Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Huaiyin Li, Village Governance in North China 1875-1936, Stanford, Stanford University Press, 2005, 325 p.

Xiaohong Xiao-Planes
p. 129-131

Texte intégral

1L’ouvrage de Li Huaiyin étudie la société rurale chinoise dans la région de Huolu, située au centre-sud du Hebei, plus précisément des formes d’administration villageoise et de leur lien avec le pouvoir d’État de la fin du xixe au début du xxe siècle. En ce sens, il rejoint l’axe de recherche tracé, depuis les années 1960-1970, par les historiens, Hsiao Kung-chuan, Ch’ü T’ungtsu, Saeki Tomi, John Watt1. Leurs travaux ont porté, en particulier, sur l’organisation et le fonctionnement des institutions des sous-circonscriptions rurales appelées lijia, baojia, xiangbao, baozheng, libao, etc. Leurs administrateurs, semiofficiels, secondaient les magistrats dans la collecte des taxes et assuraient les fonctions sécuritaires. Parus dans les années 1980, les ouvrages de Philip Huang et Prasenjit Duara relatifs à la  Chine rurale du Nord ont renouvelé cette historiographie2. En exploitant la riche collection d’archives sous-préfectorales de Baodi, au nord-est du Hebei, Philip Huang a découvert que des villageois ordinaires, qui n’étaient pas nécessairement des éléments de la gentry, y assumaient la fonction de xiangbao (administrateurs ruraux). La configuration des pouvoirs dans la société rurale paraît ainsi plus complexe qu’on ne l’avait imaginé. Pour sa part, Prasenjit Duara a qualifié les leaders villageois de « courtiers en protection » (protection brokerage) qui servirent d’intermédiaires pour l’État pré-moderne chinois. Grâce à cette connexion, et grâce aussi à la sanction officielle des valeurs symboliques et des cultes locaux, l’État impérial parvint à maintenir sa présence à la campagne sans s’y être véritablement installé.

2L’oeuvre de Li Huaiyin s’inscrit dans la droite ligne de ce renouvellement historiographique. Ayant recours aux archives sous-préfectorales de Huolu, l’auteur essaie de cerner un certain type de gouvernance rurale basée sur l’institution du xiangdi. Le xiangdi était une sorte d’agent ou de commis du village. Contrairement au xiangbao du nord-est du Hebei, qui était un administrateur intermédiaire entre le gouvernement local et une vingtaine de villages placés sous sa juridiction, le xiangdi de Huolu, précise l’auteur, était un intermédiaire entre le yamen local et son propre village. Li Huaiyin centre ainsi son étude sur la microhistoire du village… ou presque.

3En réalité, l’institution de xiangdi structurait l’interface relationnelle des communautés rurales avec l’administration, puisque sa principale fonction consistait à lever et à livrer les taxes pour le compte de l’État. Les archives utilisées proviennent du yamen sous-préfectoral de Huolu. Elles couvrent une période allant de l’ère Guangxu jusqu’aux années 1920-1930. L’auteur dénombre un total de 200 villages appartenant à la circonscription. La plupart d’entre eux ne disposait que d’un seul xiangdi ; mais certains en possédaient plusieurs, suivant le nombre des subdivisions villageoises (pai). Il existait à peu près 500 xiangdi en tout et ce chiffre est resté relativement stable durant la période observée.

4La création du xiangdi remonte vraisemblablement au XVIIIe siècle, à la suite de la réforme fiscale de l’empereur Yongzheng (1726). Il s’agissait d’éviter le recours aux courtiers recueillant des taxes forfaitaires et la mainmise des clercs de yamen. En principe, la fonction de xiangdi était assurée à tour de rôle par les villageois. Concrètement, la procédure de sa désignation s’appuyait  généralement sur les structures sociales coutumières des villages chinois – clans familiaux (zu) et leurs branches (fang). Ces groupes se chargeaient à leur tour de choisir parmi leurs composants un foyer chargé d’assurer le service. Certains villages établirent un ordre de rotation en fonction de la superficie des terrains possédés ou du montant des taxes à régler. Les familles les plus pauvres étaient couramment dispensées de la charge de xiangdi. La tâche concrète des xiangdi consistait à assurer la collecte des impôts dans les délais et, au besoin, à avancer la somme pour les taxes différées ou temporaires. Pour répondre à ces obligations, les xiangdipouvaient utiliser les fonds communautaires du village ou du clan ; ou encore contracter des emprunts auprès des boutiquiers (puhu) et des banques traditionnelles (qianzhuang). Ils devaient ensuite récupérer les fonds avancés auprès des villageois avant de remettre la charge à leurs successeurs vers la fin de l’année. Considérée comme une obligation naturelle envers la communauté, la fonction de xiangdi n’était pas rétribuée. Mais en contrepartie, son titulaire bénéficiait d’un statut de droit en tant qu’intermédiaire dans les transactions commerciales des villageois et pouvait toucher, à ce titre, une petite commission. Toutes ces règles – modalités de nomination, durée du mandat, responsabilités assignées au xiangdi, obligation des villageois de rembourser les avances –étaient clairement consignées dans les statuts de village (cungui, xianggui ou paigui). Ils avaient une valeur réglementaire suprême, se transmettaient de génération en génération, et régirent, selon l’auteur, les relations inter-personnelles dans les villages de Huolu jusqu’à la fin des années 1920.

