Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Ching Kwan Lee, Against the Law: Labor Protests in China’s Rustbelt and Sunbelt, Berkeley, University of California Press, 2007, 326 p.

Anita Chan
p. 120-121

Texte intégral

1ANITA CHAN Ce livre, qui est le premier à faire le point de manière complète sur les conditions de travail en Chine depuis les réformes économiques entamées il y a presque 30 ans, aborde de façon équilibrée les cas des ouvriers dans les entreprises d’État et des travailleurs migrants. Il est bien documenté et fourmille de détails intéressants et d’anecdotes personnelles relatifs à la situation critique qui touche ces travailleurs chinois laissés dans l’ornière par la politique d’industrialisation forcenée de la Chine. L’ouvrage se concentre sur les mouvements de protestation des ouvriers, sur leur identité sociale et sur leurs relations avec le nouveau système légal. Il n’en est pas moins de haute tenue théorique et devrait figurer dans les bibliographies de tous les cursus universitaires.

2L’ouvrage s’organise en quatre parties regroupant sept chapitres. La première, « L’autoritarisme juridique décentralisé », dépeint le contexte dans lequel évolue le monde du travail à l’ère des réformes économiques et la mise en place d’un nouveau système de régulation. La seconde partie, « La rustbelt ou les revendications du désespoir » traite des luttes des ouvriers des entreprises d’État contre les licenciements à travers l’exemple de la province du Liaoning. La troisième partie, « La sunbelt ou la lutte contre les discriminations » se penche sur le cas des travailleurs migrants dans la province du Guangdong, sur leurs conditions de travail effrayantes et leurs activités revendicatrices. La dernière partie, « Les politiques chinoises du travail dans une perspective comparée », met en parallèle les ouvriers chinois avec les ouvriers européens durant la révolution industrielle, les comparant également aux travailleurs d’aujourd’hui aux États-Unis et au Mexique, à ceux de Corée du Sud dans les années 1960 et 1970 et aux ouvriers dans la Chine d’avant la Libération. L’auteur montre ainsi que les évolutions du monde du travail dans la Chine d’aujourd’hui ne constituent pas des faits isolés. L’ouvrage se termine sur une note légèrement optimiste, affirmant qu’il existe aujourd’hui une « alliance secrète » grâce à laquelle les ouvriers et d’autres groupes comme les paysans e les propriétaires des villes utilisent la loi pour défendre leurs droits.

3Lee insiste sur plusieurs points intéressants négligés par d’autres chercheurs qui ont abordé le sujet. Tout d’abord, elle insiste sur l’« autoritarisme juridique décentralisé » qui résulte de la décentralisation politique et économique du gouvernement chinois. Celle-ci a conduit à des différenciations territoriales dans les discours idéologiques, celles-ci entraînant à leur tour des schémas différents de revendication sociale dans les rustbelt et sunbelt. Ainsi, les mouvements revendicatifs dans le secteur étatique sont comparés à ceux des nouveaux secteurs non étatiques et les activités contestataires des ouvriers d’État comparées à celles des travailleurs migrants. L’auteur forge pour ces catégories respectives les expressions nouvelles de « revendications du désespoir » et de « lutte contre la discrimination ». Le livre consacre deux chapitres aux ouvriers d’État et deux aux travailleurs migrants. Les premiers ont subi des licenciements massifs et beaucoup ont manifesté dans la rue en signe de contestation, « animés par le courage moral et le désespoir ». Les seconds, dépourvus des droits conférés aux résidents sur leurs lieux de travail, sont exploités et victimes des discrimination du fait de leur « demi-citoyenneté ».

