Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Arthur Kleinman, James L. Watson (éd.), SARS in China, Houndmills, Palgrave Macmillan, 2004, 219 p.

Alain Guilloux

Texte intégral

1Alors que l’épidémie de SRAS s’efface peu à peu de nos mémoires, SARS in China nous invite à revisiter ces jours d’anxiété, ainsi que l’héritage que cette crise nous a légué et les paradigmes qui, pourrait-on dire, ont été bouleversés lors de cet épisode. À divers points de vue, le SRAS fut atypique. En premier lieu, cette épidémie fut brève. Elle n’en constitua pas moins un véritable défi, d’autant plus difficile à relever qu’elle avait pris une dimension internationale, notamment à cause du transport aérien. Ce livre relate ce que fut la vie sous la menace du SRAS au travers de plusieurs prismes. Les auteurs écrivent que leur projet est devenu, contre toute attente, une recherche transdisciplinaire. L’ouvrage met en avant les aspects de gouvernance dans les réponses apportées à l’épidémie et rappelle à juste titre en quoi le SRAS fut un test grandeur nature qui, après nous avoir alertés, a permis d’éprouver les systèmes de réaction à travers le monde en cas d’épidémie. La grippe aviaire ayant suivi de près le SRAS, comme l’évoquent justement les auteurs, il est nécessaire de tirer les leçons de cette crise.

2La première partie de l’ouvrage porte sur l’environnement épidémiologique et l’état de la santé publique. Alan Schnur, qui dirigeait l’équipe en charge des maladies transmissibles au bureau de représentation de l’OMS à Pékin, dresse un compte-rendu diplomatique des relations entre la Chine et l’OMS, dans lequel il prend soin de ne pas mentionner les lignes de fracture, les tensions et les conflits qui ont finalement poussé les autorités chinoises à communiquer sur le sujet.

3L’anthropologie sociale et la psychologie sont les thèmes les mieux traités dans cet ouvrage, notamment la mise en perspective de la stigmatisation. Arthur Kleinman rappelle un point important lorsqu’il écrit que les attitudes discriminatoires étaient «łd’autant plus aggravées que les caractéristiques cliniques de l’infection du SRAS étaient pour le moins mal connuesł». On peut néanmoins s’interroger sur ce qui relève effectivement des caractéristiques chinoises, comme les valeurs confucéennes, et ce qui serait universel, se retrouvant si l’épidémie avait frappé des communautés non chinoises ailleurs dans le monde et à plus grande échelle.

4Les questions économiques, traitées dans la deuxième partie du livre, se sont très tôt révélées sans grande importance, puisqu’il était devenu évident que l’épidémie n’aurait qu’une incidence temporaire et relativement marginale sur la croissance régionale ou mondiale.

5On est quelque peu déçu par l’analyse politique. Certes y sont discutés les aspects généraux du contrôle bureaucratique et notamment l’impact potentiel des mesures de quarantaine sur les droits de l’homme. Cela mis à part, cette partie se concentre principalement sur la ou les réaction(s) des autorités de la RPC. Toutefois pour un public averti, les problèmes exposés n’ont rien de neuf. Dans son chapitre sur l’action de la Chine dans le domaine de la santé, Joan Kaufman relève à juste titre que les autorités chinoises fonctionnent depuis fort longtemps sur le mode du déni, notamment au regard de la pandémie du HIV/SIDA et de l’état désastreux des services de santé en milieu rural de manière générale. Cependant l’analyse que fait ce livre en termes d’«avant» et d’«après» la reconnaissance des faits par les autorités paraît simpliste.

6Certes le changement de politique opéré en avril 2003 fut assez radical et ses effets sont d’ailleurs toujours visibles, quantifiables et positifs à plusieurs titres. Mais la culture du secret persiste, comme l’attestent les demi-vérités divulguées par la Chine concernant la grippe aviaire ces dernières années.

7On est aussi déçu par le fait que les relations entre la RPC et les autorités de la RAS de Hong Kong, sous l’égide de la formule «un pays, deux systèmes», aient été à peine traitées. La réaction des autorités taiwanaises et l’impact du SRAS sur les relations dans le détroit sont aussi des questions malencontreusement ignorées.

8En revanche, la dimension internationale est mise en avant. Au vu des contributions rassemblées dans cet ouvrage, le principal argument des auteurs consiste à dire que «le SRAS serait probablement mieux interprété comme un présage des événements qui pourraient se révéler catastrophiques pour le système-monde tel que nous le connaissons aujourd’huił». Le prochain danger qui pourrait nous causer un autre traumatisme de taille pourrait bien être la grippe, comme nous le rappelle l’OMS. Mais des épisodes dramatiques se déroulent d’ores et déjà sous nos yeux: 17 millions de personnes meurent chaque année dans le monde de maladies infectieuses pourtant curables, parmi lesquelles la tuberculose, le SIDA et la malaria. Par ailleurs, certains problèmes dénoncés ne sont pas neufs, même si la crise du SRAS a contribué à les rendre plus saillants, comme les facteurs qui poussent à ne pas communiquer ou encore l’impact des mesures draconiennes en matière de santé publique. Depuis son instauration il y a plus d’un siècle et demi, la coopération internationale dans le domaine de la santé est jalonnée de problèmes similaires. Aux XIXe et XXe siècles, l’obligation de rendre public est chroniquement bafouée par les États qui s’inquiètent davantage des conséquences sur le commerce, les déplacements des populations et la croissance économique. Reste à voir si les nouveaux règlements et mécanismes de surveillance mis en place récemment par l’OMS feront une différence.

9Le livre souffre aussi de généralisations excessives. L’affirmation suivante en est un exemple : « la santé et notamment la prévention et la santé publique, ont toujours figuré parmi les dernières préoccupations des gouvernements asiatiques dont les efforts uniquement tournés vers la croissance économique, les amènent à consacrer aux questions de santé une portion de leur PIB beaucoup plus petite que les États occidentaux » (p. 191). Si cette affirmation est certainement vraie dans les pays à bas revenus, en revanche les indicateurs de santé publique, dont l’espérance de vie et la mortalité infantile, dans les pays asiatiques à hauts revenus comme le Japon, Taiwan, Hong Kong, Macao et Singapour, sont bien meilleurs et ce de façon significative, que ceux observés aux États-Unis et dans d’autres pays occidentaux. Ces pays ou territoires ne se trompent donc sans doute pas sur toute la ligne. Si la santé publique y reçoit moins d’investissements, les retombées sont quant à elles plus importantes. Une discussion plus exhaustive aurait été bienvenue.

10De manière générale, il a manqué à ce livre, certes intéressant pour sa contribution à l’anthropologie sociale, un cadre général pour développer la perspective transdisciplinaire qui a été adoptée.

11Traduit de l’anglais par Emilie Tran  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Guilloux, « Arthur Kleinman, James L. Watson (éd.), SARS in China, Houndmills, Palgrave Macmillan, 2004, 219 p. », Perspectives chinoises [En ligne], 2007/2 | 2007, mis en ligne le 03 avril 2008, consulté le 23 mai 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/2983

Haut de page

Auteur

Alain Guilloux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page