5Le statut et la position du xiangdi étaient d’autant plus solides qu’ils bénéficiaient implicitement d’une sorte d’aval de l’administration sous-préfectorale. Les magistrats tenaient les xiangdipour responsables des taxes différées, en même temps qu’ils sanctionnaient leurs prérogatives prescrites dans les statuts de village. Les communautés rurales de Huolu, tel que les dépeint Li  Huaiyin, n’avaient en effet rien d’idyllique et ne correspondaient pas toujours à l’image d’une harmonieuse société confucéenne, en dépit de leur efficace système de coopération. Le rejet du service du xiangdi, le refus du remboursement des avances, les rivalités liées aux nouvelles nominations, la disposition des fonds communautaires, tous ces motifs pouvaient alimenter les litiges. Les archives de yamen dans lesquelles Li Huaiyin a puisé bon nombre d’informations sont composées essentiellement des dossiers judiciaires. Ils démontrent que les villageois recouraient à l’arbitrage du représentant de l’État chaque fois que les arrangements communautaires ou intercommunautaires ne suffisaient plus à pacifier les conflits. À partir de ce constat, Li Huaiyin focalise ses analyses sur le discours des plaignants et des accusés, et tout particulièrement, sur les normes communautaires auxquelles ils se référaient régulièrement. Il s’agit des principes et des règles inclus dans les cungui, que les villageois intériorisaient et respectaient globalement. Quant aux magistrats, ils entérinaient ces normes dans leurs jugements. Les statuts du village étaient ainsi sanctionnés par un pouvoir officiel et acquéraient par là une double force de coercition, s’exerçant aussi bien sur l’espace interne de la vie communautaire que sur l’interface par lequel le village communiquait avec les autorités de l’extérieur. Les représentants de l’État n’en furent pas moins gagnants avec cette souplesse institutionnelle.  Grâce au système du xiangdi, le taux de collecte d’impôts auprès la population s’est maintenu globalement à un chiffre proche de 100% à Huolu pour la période concernée. Au vu de ce fait, les magistrats tendaient à déléguer de nouvelles fonctions aux xiangdi, comme par exemple les tâches d’ordre sécuritaire, l’élection des chefs de village, la création et l’entretien des écoles primaires. Grâce aux solides relais de xiangdi, le conseil sous-préfectoral (xian canyihui), qui réunissait en son sein les élites locales du pays, parvint à plusieurs reprises, dans les années 1910-1920, à s’opposer à l’augmentation des impôts.

6Concernant la problématique de la pénétration de l’État dans les campagnes à l’époque de la nouvelle politique et sous le régime nationaliste , l’auteur fait le tour de la question en examinant les institutions introduites alors à Huolu. Imposées par le pouvoir, ces dernières furent rapidement condamnées à l’inefficacité et à l’inconsistance par manque de soutien financier et d’adhésion des villageois. Mesurée et rigoureuse, l’étude de Li Huaiyin nous incite à garder à l’esprit cette notion – maintes fois rappelée mais peut-être jamais assez soulignée – de la très grande diversité chinoise. Elle contribue à mettre en valeur l’extraordinaire richesse socio-culturelle des régions. Elle illumine avec force cette condition sine qua non de la construction de l’État-nation qui réside, tout compte fait, dans l’adhésion volontaire de la population.

Haut de page

Notes

1 Hsiao Kung-chuan, Rural China : Imperial Control in the Nineteenth Century, Seattle, University of Washington Press, 1960. Ch’ü T’ung-tsu, Local government in China under the Ch’ing, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1962. Saeki Tomi, « Shindai no kyoyaku jiho ni tsuite » (On the xiangyue and the dibao in the Qing time), in Tohogaku,n° 28, 1964, p. 91-119 ; « Shindai no risho » (The lishu in the Qing dynasty), in Toyo gakuho, n° 46/3, 1965, p. 67-77. John R. Watt, The District Magistrate in Late Imperial China, New York, Columbia University Press, 1972.
2 Philip C.C. Huang, The Peasant Economy and Social Change in North China, Stanford, Stanford University Press, 1985. Prasenjit Duara, Culture, Power and the State : Rural North China, 1900-1942, Stanford, Stanford University Press, 1988.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xiaohong Xiao-Planes, « Huaiyin Li, Village Governance in North China 1875-1936, Stanford, Stanford University Press, 2005, 325 p. », Perspectives chinoises, 2008/1 | 2008, 129-131.

Référence électronique

Xiaohong Xiao-Planes, « Huaiyin Li, Village Governance in North China 1875-1936, Stanford, Stanford University Press, 2005, 325 p. », Perspectives chinoises [En ligne], 2008/1 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 27 juin 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/4893

Haut de page

Auteur

Xiaohong Xiao-Planes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org