Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

John Makeham, Lost Soul, Confucianism in Contemporary Chinese Academic Discourse, Cambridge, Harvard University Eugenia Lean, Public Passions. The Trial of Shi Jianqiao and the Rise of Popular Sympathy in Republican China, Berkeley University of California Press, 2007, 290 p.

Jérôme Bourgon
p. 170-171

Texte intégral

1Le 13 novembre 1935, une jeune femme se glissait dans un temple bouddhiste de Tianjin, et faisait feu à plusieurs reprises sur un paisible quinquagénaire agenouillé devant l’autel. Se tournant vers les témoins qui commençaient à s’enfuir, la jeune femme jeta son arme et entreprit à haute voix d’expliquer son geste, en distribuant un texte ronéoté : elle s’appelait Shi Jianqiao, elle était la fille de Shi Congbin, un officier qui, dix ans plus tôt, commandait les unités du Shandong pour le compte de la clique du Zhili, dont le chef était le seigneur de la guerre Zhang Zuolin. Au mois d’octobre 1925, au cours de la seconde guerre opposant la clique du Zhili à celle du Fengtian, Shi Congbin avait été capturé par Sun Chuanfang, l’un des chefs de la clique du Fengtian, qui l’avait fait décapiter sans autre forme de procès et avait fait ficher sa tête sur une pique. C’était ce Sun Chuanfang, à présent retiré et converti au bouddhisme, que Shi Jianqiao venait d’assassiner, vengeant ainsi la mort de son père et l’humiliation portée à sa dépouille. Ce fait divers eut immédiatement un écho considérable, tant à cause de la personnalité de la victime — Sun Chuanfang incarnant les pires méfaits des seigneurs de la guerre : répression féroce des grèves ouvrières de Shanghai, trafic d’opium, collaboration avec les Japonais — que des mobiles de l’assassinat : venger son père était un crime devant la loi, mais un devoir selon la morale confucéenne. Ce dilemme enflamma l’opinion, aux articles de presse s’ajoutèrent bientôt des romans-feuilletons, des pièces de théâtre, et même un film. Cela alors même que se déroulait un procès fertile en rebondissements, le tribunal du district de Tianjin, celui de la province du Hebei et la Cour suprême de Nankin donnant chacune des verdicts contradictoires. Au bout du compte, Sun Jianqiao bénéficia d’une grâce et fut remise en liberté. Son acte avait fait d’elle une héroïne de la piété filiale dont la propagande nationaliste fit un symbole de la guerre patriotique, présentée comme une légitime vengeance contre l’agresseur japonais. Le dernier chapitre du livre suit le destin de l’héroïne dans la Chine communiste, ses déboires lorsque la Révolution culturelle fait de la piété filiale une tare de la société féodale, jusqu’à sa rehabilitation peu avant sa mort, en 1979.

2Voici un ouvrage touffu, où la richesse de la documentation et la variété des éclairages l’emportent sur la rigueur du propos. Les premiers chapitres sont consacrés à une présentation de la victime, de l’assassin, et de son mobile, puis à un panorama de la presse, où apparaît le thème dominant du livre : « Media sensation : Public justice and the sympathy of an urban audience » (titre du chapitre 2) ou comment un nouveau public urbanisé prit fait et cause pour un personnage paré des vertus chevaleresques des wuxia, ces redresseurs de torts des romans populaires chinois. L’affaire donne lieu à une confrontation entre le sentiment de sympathie envers l’assassin, qing; la raison, li; et la loi fa, le premier l’emportant assez constamment sur les deux autres selon l’auteur, comme le montre son analyse du procès. La défense de Shi Jianqiao est assurée par deux « as du barreau » qui font valoir, d’une part, que celle-ci s’est immédiatement livrée aux autorités, zishou une importante notion du droit ancien, dont l’auteur croit qu’elle entraînait automatiquement la grâce, alors que ce n’était jamais qu’une circonstance atténuante ; en second lieu, les avocats plaident la « colère légitime » (rightful anger) face à l’acte injuste et barbare dont le père de l’accusée avait été victime, dans une situation – chaos des guerres civiles – où celle-ci ne pouvait obtenir justice par d’autres moyens. Raisonnement spécieux, répond le procureur chargé de l’accusation publique, puisque la vengeance est intervenue dix ans après les faits, alors que le rétablissement des institutions républicaines aurait permis un procès en bonne et due forme. La mort d’un père, poursuivait le procureur, ne saurait justifier la vengeance privée, la soumission à la justice n’est pas en soi une cause d’indulgence, les circonstances doivent être considérés du point de vue des intérêts supérieurs du respect de la loi et du maintien de l’ordre public, et non selon un sentiment de « sympathie » aux fondements suspects.

