Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Song Geng (éd.), Quanqiuhua yu “Zhongguoxing” – Dangdai wenhua de houzhimin jiedu (La mondialisation et la « sinité » : lectures postcoloniales de la culture contemporaine), Hong Kong, Hong Kong University Press, 2006, 298 p.

Yinde Zhang

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif regroupe 14 articles, écrits par des universitaires et/ou des jeunes chercheurs chinois disséminés en Chine, aux États-Unis, à Hong Kong, à Macao, en Angleterre ou en Australie. Il est le fruit d’une collaboration « mondiale », à l’image même du sujet abordé. Ces cultural studies recouvrent des domaines aussi variés que le cinéma, le tourisme, la critique littéraire, les médias, la publicité ou encore Internet. À cette perspective interdisciplinaire s’ajoute l’hétérogénéité thématique, impliquant politique, économie, relations internationales, identité sexuelle, culture de masse… L’hybridité, que privilégie la critique postcoloniale, marque une avancée des débats. Contrairement à la décennie précédente où, retournant les théories postcoloniales contre l’hégémonie occidentale, on se focalisait sur la revalorisation de la culture chinoise, l’ouvrage, ici, en réajuste l’appropriation, en incluant des champs d’investigation plus étendus, nuancés et réflexifs. Cette évolution s’observe dans le glissement terminologique – Zhonghuaxing se substituant à Zhongguoxing : les approches culturelles, démarquées du culturalisme, se veulent des outils appropriés pour scruter les facettes multiples d’une Chine confrontée à la mondialisation.

2Le recueil, en effet, paraît peu préoccupé par le travail d’harmonisation, accordant la préférence à l’expression des voix différenciées. Un groupe d’études, dénonciatrices, relativistes ou revendi- catives, poursuit les débats de la première heure. La réquisition anti-orientaliste guide l’article de Mao Sihui, qui pointe du doigt l’image avilissante des Chinois dans les James Bond. Yenna Wu, à propos de la critique féministe, et Song Geng, au sujet de la reconstruction de la « virilité », soulignent la nécessité de revenir à l’anthropologie politique et culturelle chinoise, en inadéquation avec les découpages occidentaux. Le même domaine cinématographique conduit Wang Ning à faire l’apologie de la cinquième génération, laquelle, contre les accusations sur sa complaisance vis-à-vis de l’Occident, a le mérite, selon l’auteur, d’inaugurer la carrière internationale du cinéma chinois : la sixième génération en bénéficie en dépit d’une thématique renouvelée. Wang Ning souligne son rôle inspirateur pour l’exportation de la culture chinoise dans le monde. Fan Hong rejoint cette position, en tirant l’alarme contre les menaces de la culture de masse. Ce relativisme culturel se prolonge dans la recherche d’une alternative par rapport au modèle occidental. Ainsi Zhou Xiaoyi et Tong Qingsheng, à propos de la littérature chinoise moderne, en viennent- ils à affirmer, non sans reprendre certaines formulations néomarxistes occidentales, le caractère d’une « modernité alternative », décelable rétrospectivement dans l’intervention de Mao à Yan’an en 1942 et invalidant l’héritage nécessairement « importé » du 4 mai 1919. Gao Mobo décortique, pour la mémoire de la Révolution culturelle, des clichés sur la désertification culturelle, sur des actes de destructions et de violence meurtrière, en exhumant une positivité insoupçonnée en matière d’éducation, de culture et de soins médicaux. Son argumentation, patiente et solide, assume nonobstant une subjectivité clairement hostile à la thèse du cataclysme, produite, selon lui, par le pouvoir discursif que détient l’Occident.

