvaient normal d’acquitter le loyer de la terre. La terreur tue beaucoup plus que la campagne contre les contre-révolutionnaires. Ses cibles comptent non seulement des propriétaires fonciers ou des paysans baptisés tels parce qu’il faut bien identifier des propriétaires même là où il n’y en a pas, mais aussi des personnalités qui ont le tort d’être respectées et influentes dans leur village. Les discriminations établies alors, c’est-à-dire imposées et subies, n’ont jamais été oubliées, assurent Isabelle Thireau et Chang Shu, qui analysent le tonggou tongxiao et les débuts de la collectivisation agraire. Elles décrivent les méthodes et démontent le processus qui finissent par imposer aux paysans le comportement requis : jugements de valeur exclusifs et simulacres de discussion, le résultat étant déterminé à l’avance. « Intérieurement, j’étais contre, mais on ne pouvait pas s’opposer… On ne pouvait pas ne rien dire et on ne pouvait pas non plus dire autre chose que ce qu’ils attendaient », témoigne (p. 49) un vieux paysan. À Dazhai, de même (contribution de Chang Shu et Hua Linshan), l’éventail des comportements autorisés est très réduit (p. 107) et le jésuitisme ambiant incite à confesser même ce qu’on n’a pas fait mais qu’on avait seulement eu la tentation de faire, comme de ne pas aller travailler quand on était vraiment trop fatigué. Et fatigué, on l’était, épuisé, usé précocement par les efforts colossaux et interminables (jusqu’à 5 000 heures par an, le triple de ce que nous faisons en France aujourd’hui) imposés par la terreur, encore elle. Outre l’aide de l’État, révélée après coup, la terreur est l’autre grand secret du miracle de Dazhai. Après toutes ces horreurs, la contribution de Wang Hansheng et Shen Jing est rafraîchissante, en dépit de son titre (« La formation des droits de propriété dans les campagnes chinoises ») qui ne laisse rien augurer de tel. C’est aussi un bon antidote contre la vogue des clichés (« paysans naïfs et honnêtes », etc.) : on jubile en découvrant les arguties dont usent des villageois qui se disputent la propriété de scories dont on peut extraire et vendre le fer. Le dernier article du recueil (Jude Howell) corrige lui aussi des illusions répandues : une conséquence inattendue des élections villageoises est la baisse de la représentation féminine dans les comités villageois.

6Quelques regrets cependant : l’auteur de l’article sur les rendements records du Grand Bond a un peu trop tendance (p. 63, 76) à rabaisser le mérite des études antérieures (dont certaines, à commencer par celle de Thomas Bernstein publiée il y a près d’un quart de siècle3 sont plus éclairantes que la sienne) ; de menues maladresses ou erreurs subsistent, peut-être dues à la traductrice : les Qing postérieurs (p. 70), la Beifa datée de 1920 (p. 73) ; une orthographe parfois approximative ; enfin une absence de mise en perspective des conflits actuels : ils concernent aujourd’hui les réquisitions de terres plus que l’impôt ou l’enfant unique tout simplement parce que c’est le fléau du moment qui suscite des actions paysannes essentiellement réactives.

Haut de page

Notes

1 Chen Guidi et Chun Tao, Zhongguo nongmin diaocha, Pékin, Renmin wenxue chubanshe, 2004.
2 Kevin J. O’Brien et Lianjiang Li, Rightful Resistance in Rural China, Cambridge University Press, 2006. Mon compte rendu dans le n° 189 (mars 2007) de China Quarterly.
3 Thomas Bernstein, « Stalinism, famine, and Chinese peasants : grain procurements during the Great Leap Forward », Theory and Society, 13-3, 1984, p. 339-377.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucien Bianco, « Isabelle Thireau et Hua Linshan (éd.), D’une illégitimité à l’autre dans la Chine rurale contemporaine Paris, Éditions de l’EHESS, 2007, 236 p. (Études rurales n° 179). », Perspectives chinoises, 2008/3 | 2008, 171-173.

Référence électronique

Lucien Bianco, « Isabelle Thireau et Hua Linshan (éd.), D’une illégitimité à l’autre dans la Chine rurale contemporaine Paris, Éditions de l’EHESS, 2007, 236 p. (Études rurales n° 179). », Perspectives chinoises [En ligne], 2008/3 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 19 août 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5073

Haut de page

Auteur

Lucien Bianco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org