3Les autorités judiciaires cherchaient ainsi à diffuser les principes du droit moderne, en minant des conceptions anciennes, comme la formule « on ne peut vivre sous le même ciel que l’assassin de son père », encore très répandues dans le public. Mais ils trouvaient des points d’appui dans une opinion publique déjà moderne, c’est-à-dire divisée. Ainsi, la gauche intellectuelle fut toujours hostile à l’acte de Shi Jianqiao et au culte qui lui était rendu. Un journaliste remarquait que:
Notre société a toujours sympathisé avec ces vengeurs, pensant que leurs actes étaient “excitants” (renao), et les acclamant sans raison, criant “Bravo !”. En fait, chaque fois qu’un criminel agit avec détermination, les gens dans les rues s’égosillent à crier “Très bien !” (p. 103)

4Les sinologues apprécieront d’apprendre que le grand juriste et historien du droit chinois Xu Daolin (Hsu Tao-lin) abandonna les hautes fonctions judiciaires qu’il exerçait sous la République nationaliste pour poursuivre « en simple citoyen » le seigneur de la guerre qui avait fait assassiner son père, sans succès, ce qui le poussa vers la carrière académique. Si Xu se reprocha toujours son échec, il ne regretta jamais de ne pas avoir tenté de se faire justice lui-même. Du reste, en dépit des apparences, l’impunité du soudard qui avait tué le père de Xu Daolin ou la grâce de Shi Jianqiao ou d’autres assassins par vengeance ne dépendaient pas des débats judiciaires, mais des intrigues entre Jiang Jieshi (Tchang Kai-chek) et les anciens seigneurs de la guerre ralliés à lui. La grâce de Shi Jianqiao se comprend mieux lorsqu’on apprend qu’elle était soutenue par Feng Yuxiang, l’ancien chef de la clique du Zhili, resté très influent sous la République nationaliste.

5Comme souvent les sinologues, l’auteur tend à exagérer la spécificité chinoise : que la défense mette en avant des circonstances exceptionnelles pour excuser un crime, que le juge et le procureur insistent sur le respect de la loi et de l’ordre public, est-ce si spécifiquement chinois ? Référer la première attitude au confucianisme et la seconde au légisme, est-ce éclairer l’arrièreplan historique et philosophique de la décision, ou céder à un cliché sinologique qui cache en fait notre ignorance ? Ce qui manque au livre pour que soit pleinement traité le thème de la « sympathie », les « émotions » du public, c’est justement une mise en perspective historique d’assez longue durée et une démarche comparative bien documentée. Alors que les historiens européens disposent d’une vaste – chansons et libelles illustrés, bouts rimés – leur permettant d’étudier les sentiments que causent dans le public les procès et les exécutions, et ce depuis le XVIe siècle au moins, pourquoi les historiens de la Chine ne disposent- ils sur le même sujet d’à peu près rien, au point que l’affaire Shi Jianqiao apparaisse, en 1935, comme la naissance d’une sensibilité nouvelle aux affaires judiciaires ? Le livre ne répond pas à la question, mais il a le mérite de la poser avec acuité, et une grande profusion de details.

6Caractère chinois fa li qing wuxia 武俠zishou 自首

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Bourgon, « John Makeham, Lost Soul, Confucianism in Contemporary Chinese Academic Discourse, Cambridge, Harvard University Eugenia Lean, Public Passions. The Trial of Shi Jianqiao and the Rise of Popular Sympathy in Republican China, Berkeley University of California Press, 2007, 290 p. », Perspectives chinoises, 2008/3 | 2008, 170-171.

Référence électronique

Jérôme Bourgon, « John Makeham, Lost Soul, Confucianism in Contemporary Chinese Academic Discourse, Cambridge, Harvard University Eugenia Lean, Public Passions. The Trial of Shi Jianqiao and the Rise of Popular Sympathy in Republican China, Berkeley University of California Press, 2007, 290 p. », Perspectives chinoises [En ligne], 2008/3 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 27 juin 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5053

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org