Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Edward Friedman, Paul Pickowicz et Mark Selden, Revolution, Resistance, and Reform in Village China, New Haven, Yale University Press, 2005, 340 p.

Lucien Bianco

Texte intégral

1Le livre précédent des trois auteurs1 avait suscité l’enthousiasme, un enthousiasme qui ne m’avait pas gagné. Celui-ci risque de passer inaperçu et je le trouve bien meilleur. Les deux livres traitent du même village : Wugong, dans le xian de Raoyang (Hebei), à quelque 200 kilomètres au sud de Pékin. C’est un village modèle, célèbre et choyé pour avoir fondé une coopérative en pleine guerre sino-japonaise. Le premier volume couvrait en gros les années 1940 et 1950, celui-ci commence en pleine famine du Grand Bond et nous conduit jusqu’aux années 2000.

2Voici donc un premier caractère commun à deux livres que je prétends distinguer : chacun d’eux se présente comme une chronique, une histoire locale qui suit pas à pas les événements et relate leur impact sur la vie des villageois. D’où une certaine dispersion, une succession de petits paragraphes faisant chacun un sort à telle ou telle notation d’ordre politique, social, anthropologique ou culturel dans son contexte chronologique et presque jamais thématique. Autre conséquence de cette façon de procéder (le choix de raconter simplement les choses dans l’ordre où elles ont été vécues) : une reprise des mêmes thèmes, évoqués à l’occasion de tel ou tel incident local, puis à nouveau lorsqu’un incident similaire se produit une décennie ou une génération plus tard. Une analyse plus systématique de quelques grandes questions ou à tout le moins une conclusion eût été bienvenue. En revanche, la discrétion volontaire des auteurs permet de disposer d’un document non reconstruit : le lecteur est libre de tirer ses propres conclusions.

3Les auteurs ont, bien sûr, aussi les leurs. C’est précisément leur point de vue qui fait, selon moi, la grande différence avec le premier volume : ils ont perdu leurs illusions. Ce nouveau volume est limpide, accablant et néanmoins complexe. Rien ne l’illustre mieux que le thème du patronage, du clientélisme et des privilèges qui se perpétuent de l’ère révolutionnaire (sous Mao) à l’ère postrévolutionnaire (aujourd’hui). Ce thème n’était pas absent du premier volume, puisque c’est à ses patrons que le village modèle de Wugong devait privilèges et notoriété, mais il est désormais récurrent, les auteurs détaillant non seulement les soutiens, mais aussi les palinodies et les dénonciations de patrons en disgrâce auxquelles les changements de ligne du Parti contraignent les bénéficiaires, à commencer par Geng Changsuo (1900-1985), maître enraciné de Wugong.

4L’histoire des rééditions successives du ou des livres à la gloire de Wugong est franchement comique. En 1963, lors du vingtième anniversaire de la fondation de la coopérative, le secrétaire du PC du xian objecte à la publication d’un chapitre assurant que le fondateur avait créé la coopérative plusieurs mois avant l’instruction de Mao (« organisez-vous ») : « comme s’il pouvait être plus intelligent que le Président Mao ! C’est une erreur de principe ». Dix ans plus tard, pour le trentième anniversaire, les choses se compliquent : la critique de Lin Biao avait fait prévaloir une ligne moins militante, mais Mao vient tout juste de faire comprendre qu’il ne renonce pas à ses lubies. Embarrassés, les rédacteurs ne savent pas s’il convient de louer ou de critiquer les activités non collectives, source de prospérité mais aussi d’enrichissement individuel. Mieux vaut s’en tenir aux certitudes acquises : Geng fait enlever le moindre mot écrit sur lui par un auteur dénoncé pendant la Révolution culturelle et supprimer toutes les références positives à l’URSS, négatives à l’Amérique. Le volume de 1963 louait les secours apportés par Wugong à des enfants du voisinage affamés ainsi qu’une campagne menée contre les funérailles traditionnelles, jugées coûteuses et superstitieuses. En 1973, ces deux mentions disparaissent : il n’est pas de bon ton de rappeler les moments difficiles du Grand Bond, encore moins de faire état d’une campagne lancée par Chen Boda depuis lors emprisonné. En 1983 pour le quarantième anniversaire, les choses sont claires : Wugong a de tout temps voulu et promu la réforme à laquelle ses dirigeants ont résisté autant et aussi longtemps qu’ils ont pu. Tous les membres adultes de la famille Geng ont leur carte du Parti, presque tous un salaire versé par l’État. Une fille de Geng s’élève « en hélicoptère » dans la hiérarchie provinciale du Parti, un petit-fils devient l’héritier politique du grand-père à l’échelle locale. Les villageois remarquent que la réforme n’a pas changé le régime politique, que les privilèges s’y perpétuent, que l’accès au pouvoir enrichit.

