Navigation – Plan du site
La Chine et son passé: retour, réinvention, oubli

L’histoire de la Révolution culturelle et la mémoire de la « génération perdue » sont-elles condamnées à l’oubli ?

Michel Bonnin

Résumé

Depuis que le Parti communiste chinois a donné une brève version officielle de la Révolution culturelle en 1981, peu d’ouvrages d’histoire sur cette période ont été autorisés à paraître, même s’ils s’en tenaient à une stricte orthodoxie. Pourtant, des travaux de recherche et des témoignages rédigés par des Chinois hors du cadre officiel ont pu voir le jour, surtout à Hong Kong et à Taiwan, mais aussi sur le continent. Contre l’occultation officielle de la mémoire de cette époque et contre les mémoires nostalgiques et infidèles d’une partie de leurs contemporains, d’anciens gardes rouges et jeunes instruits s’efforcent, malgré les obstacles, de construire une mémoire « populaire », authentique et critique. Cet archipel de mémoire sans cesse menacé mérite notre intérêt, non seulement parce qu’il est important pour le devenir de la Chine, mais aussi parce que la Révolution culturelle est un événement de l’histoire mondiale.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Bonnin, « L’histoire de la Révolution culturelle et la mémoire de la « génération perdue » sont-elles condamnées à l’oubli ? », Perspectives chinoises [En ligne], 2007/4 | 2007, mis en ligne le 30 décembre 2010, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/2493

Haut de page

Auteur

Michel Bonnin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org