Navigation – Plan du site
Hong Kong, dix ans après la rétrocession

Le patrimoine culturel à Hong Kong

Montée de l’activisme et contradictions identitaires
Sebastian Veg

Résumé

La fermeture de l’embarcadère historique du Star Ferry le 11 novembre 2006, puis sa destruction en décembre afin de laisser place nette pour la construction d’une voie rapide (nom de code : «P2») et d’une surface plantée sur la zone poldérisée située entre la station de Hong Kong et le Centre des expositions ont provoqué des remous inattendus parmi les citoyens hongkongais. Cet édifice vieux de 49 ans (manquant d’un an seulement la qualification de patrimoine «significatif» telle qu’elle est définie par le gouvernement) n’était certes pas perçu comme une prouesse architecturale. Son démantèlement ainsi que celui de l’ancienne tour de l’horloge ont cependant attiré les foules pour un dernier hommage, et provoqué de vives réactionsł: manifestation-occupation des lieux spectaculaire (bien que limitée), déchirements de banderoles ostentatoires dus à l’activiste Ho Loy, dépôt d’une motion au Conseil législatif (LegCo) réclamant l’ajournement du démantèlement dans l’attente de plus amples consultations publiques et signature de pétitions par plusieurs milliers de citoyens hongkongais. Après le démantèlement de la tour de l’horloge et la destruction du bâtiment principal, le sauvetage de l’embarcadère du Star Ferry étant devenu une cause perdue, l’attention se déplaça vers l’embarcadère adjacent, le Queen’s Pier, également voué à la destruction. Ce déplacement apparaît d’autant plus remarquable que l’intérêt architectural du Queen’s Pier était encore moins attesté et moins ancré dans la mémoire quotidienne des usagers, puisque le lieu servait avant tout aux visites de personnalités importantes ou lors de l’arrivée du gouverneur. Le Queen’s Pier fut fermé le 26 avril 2007, ce qui provoqua de nouveau un sit-in et une signature de pétition, évènements qui bénéficièrent de la visite médiatisée de Chow Yun-Fat. Le gouvernement réagit en proposant de démanteler puis de reconstruire l’embarcadère un peu plus loin, alors que le Conseil consultatif des antiquités accordait au Queen’s Pier le statut de bâtiment historique de catégorie I, sans pour autant lui attribuer le statut de «monument», le seul susceptible de lui assurer une protection contre la destruction (la décision finale étant dans les mains du secrétaire de l’intérieur). Tout comme Donald Tsang avait avancé en janvier que « trop » de conservation du patrimoine pourrait nuire à la compétitivité de Hong Kong, le président du Parti libéral, James Tien, affirma alors que «les visiteurs étrangers préféreraient certainement faire du shopping plutôt que de visiter un pavillon de la reine qui ne serait même plus en bord de mer ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sebastian Veg, « Le patrimoine culturel à Hong Kong », Perspectives chinoises [En ligne], 2007/2 | 2007, mis en ligne le 01 avril 2010, consulté le 28 juin 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/2783

Haut de page

Auteur

Sebastian Veg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org