5Élevée à Pékin où elle a fait des études supérieures, une autre petite-fille vit à Sydney, épouse d’un Australien. Quand elle revient au village, l’arriération et la misère la choquent, elle se demande comment elle aurait pu vivre et survivre dans de telles conditions, mais elle ne juge pas sa famille, elle se contente de l’aimer. Tâchons de l’imiter et gardons-nous de condamner l’opportuniste Geng, pas davantage que ne le font les auteurs ou que fait Huang Shumin, qui commence par détester un leader villageois qu’il apprendra à comprendre et estimer2. Geng, qui a dû vendre une de ses filles pendant la famine de 1943, doit tout à la révolution et ce n’est pas seulement par suivisme intéressé que cet inconditionnel s’écrie : « Tout ce que dit le Président Mao, je le ferai ». Il a fait sienne la ligne « dure », maoïste, révolutionnaire certes parce que les modernisateurs réformateurs se sont régulièrement fait taper sur les doigts, mais aussi par conviction. Durant le Grand Bond, il a néanmoins refusé d’afficher les gains de productivité prescrits par la propagande, ce qui a valu à Wugong d’être un temps rayé de la liste des modèles. Pendant la pénurie, il n’a pas volé et s’il fait la fortune des siens, il vit lui-même simplement. Autoritaire, il ne brutalise pas les villageois. Il se contente de les empêcher de s’enrichir en les forçant à cultiver céréales et coton mal payés et en proscrivant les cultures plus lucratives et autres activités annexes sources de « profit capitaliste ». C’est même la seule chose que les villageois lui reprochent, au grand dam des gardes rouges venus tout exprès de Pékin et Tianjin pour le détrôner. Ces derniers veulent leur faire dire qu’il a trahi la révolution et le socialisme, ses critiques s’obstinent à lui reprocher d’avoir sacrifié leurs intérêts à ceux de l’État : la ligne même du Président Mao !

6Le livre fourmille d’anecdotes révélatrices, telle celle de ce malheureux garçon que ses parents ont cru bien faire d’affubler à sa naissance du prénom de Xuesu (« prendre modèle sur l’Union soviétique »). 12 à 15 ans plus tard, ils ont beau le rebaptiser Pixiu (« critiquer le révisionnisme »), rien n’y fait : il est la risée et le souffre-douleur de ses camarades. La visite (en 1970) de Li Xuefeng, membre suppléant du Bureau politique, est restée célèbre dans le village pour une autre raison que le rang du dignitaire. Le premier soir, un adjoint de Li se plaint du tintamarre provoqué par les aboiements de chiens dressés à prévenir le vol et inquiets de la présence d’étrangers au village. Le lendemain matin, sans attendre l’ordre d’exterminer les cabots, leurs propriétaires se précipitent chez le boucher pour les vendre. Des années après, on célèbre encore la bénédiction dispensée par Li : viande de chien bon marché à profusion.

7Les villageois réagissent à leur manière à l’avalanche de politiques changeantes déversées sur eux d’en haut. Par exemple, cette dénonciation du successeur de Mao, Lin Biao, comme un autre Confucius : en présence de mystères aussi insondables mieux vaut faire l’abruti. Ledit Lin Biao avait cultivé des « successeurs rouges » choisis parmi les jeunes miliciens, de préférence des fils de cadres. Après sa dénonciation posthume, Jiang Qing promeut de préférence des jeunes filles en mettant en avant l’égalité des sexes. Pour ne pas être en reste, Wugong nomme une activiste au Comité du Parti : comme par hasard, c’est l’épouse d’un petit-fils de Geng. Ce n’est cependant pas ce népotisme qui fait ricaner les villageois (ils ne s’en étonnent plus), mais la présence incongrue d’une femme au Comité du Parti : « c’est comme une belle-mère, ça ne vous sert à rien ». Des années plus tard, la condamnation de Jiang Qing les confortera dans leur misogynie. Mépris des femmes qui doivent rester à leur place, servir les hommes puis manger les restes, méfiance à l’égard des rejetons éduqués en ville (« la première année, toujours un des nôtres ; la seconde année, un étranger ; la troisième année, ne reconnaît plus ses parents »), chauvinisme et xénophobie : autant de traits qui colorent la réception au village de telle campagne nationaliste (ou la déconfiture d’un investisseur japonais aventuré à Wugong et qui a tôt fait de plier bagage), les attaques de Mao contre les « intellectuels puants » ou, en sens inverse, ses tirades - plus que ses efforts - en faveur de la « moitié du ciel ». Ces caractères ne définissent, bien sûr, pas au même degré une société villageoise traversée de courants contradictoires : à l’ère de la réforme, la nostalgie de l’ordre – et ne riez pas, de la « pureté » - maoïstes est surtout répandue chez les vieux et le fossé entre générations aussi insondable que le confucianisme de Lin Biao.

8Rien n’est unilatéral, encore moins caricatural dans ce livre, pas même la condamnation du maoïsme ou des épigones profiteurs. C’est une histoire locale narrée avec une distance critique qui n’exclut jamais la sympathie. Un récit sobre, concis, incisif, avec tout juste une dernière ligne ou phrase de conclusion pour confirmer que les auteurs ne se sont pas contentés d’enregistrer. Les villageois de Wugong, Boss Geng (comme l’appellent nos trois auteurs avec une ironie affectueuse) inclus, ont conquis leur place dans le panthéon des héros et cobayes de la tragédie révolutionnaire.

Haut de page

Notes

1 Edward Friedman, Paul Pickowicz et Mark Selden, Chinese Village, Socialist State, New Haven, Yale University Press, 1991.
2 Huang Shumin, The Spiral Road, Change in a Village through the Eyes of a Communist Party Leader, Boulder, Westview Press, 1989.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucien Bianco, « Edward Friedman, Paul Pickowicz et Mark Selden, Revolution, Resistance, and Reform in Village China, New Haven, Yale University Press, 2005, 340 p. », Perspectives chinoises [En ligne], 2007/3 | 2007, mis en ligne le 07 avril 2008, consulté le 22 juin 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/3303

Haut de page

Auteur

Lucien Bianco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org