3Ces études paraissent obéir toujours à une dichotomie sous-jacente, qui explique ce positionnement victimaire ou autolégitimant, enclin à la construction d’une « sinité » culturelle à la mesure de l’ascension économique de la Chine. Nombreuses sont cependant celles qui tentent de transcender ce binarisme simpliste pour s’interroger davantage sur les relations entre le global et le local, sur les nouveaux foyers de tension, les nouveaux rapports de pouvoir, lovés dans l’entredeux de la « glocalisation ». L’article de Ye Yunshan aborde ainsi la fièvre Mao des années 1990, comme l’exemplification d’une alliance inédite du pouvoir et de l’argent, loin d’une apparente nostalgie populaire et spontanée. La connivence des autorités publiques avec les capitaux se trahit aussi par l’orchestration des loisirs et des activités touristiques, comme l’a bien analysé Jing Wang, qui fait apparaître un État postsocialiste apte à créer des illusions de liberté, à travers le mirage d’une « démocratie consumériste ». Xiao Hui, quant à elle, s’attache à dénoncer l’« entrepreneurisation » de l’individu, en s’appuyant sur Super Voice Girl (Chaoji nüsheng), version chinoise et féminine de Star Academy, et sur le phénomène Grande Soeur Nénuphar (Furong jiejie), dont le corps exhibé sur Internet a soulevé, comme ses consoeurs de scène, le fanatisme de millions de jeunes. Cette participation carnavalesque profite in fine aux autorités qui réussissent à maintenir leur contrôle sur les enjeux économiques, la concurrence des médias et l’instabilité sociale. Hong Kong fait l’objet de réflexions plus proprement identitaires. Lim Song Hwee offre une relecture allégorique de Happy Together (Chunguang zha xie) de Wong Kar Wai, l’exil d’un couple d’homosexuels aux antipodes étant perçu comme l’impossible fuite devant la rétrocession fatidique. Laikwan Pang exprime plutôt sa préoccupation sur le destin d’un Hong Kong jadis l’objet de toute spéculation orientaliste, aujourd’hui exposé au risque de voir son identité défigurée par le tourisme ravageur et par les nécessités schizophrènes d’étatisation et d’internationalisation. Xu Ben, enfin, se détache par son approche politique de la « sinité ». Il redéfinit la mondialisation comme un facteur opportun défiant frontières politiques, pouvoir souverain et relations interétatiques, favorisant en conséquence une politique civile et l’émergence d’une société civile, au sein d’un État-nation post-totalitaire comme la Chine. De ce point de vue, le nationalisme libéral, tel qu’il se forme en Chine et à la différence du populisme, s’avère être un nationalisme positif ou légitime, dans la mesure où il réclame le processus de démocratisation, par delà l’idéologie de l’État-nation ainsi que l’antagonisme caduc Chine/Occident. Il permettra ainsi de participer à la gouvernance de la planète, à adhérer à des valeurs universelles redéfinies, telles que le respect de la vie, de la liberté, de la justice, de l’égalité et de l’environnement. Si un tel état civil reposant sur l’éthique du citoyen planétaire reflète surtout les voeux pieux de l’auteur, en revanche, Xu Ben se refuse non sans raison à annexer la « sinité » à la diabolisation consensuelle de la mondialisation, incriminée pour amplifier le déjà mal famé discours de libéralisme, occidentalisation et universalisme. L’identité chinoise, nous convainquent les visions contradictoires ou croisées de l’ouvrage, est au fond une pluralité historique comme une construction imaginaire, résultant de l’altérité autant que de l’ipséité. Les analyses, souvent pertinentes et originales, auraient dégagé une plus grande force argumentative si elles ne pâtissaient pas d’une certaine carence sociologique due à des plumes majoritairement littéraires, comme le signale Liu Kang, le préfacier, ni n’écartaient Taiwan, dont l’absence des champs d’études postcoloniales sur l’identité chinoise ne saurait trouver sa justification dans la restriction sémantique, précisément sujette à controverse, du terme de Zhongguoxing.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yinde Zhang, « Song Geng (éd.), Quanqiuhua yu “Zhongguoxing” – Dangdai wenhua de houzhimin jiedu (La mondialisation et la « sinité » : lectures postcoloniales de la culture contemporaine), Hong Kong, Hong Kong University Press, 2006, 298 p. », Perspectives chinoises [En ligne], 2007/3 | 2007, mis en ligne le 07 avril 2008, consulté le 23 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/3353

Haut de page

Auteur

Yinde Zhang

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page