Navigation – Plan du site
En marche vers la société d'harmonie

Editorial

Jean-François Huchet et Sébastien Billioud

Texte intégral

1Sous Hu Jintao, le pouvoir chinois a fait de la promotion d’une « société d’harmonie » l’une de ses priorités. Celleci a été réitérée lors du XVIIe congrès du Parti communiste d’octobre 2007, même si c’est en définitive une autre formule, le « développement scientifique » (kexue fazhanguan) qui fera finalement partie des nouveautés inscrites dans la constitution du Parti. En tout état de cause, derrière la pluralité des slogans, les orientations fondamentales ne changent pas. Face à toutes les lignes de fractures auxquelles est confrontée aujourd’hui la Chine, la priorité affichée est de privilégier un mode de développement plus qualitatif et durable, mieux réparti et géré. En filigrane, l’enjeu est aussi pour le pouvoir de continuer à formuler des politiques lui permettant de s’adapter à des évolutions qu’il a lui-même rendues possibles, mais qui risquent néanmoins de le fragiliser. Dès lors, « l’harmonie » est aussi, dans la conjoncture actuelle, une nécessité pour un Parti soucieux de perpétuer son emprise sur le pays.

2Le dossier proposé dans ce numéro vise à faire un tour d’horizon des principales questions que suscite ce projet de construire une société harmonieuse. Les premières sont de nature politique et les réponses apportées sont alors contrastées. À travers un vaste panorama de la situation chinoise actuelle, Willy Wo-Lap Lam s’interroge d’abord sur la possibilité d’atteindre réellement les objectifs annoncés en l’absence de véritables réformes politiques qui permettraient aux plus fragiles de voir leurs intérêts défendus face à des groupes accaparant les richesses du pays. À une échelle différente, la question de la participation politique des citoyens est également au coeur de la contribution de Gunter Schubert et de Chen Xuelian qui s’intéressent aux élections villageoises en montrant qu’elles peuvent avoir des effets positifs en matière de stabilité sociale et de gouvernance locale et, en définitive, donner davantage de légitimité au régime. La situation dans les campagnes est néanmoins loin d’être homogène. Yu Jianrong, sur la base lui aussi d’un travail de terrain conduit cette fois dans le Hunan, l’observe directement en étudiant un mouvement de résistance des paysans. Il analyse comment ces derniers invoquent une normativité supérieure pour protéger leurs droits. C’est aux « normes de l’harmonie chinoise » que réfléchissent précisément Leïla Choukroune et Antoine Garapon pour défendre l’idée suivant laquelle le droit en Chine serait aujourd’hui un outil disciplinaire et moralisateur au service de la pérennité du régime. Le thème de la morale, tout comme les consonances parfois confucéennes des slogans officiels – l’harmonie en est un bon exemple – amènent par ailleurs à poser la question de la relation du pouvoir à la tradition culturelle chinoise et plus particulièrement au confucianisme. Sébastien Billioud analyse le phénomène dans les discours officiels et le replace dans le cadre d’évolutions sociales plus larges. La partie plus politique de ce dossier s’achèvera avec un exposé de Sebastian Veg sur cette autre forme d’harmonisation qu’est la censure de livres et d’oeuvres cinématographiques.

3Si la promotion d’un développement qualitatif, notamment sur le plan social et environnemental, est souvent présentée comme une nouvelle hiérarchisation des priorités reléguant l’impératif de croissance au second rang, une économie forte reste néanmoins la condition d’une société d’harmonie. Andy Rothman donne son interprétation des discussions qui ont sans doute eu lieu sur ce thème au sein du Parti communiste, et présente ce que l’harmonie devrait concrètement signifier pour l’économie chinoise et les investisseurs. Guillaume Giroir, pour sa part, s’intéresse aux fractures sociales et territoriales en Chine et à leurs possibles évolutions, tout en se demandant dans quelle mesure l’idéal d’une société harmonieuse est compatible avec une économie de marché. Ces fractures sont naturellement aussi au coeur de la réflexion d’Athar Hussain sur l’instauration d’un système de sécurité sociale devant couvrir, à l’horizon 2020, l’intégralité de la population, tant dans les zones urbaines que rurales. Le but est ambitieux et le temps limité. Néanmoins, si la réalisation d’un système totalement opérationnel est bien peu probable, certaines des conditions préalables semblent aujourd’hui réunies pour avancer. Sarah Cook analyse, quant à elle, les défis auxquels la Chine est confrontée, notamment dans les campagnes, pour faire de la santé un droit de base des citoyens. Autre grande question sociale, caractérisée elle aussi par bien des disparités, celle de l’éducation. L’étude de Wang Chunguang expose une situation sombre tout en constatant qu’actuellement peu d’éléments laissent escompter une amélioration. Notre dossier s’achèvera sur un article de Bonny Ling, Wing Lam, Elisabeth Wickeri et Tina Tan qui évoqueront l’un des acteurs importants de cette société d’harmonie, les organisations non gouvernementales, en présentant le cadre réglementaire dans lequel elles évoluent et les difficultés qu’elles rencontrent aujourd’hui. Ce numéro de Perspectives chinoises correspond à un moment particulier de l’histoire de notre revue puisqu’il s’agit du numéro 100 depuis les débuts de l’édition française. Nous espérons que sa lecture correspondra à votre attente et nous vous remercions de votre fidélité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Huchet et Sébastien Billioud, « Editorial », Perspectives chinoises [En ligne], 2007/3 | 2007, mis en ligne le 03 avril 2008, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/3043

Haut de page

Auteurs

Jean-François Huchet

Articles du même auteur

Sébastien Billioud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org