Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Lan Peichia, Global Cinderellas. Migrant domestics and newly rich employers in Taiwan, Durham, Duke University Press, 2006, 320 p.

Yu-wen Chen

Texte intégral

1La question, brûlante et multidimensionnelle, des migrations internationales de travail se pose à une multiplicité d’acteurs aux niveaux local, national, et transnational. Travailleurs mexicains aux États-Unis, Égyptiens en Arabie Saoudite ou Polonais en Allemagne, pour n’en citer que quelques-uns, chaque cas illustre la façon dont les mouvements migratoires de travailleurs entraînent une contestation des structures et valeurs sociales, politiques et culturelles de leur pays d’origine, comme de leur pays d’accueil.

2À Taiwan, le développement économique rapide de ces dernières décennies a inévitablement conduit à rechercher des travailleurs étrangers. Les histoires émouvantes rapportées dans l’ouvrage très sérieux de Lan Peichia nous permettent d’appréhender les transformations sociales en cours à Taiwan et dans les pays voisins d’Asie du Sud-Est. Intitulé Global Cinderellas, l’ouvrage s’appuie sur la thèse de doctorat soutenue il y a sept ans par Lan Peichia à la Northwestern University de Chicago et sur les recherches qu’elle n’a jamais cessé de mener depuis sur ce même sujet. L’analyse est qualitative, basée sur des années d’immersion dans les communautés de travailleurs migrants à Taiwan et les entretiens qu’elle y a menés avec eux et avec leurs employeurs. Les voyages de terrain qu’elle a effectués dans les contrées d’origine des migrants, en Asie du Sud-est et plus particulièrement aux Philippines, ont également été mis à profit. Le ton très personnel adopté par Lan Peichia permet au lecteur de pénétrer avec elle dans l’univers conflictuel des migrants, des intermédiaires et des employeurs ; une approche d’une lecture agréable qui ne l’empêche pas d’aborder ce sujet épineux de façon engagée et critique.

3Global Cinderellas analyse la façon dont divers facteurs sociaux, tels que le sexe, le statut économique, le niveau d’éducation, l’appartenance raciale et ethnique, interviennent dans les interactions entre divers acteurs du marché du travail des migrants. L’un de ces groupes, et non le moindre, est celui des femmes. Combinant des approches constructiviste, féministe et sociologique, Lan Peichia évoque les contradictions auxquelles sont actuellement confrontées ces femmes. Il y a les « patronnes » taiwanaises et plus particulièrement des femmes jeunes et éduquées qui se battent pour briser le carcan des structures et des règles morales de la famille traditionnelle. La plupart d’entre elles ont les capacités, et surtout le désir, de réussir une carrière professionnelle. Afin de se libérer des contraintes imposées par les valeurs confucéennes traditionnelles, qui les soumettent à leur belle-famille et les obligent à prendre en charge les tâches domestiques, elles délèguent une partie de leurs responsabilités à des employés de maison originaires d’Asie du Sud-Est. Mais ce choix leur impose aussi de devoir constamment réaffirmer et redéfinir leur rôle et leurs valeurs vis-à-vis de leurs enfants, époux et beaux-parents, ces derniers étant souvent attachés aux valeurs traditionnelles. Face aux « patronnes », il y a les « employées ». Originaires d’Asie du Sud-Est, elles quittent leur famille pour venir travailler à Taiwan viadivers circuits et contrats. Bravant la solitude, des conditions de travail inhumaines et des défis qu’elles devront relever dans un pays étranger, elles espèrent ainsi augmenter leurs revenus afin d’aider les membres de leur famille restés au pays. Mais les efforts qu’elles consentent ne sont pas toujours reconnus à leur juste valeur par ces derniers dans la mesure où elles s’approprient le rôle de soutien de la famille traditionnellement joué par les hommes, créant ainsi des affrontements entre les sexes, entre règles familiales conventionnelles et non conventionnelles.

4Les employées originaires d’Asie du Sud-Est et leurs patronnes taiwanaises ont de nombreux points communs en ce sens qu’elles aspirent les unes comme les autres à un mode de vie différent de celui que leur culture et leurs valeurs traditionnelles leur imposent. Mais leurs objectifs, leurs rêves, et le chemin qu’elles empruntent pour les réaliser, diffèrent totalement. Pour Lan Peichia, il est remarquable que leurs rêves les réunissent, par-delà les frontières, les barrières sociales et les appartenances ethniques, sur l’île de Taiwan où elles combleront leurs besoins mutuels à travers la relation employeur-employé(e). Ce qui doit encore attirer notre attention, insiste l’auteur, est que le lieu où elles se retrouvent est un refuge intime, privé, communément appelé « la maison ».