4On peut admettre que les contextes dans lesquels ces deux types de travailleurs évoluent et les problèmes qu’ils rencontrent sont très différents. Cependant, les étiquettes forgées par l’auteur pour les distinguer sont trompeuses. La condition des travailleurs migrants est sans doute plus « désespérée » que celle des ouvriers d’entreprises d’État licenciés. Loin de chez eux et sans famille ni soutien d’une communauté, ils sont amenés à travailler sur de très longues plages horaires pour de salaires plus bas que le minimum légal. Leur situation est plus désespérée que celle des travailleurs licenciés qui ont toujours un foyer et qui, même au chômage, bénéficient souvent d’un filet de sécurité, aussi inadapté soit-il. De même, postuler que les travailleurs migrants sont engagés dans une « lutte contre la discrimination » parce qu’ils ne bénéficient pas des mêmes droits que les habitants de la ville n’est pas entièrement convaincant. Les travailleurs migrants ne réclament en effet pas l’accès à ces droits mais, comme le souligne Lee elle-même, leurs revendications se limitent à une critique de leurs salaires indécents et de leurs conditions de travail. On n’a pas encore entendu parler de travailleurs migrants réclamant les même droits et avantages que ceux possédant un hukou urbain (un certificat de résidence). Le jour où les travailleurs migrants réclameront l’abolition du système du hukou marquera l’aboutissement de leur prise de conscience en tant que groupe.

5Le second point important souligné par Lee est le fait que les travailleurs migrants possèdent toujours un lopin de terre et un réseau social à la campagne et que leur identité sociale demeure liée à leurs lieux d’origine, un aspect de leurs vies que la plupart des études tend à passer sous silence. Le chapitre six est consacré à ce sujet mais l’auteur omet dans ce chapitre factuel une évolution intéressante les travailleurs migrants commencent à se transmettre un esprit de classe. Un certain nombre d’exemples de vies de travailleurs migrants dans ce chapitre montre qu’une seconde génération de travailleurs migrants fait son apparition et qu’il n’est plus inhabituel pour deux générations – les parents et leurs enfants adultes – de travailler en même temps dans les usines en ville. Il n’est également plus rare de voir des travailleurs migrants mariés travailler dans la même usine ou dans des arrondissements voisins. Ceci va à l’encontre de l’image traditionnelle qui veut que les rangs des travailleurs migrants se composent principalement de jeunes femmes célibataires qui travaillent jusqu’à leur mariage pour être ensuite remplacées par une nouvelle cohorte de jeunes femmes célibataires.

6Enfin, une distinction est faite par l’auteur entre les ouvriers d’État licenciés, enclins à manifester dans la rue, et les travailleurs migrants, plus prompts à recourir à des canaux légaux de contestation. Il est vrai que les travailleurs migrants ont pris conscience de leurs droits durant la dernière décennie et que le nombre de litiges et d’affaires jugées devant les tribunaux a explosé. Mais sont-ils vraiment plus adeptes des procédures égales, alors que les ouvriers d’entreprises d’État seraient moins respectueux de la loi et plus militants En réalité, le cas de travailleurs migrants qui quittent leurs usines pour manifester dans les rues est aussi fréquent. Cependant, il est vrai que cette tactique leur est moins profitable qu’aux ouvriers d’État qui, en tant que résidents, peuvent interpeller les autorités locales par ce statut. De plus, le niveau plus élevé de litiges parmi les travailleurs migrants peut être dû au fait que les usines financées par des capitaux étrangers dans lesquelles ils travaillent n’ont pas de comité de médiation à l’image des entreprises d’État. Le seul moyen d’obtenir justice pour un travailleur migrant est de rechercher de l’aide pour son litige hors de son lieu de travail auprès d’agences de conseils juridiques ou d’ONG ou de se rendre directement aux bureaux locaux du travail en quête d’un arbitrage.

7Cependant, ces critiques demeurent mineures au regard de l’excellence de l’ouvrage de Ching Kwan Lee qui nous fournit des informations de valeur sur la condition des travailleurs chinois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anita Chan, « Ching Kwan Lee, Against the Law: Labor Protests in China’s Rustbelt and Sunbelt, Berkeley, University of California Press, 2007, 326 p. », Perspectives chinoises, 2008/1 | 2008, 120-121.

Référence électronique

Anita Chan, « Ching Kwan Lee, Against the Law: Labor Protests in China’s Rustbelt and Sunbelt, Berkeley, University of California Press, 2007, 326 p. », Perspectives chinoises [En ligne], 2008/1 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/4823

Haut de page

Auteur

Anita Chan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org