Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Isabelle Attané et C. Z. Guilmoto (éd.), Watering the Neighbours' Garden. The Growing Demographic Deficit in Asia.

Cecilia Milwertz
p. 123-125

Texte intégral

1L’expression « arroser le jardin des voisins » fait référence au gaspillage d’une ressource précieuse pour une entreprise profitant à un autre. Cet ouvrage s’intéresse à la question de « la masculinisation démographique galopante » et de « la sélection par le genre » en Asie, deux termes utilisés pour évoquer le déséquilibre numérique croissant entre garçons et hommes d’une part, et filles et femmes d’autre part. Dans leur introduction, les éditeurs Isabelle Attané et Christophe Guilmoto remarquent que ces déséquilibres du sex-ratio chez les enfants ne sont plus principalement dus, comme par le passé, à la négligence à l’égard des filles, généralement liée à la pauvreté, mais également à l’avortement sélectif que permettent depuis quelque temps les nouvelles technologies accessibles aux classes moyennes et supérieures. Le livre affirme que ces sujets demeurent insuffisamment abordés par la recherche en sciences sociales malgré les proportions considérables qu’atteignent la sévère discrimination sexuelle à l’égard des filles et les déséquilibres du sex-ratio qu’elle engendre. Les éditeurs évoquent ainsi le manque d’attention généralement accordée aux 100 millions de « femmes manquantes » en Asie – filles n’étant pas nées, filles et femmes décédées jeunes – qu’ils opposent au chiffre cumulé de 25 millions de morts causés par le virus du SIDA dans le monde. L’objectif de cet ouvrage est donc d’attirer l’attention sur le problème des sex-ratios déséquilibrés à travers un ensemble de chapitres traitant des causes, des conséquences, des pratiques et de la signification de ce phénomène ainsi que des réponses qu’il provoque ou, au contraire, ne provoque pas. La majorité des chapitres (12 sur 17) concernent la République populaire de Chine et/ou l’Inde — deux pays où l’on compte le plus grand nombre de filles et de femmes manquantes. Un des chapitres sur la Chine traite des migrations transnationales, des mariages et du trafic à la frontière sino-vietna mienne. L’ouvrage inclut également des chapitres concernant Singapour, le Bangladesh, la Corée du Sud, un chapitre sur les mariages et les migrations entre le Vietnam et Taiwan, ainsi qu’un chapitre sur les pays du Caucase : l’Azerbaïdjan, la Géorgie et l’Arménie.

2Les sex-ratios déséquilibrés, comme le notent les éditeurs dans leur introduction, sont le symptôme flagrant de l’intense discrimination à l’égard des filles et des femmes. Dans le premier chapitre du livre, Li Shuzhuo, Wei Yan, Jiang Quanbao et Marcus W. Feldman partent du fait que le phénomène des filles manquantes « ne constitue pas seulement une violation du droit à la survie, mais produit également des sex-ratios déséquilibrés et par conséquent des problèmes d’ordre démographique et social qui menacent la stabilité à long terme et le développement durable de la société chinoise. » (p. 25) Cette position éthique et politique est reprise tout au long du livre, et sous-tend l’appel à une plus grande attention de la recherche à ce problème. Cependant, cette position ne peut pas être supposée acquise, et les arguments développés dans l’ouvrage gagneraient en solidité si ce point de départ était présenté comme un argument plutôt qu’une affirmation. Comme le soulignent les éditeurs dans l’introduction, la question du droit à l’avortement, permettant une sélection selon le sexe, est extrêmement sensible éthiquement et politiquement. Il aurait été néanmoins intéressant que le livre propose une discussion et une analyse plus en profondeur de cette question. Comment, par exemple, peuton considérer comme inacceptable l’avortement d’un foetus en fonction de son sexe, alors que l’avortement d’un foetus dont le sexe n’a pas été déterminé est accepté (du moins par certains) au nom du droit à l’autodétermination des femmes enceintes ?

