Navigation – Plan du site
La Chine et son passé: retour, réinvention, oubli

Editorial

Sebastian Veg

Texte intégral

1L’année 2007 marquait deux commémorations historiques importantes en Chine : le 70ème anniversaire du « massacre de Nankin » et le 50ème anniversaire du Mouvement anti-droitier. Comme on pouvait le prévoir, ces deux dates ont fait l’objet d’un traitement opposé. La première a donné lieu à un surplus d’activités commémoratives, allant des cérémonies politiques aux films à grand public, et aux discussions débridées sur les forums internet. La seconde a été passée presque entièrement sous silence dans les médias continentaux, marquée seulement en creux par l’interdiction, en janvier 2007, du dernier livre de Zhang Yihe, fille du « droitier » historique Zhang Bojun, lors de l’affaire des « huit livres1».

2Si ces deux exemples constituent des cas opposés de traitement de l’histoire dans la Chine actuelle, force est de constater que le discours public sur les différentes strates de l’histoire de Chine s’est diversifié au cours des deux dernières décennies. S’éloignant de l’orthodoxie maoïste, le pouvoir lui-même a toléré, voire suscité, de nouvelles approches de certaines réalités historiques, qu’il s’agisse de ce qui relève de la « culture traditionnelle », objet progressif d’un engouement populaire à partir des années 1980, ou du régime impérial des Qing, formellement réhabilité dans le récit national à travers les programmes de recherche officiels comme celui du « Projet Nord-Est » (Dongbei gongcheng) mené par l’Académie chinoise des Sciences sociales de 2002 à 2006.

3En revanche, l’histoire de la République populaire, ainsi que certains épisodes intégrés au canon idéologique du pouvoir (la révolte des Boxers par exemple, comme l’a illustré l’interdiction du supplément Bingdian après la publication d’une proposition de révision du jugement sur les Boxers dans les manuels d’histoire) restent intangibles. Mais, alors que les débats sur ces événements dans l’espace public restent strictement contrôlés, on assiste, dans ce domaine aussi, à des tentatives individuelles d’exprimer d’autres points de vue, nourries par l’explosion des sources disponibles pour documenter l’histoire de la période maoïste2. Les tentatives d’ouvrir un débat plus large à ce sujet restent cependant limitées à des formes d’expression artistique (littéraire, cinématographique)3 ou aux projets d’« histoire orale » aujourd’hui en vogue, dont le « nombre de mots », comme le rappelle Raul Hilberg à propos des témoignages de l’Holocauste, ne saurait occulter les limitations et les biais intrinsèques4.

4Ce numéro spécial de Perspectives chinoises cherche donc à analyser ces points de vue divergents sur l’histoire – sur diverses strates de l’histoire, sans se limiter à l’époque maoïste – qui commencent à émerger, voire à se consolider, en Chine. Il ne s’agit bien sûr pas de les situer dans une opposition simpliste entre le pouvoir et la société. Dans chaque instance, c’est plutôt l’interaction – l’exploitation par les mouvements sociaux de failles dans le système de pouvoir, les tentatives de manipulation ou de récupération par les autorités de certains mouvements populaires (minjian)– qui a retenu l’attention des contributeurs.

5Le dossier s’ouvre sur un article de Sébastien Billioud et Joël Thoraval qui décrit le renouveau d’un confucianisme authentiquement populaire, caractérisé par une réappropriation de la culture traditionnelle dans des institutions, en l’occurrence éducatives, qui se situent en marge de la sphère officielle, sans pour autant être inquiétées par elle. C'est à cet héritage traditionnel que s'intéresse aussi Marianne Bujard en allant sonder la mémoire de Pékin, tant orale que transmise par les stèles.

6La discussion par Christopher Howe d’un ouvrage de l’historien japonais Shin’ichi Yamamuro souligne la complexité de l’histoire de la colonisation du Manchukuo par le Japon, décrite comme une chimère, une « illusion teintée d’horreur » dans laquelle se croisaient nombre d’ambitions et de projets divergents. Cet épisode colonial et d’autres de la même nature appellent aujourd’hui, en Chine aussi, un traitement historique plus minutieux que l’approche purement politique du gouvernement.

7L’histoire de la République populaire est marquée par plusieurs points aveugles, parmi lesquels le Mouvement antidroitier de 1957 est peut-être le plus injustement oublié. Chen Ziming, ancien dissident de Tian’anmen, s’efforce dans un texte consacré aux « intellectuels de droite », de mettre en valeur l’importance de la réflexion « loyale » de ces derniers sur une plus grande démocratisation des institutions dans les années 1950. Trois textes abordent les mémoires fragmentées de la Révolution culturelle. Michel Bonnin, partant de l’« oubli » officiel de cet épisode par le pouvoir, dresse un état des lieux des formes de souvenir dont il fait l’objet. Wang Youqin, fondatrice du mémorial virtuel pour les victimes de la Révolution culturelle, s’intéresse à la place de ces dernières dans l’historiographie. Sebastian Veg, à travers l’exemple du best-seller de Wang Xiaobo, L’Âge d’or, évoque le rôle que peut jouer la littérature dans une réflexion publique sur la Révolution culturelle et l’affirmation par les intellectuels d’un rôle plus actif pour eux dans la vie politique.

8Le dossier s’achève sur deux articles qui inscrivent le traitement de l’histoire dans une perspective plus générale. Jean-Philippe Béja souligne les difficultés que pose l’amnésie officielle d’un certain nombre d’épisodes historiques au développement d’un mouvement démocratique en Chine. Enfin Eva Pils, s’intéressant aux demandes de réparation en justice et de réhabilitation (pingfan) pour des préjudices subis pendant des campagnes politiques de l’État maoïste, conclut à la persistance d’une représentation autoritaire des rapports entre les gouvernants et les gouvernés. Ce dossier, complémentaire de bon nombre de publications récentes, cherche ainsi à donner un aperçu aussi divers que possible de la multiplicité des strates historiques présentes dans les discours contemporains en Chine, ainsi que de la vitalité des stratégies des différents acteurs, deux évolutions qui marquent une sortie définitive de l’ère du monologisme historique.

Haut de page

Notes

1 En janvier 2007, huit livres touchant à des sujets sensibles, notamment historiques, ont fait l’objet d’une décision des autorités chinoises visant à en empêcher ou à en limiter la diffusion
2 Cf. Julia Strauss, « Editor’s Introduction : in Search of PRC History », numéro spécial The History of the PRC (1949-1976), China Quarterly, n° 188 (décembre 2006), p. 855-869. Susanne Weigelin-Schwiedrzik développe, dans le même volume, l’idée que le Parti n’est plus en mesure d’imposer un « récit dominant » de l’histoire moderne, laissant un champ de mémoires fragmentées (« In Search of a Master Narrative for 20th-Century Chinese History », ibid, p. 1070-1091).
3 Pour un traitement plus systématique de cette question, cf. Ban Wang, Illuminations from the Past. Trauma, Memory, and History in Modern China, Stanford, Stanford University Press, 2004.
4 Cf. Raul Hilberg, Sources of Holocaust Research. An Analysis, Chicago, Ivan Dee, 2001, p. 48-49.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sebastian Veg, « Editorial », Perspectives chinoises [En ligne], 2007/4 | 2007, mis en ligne le 03 avril 2008, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/2433

Haut de page

Auteur

Sebastian Veg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org