5Cette situation est loin d’être évidente. Comment une Taiwanaise peut-elle déléguer une partie de ses précieux devoirs de mère et de femme à une inconnue, originaire d’un pays étranger et probablement moins développé, tout en maintenant son statut de « bonne » mère, de femme aimante et de belle-fille dévouée vis-à-vis de sa famille et de son entourage ? Cela implique, comme l’a exposé Lan Peichia, une séparation très claire des tâches, des espaces de vie et des rôles (un système qui entraîne bien souvent un traitement négatif ou injuste de l’« autre »), si l’employeur taïwanaise veut préserver son statut intact. Pour les employées, il s’agit de s’acquitter soigneusement de son travail, avec professionnalisme et « amour » (dans la mesure où elles travaillent « à la maison »), mais sans être « aimées » par l’entourage de leur patronne (maris, enfants). Une bonne reste toujours une bonne.

6Lan Peichia compare ces domestiques à des « cendrillons de la mondialisation » car elles ne bénéficient pas d’un statut social élevé à Taiwan. Elles y ont toutefois accès à un mode de vie plus moderne. Elles se rapprochent, par leur statut d’« étrangères », des diasporas présentes sur l’île. À leurs heures perdues, elles téléphonent à leurs ami(e)s avec leur portable, essaient de nouvelles robes, profitent des installations modernes, fréquentent des expatriés et goûtent peut-être des moments de coquetterie qu’elles ne retrouveront ni dans leur pays d’origine ni dans la famille de leur employeur.

7Si la description des effets des migrations internationales de travail constitue l’un des volets de cet ouvrage, les politiques menées à l’encontre des travailleurs étrangers par les pays d’origine et les pays d’accueil, et les logiques auxquelles ils obéissent dans ce domaine, y sont également abordées. C’est généralement le pragmatisme politique qui prévaut. Le choix d’accepter ou non de la maind’oeuvre étrangère sur son territoire constitue parfois pour Taiwan un instrument dans la négociation de relations diplomatiques avec tel ou tel pays. Cette pratique n’est pas surprenante de la part de Taiwan, qui, marginalisé sur la scène internationale, se bat depuis des années pour exister en tant qu’État.

8Si le gouvernement taiwanais accepte des travailleurs étrangers par opportunisme économique et politique, il cherche aussi à exercer sur eux un contrôle étroit. Les autorités ont entre autres inquiétudes celle de voir un afflux trop important de migrants porter atteinte à la relative homogénéité ethnique de l’île. Les mesures prises en ce sens le sont généralement au détriment des travailleurs migrants et au grand dam des défenseurs des droits de l’homme sur place et à l’étranger. Même s’ils sont les premiers concernés, les travailleurs migrants hésitent à se plaindre et à défendre leurs droits, de peur de perdre leur travail.

9Global Cinderellas constitue une excellente étude de cas des mouvements de migration internationale de travail. L’ouvrage étant plus particulièrement consacré aux femmes migrantes et à leurs conditions de travail dans des foyers taiwanais, il ne traite pas de toutes les questions liées aux migrations à Taiwan. On n’y trouve aucune description détaillée des conditions de travail des employés masculins dans d’autres secteurs d’activité, comme le bâtiment, la pêche et l’agriculture, ni de celles des femmes migrantes employées dans d’autres secteurs. Lan Peichia évoque brièvement le cas de la main-d’oeuvre originaire de Chine continentale. Culturellement et socialement plus proches des Taiwanais que les migrants d’Asie du Sud-Est, les Chinois du continent sont toutefois victimes de certaines discriminations résultant de l’impasse politique dans laquelle se trouvent les autorités chinoises et taiwanaises. Tous ces aspects de la migration internationale de travail sont liés les uns aux autres et pourraient utilement compléter les cas exposés par Lan Peichia dans Global Cinderellas.

10Traduit par Elsa Challaux

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yu-wen Chen, « Lan Peichia, Global Cinderellas. Migrant domestics and newly rich employers in Taiwan, Durham, Duke University Press, 2006, 320 p. », Perspectives chinoises [En ligne], 2007/3 | 2007, mis en ligne le 07 avril 2008, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/3333

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org