3L’ouvrage s’articule autour de quatre thèmes principaux. Partie I : Évolutions récentes des sex-ratios en Asie ; partie II : Différentiels des comportements discriminants ; partie III : Perspectives locales sur les inégalités liées au genre et, enfin, partie IV : Réponse et impact des mesures politiques. Chaque chapitre ne s’intègre pas nécessairement de manière stricte dans ces catégories. Plusieurs d’entre eux semblent au contraire enjamber les différents thèmes, comme, par exemple, certains chapitres des parties I, II et III abordant également des questions liées aux mesures politiques. Il est cependant important de noter que le livre offre un aperçu riche et nuancé des aspects très variés que peut prendre cette question vaste et complexe. L’espace ne permettant pas ici un commentaire pour chaque chapitre, la suite donnera quelques exemples de la variété des sujets abordés.

4Le chapitre de Le Bach Duong, Danièle Bélanger et Khuat Thu Hong sur les migrations et le trafic entre le Vietnam et la Chine traite de la situation paradoxale engendrée par le déficit de femmes en Chine : si elle facilite la migration des femmes vietnamiennes et permet l’amélioration de leur conditions de vie, elle augmente également les risques de trafic dont elle peuvent être victimes. Ce chapitre, tout comme celui de Graeme Hugo et Nguyen Thi Hong Xoan qui concerne également la migration, souligne la conjonction de différents facteurs comprenant, principalement, le déficit des femmes dans le pays d’accueil et la pauvreté dans les pays d’origine. Plusieurs chapitres analysent la façon dont les différentes pratiques et politiques liées au genre contribuent à maintenir et à créer les conditions favorisant la domination masculine et la préférence pour les fils plutôt qu’à les affaiblir. Sur la base de travaux de terrain menés en République populaire de Chine, l’anthropologue Laurel Bossen montre qu’il existe une relation claire entre le système de propriété des terres introduit à la campagne par le programme de réformes économiques et la préférence pour les fils. Bossen conclut en expliquant que le retour du contrôle patrilinéaire sur les titres fonciers des villages depuis les réformes, combiné à la mise en place de la politique nationale de contrôle des naissances ont conduit à un large déficit de filles, les garçons assurant la sécurité économique des familles. De la même façon, le chapitre de Nurul Alam, Jeroen Van Ginneken et Alinda Bosch concernant le Bangladesh conclut que les garçons sont appréciés pour la richesse potentielle qu’ils apportent à leur parents et leur famille étendue. Ces chapitres insistent sur le fait que les gouvernements sont confrontés à des difficultés majeures pour l’élaboration, la promotion et la mise en oeuvre de mesures politiques tenant compte des spécificités liées au genre.

5Dans leur introduction, les éditeurs déplorent ne pas pouvoir fournir de cadre théorique unifié permettant de comprendre les pratiques de discrimination liées au genre et qui sont à l’origine des déséquilibres du sex-ratio en Asie. L’ouvrage ne manque pas d’offrir, cependant, une mine d’informations et d’analyses sur la question des sex-ratios déséquilibrés, ce qui rend sa lecture fort intéressante. Son objectif est de provoquer un intérêt pour ces questions et une prise de conscience quant à la nécessité de développer la recherche dans ce domaine. La présentation de cette sélection large et variée d’études qualitatives et quantitatives satisfait cet objectif en offrant au lecteur de nombreuses perspectives éclairant l’impact des sex-ratios déséquilibrés sur le développement humain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cecilia Milwertz, « Isabelle Attané et C. Z. Guilmoto (éd.), Watering the Neighbours' Garden. The Growing Demographic Deficit in Asia. », Perspectives chinoises, 2008/2 | 2008, 123-125.

Référence électronique

Cecilia Milwertz, « Isabelle Attané et C. Z. Guilmoto (éd.), Watering the Neighbours' Garden. The Growing Demographic Deficit in Asia. », Perspectives chinoises [En ligne], 2008/2 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/5003

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org