Navigation – Plan du site
Politique : Taiwan

Les conséquences de la démocratisation sur la presse quotidienne taiwanaise

Depuis la fin des années 1980, la concurrence entre les journaux s'est exacerbée
Patricia R.S. Batto

Texte intégral

1Depuis la fin des années 1980, la presse est devenue libre à Taiwan. Auparavant, les journaux avaient été muselés pendant presque quarante ans par le régime nationaliste. Sur le plan économique, l’abolition de tout contrôle a ouvert le marché de la presse quotidienne à la concurrence ; sur le plan politique, elle a permis à toutes les opinions de s'exprimer librement.

2Cet article se propose d’examiner l’impact de la fin du contrôle sur la presse quotidienne taiwanaise, et de manière plus générale, les liens entre la libéralisation de la presse et la transition démocratique taiwanaise. Après un rappel historique, la situation née de la libéralisation sera envisagée tout d'abord à travers la percée du Ziyou shibao (The Liberty Times), quotidien privilégiant « Taiwan » par rapport à la « République de Chine ». Puis, nous nous intéresserons au fleuron de l’un des deux grands groupes de presse de l’île, le Lianhe bao (United Daily News) et à ses relations avec le pouvoir. Enfin, à l’approche de l’échéance électorale de mars 2004, nous reviendrons sur les positions des principaux journaux de l’île lors de la précédente campagne présidentielle, en 2000, à l’issue de laquelle avait été élu Président le candidat du Parti démocrate progressiste (Minjindang), Chen Shuibian, qui brigue aujourd'hui un deuxième mandat.

L’instauration du baojin

3Le système de contrôle de la presse, ou baojin1, mis en place par le régime nationaliste reposait sur un ensemble pléthorique de dispositions juridiques ; aussi son instauration est difficile à dater précisément. Généralement est retenue la date d’une directive du Yuan exécutif, le 10 juin 19512. La presse taiwanaise était soumise à une législation qui découlait, d'une part, du régime d'exception en vigueur dans l’île — notamment de la loi martiale proclamée le 19 mai 1949 ; doublée, d'autre part, de textes spécifiques concernant les publications. Le régime nationaliste qui s’était replié de Chine continentale à Taiwan en 1949, justifiait le maintien de la législation d'exception par sa prétention à poursuivre la guerre civile contre les communistes pour reconquérir le Continent. L'article 11 de la loi martiale limitait l'exercice des libertés et droits fondamentaux ; il donnait notamment aux autorités militaires le pouvoir d'interdire les journaux, les magazines et autres matériels imprimés « jugés préjudiciables aux affaires militaires ». Tout un ensemble de mesures était lié à la loi martiale, dont certaines portaient sur la presse.

4Un autre texte important concernant la presse était la loi sur les publications, promulguée le 9 avril 19523. Cette loi, révisée dans un sens plus restrictif en 1958, permettait au gouvernement de fermer définitivement un quotidien et de prendre toutes les sanctions à l'égard des publications — avertissement, amende, suspension ou arrêt de parution — par voie administrative, c'est-à-dire sans procédure judiciaire4. Ce texte tombé en désuétude après 1988, ne sera abrogée que le 25 janvier 19995.

5Le baojin désigne l'ensemble des mesures restreignant la liberté de la presse :

  • La limitation de l'enregistrement de nouveaux journaux (xianzheng) interdisait de fait la création de tout nouveau quotidien. Restait la possibilité de racheter et de transformer un titre existant.

    La limitation de la pagination (xianzhang) des quotidiens existants fut arrêtée le 1er décembre 1950 à une feuille et demie, soit 6 pages pour les journaux de format broadsheet6. La pagination autorisée ne sera relevée que trois fois : en septembre 1958 à 2 feuilles, en avril 1967 à 2 feuilles et demie et en mars 1974 à 3 feuilles.

  • La limitation des lieux d'impression des journaux (xianyin) assignait à chaque quotidien un lieu d’impression unique : l’aire de diffusion de chaque journal, à partir d'un seul point de départ, était ainsi restreinte.

6Le contrôle de la presse était exercé par divers organes gouvernementaux, les deux principaux étant l’armée et l'Office d'information gouvernemental (GIO), derrière lequel œuvrait le Département de la propagande central du Guomindang.

7Jusqu’au 1er janvier 1988, date de l'abrogation du baojin, le nombre de quotidiens à Taiwan s’est chiffré invariablement à 317. De 1945 à 1959, la presse gouvernementale domine : c'est d’abord le Taiwan xinsheng bao (Taiwan Shin Sheng Daily News) publié par les autorités provinciales qui a le plus fort tirage8; puis à partir de 1954 le fleuron de la presse Guomindang, le Zhongyang ribao (Central Daily News)9. Mais très rapidement, des quotidiens privés prennent le dessus. Ces derniers, tolérés notamment car le régime Nationaliste entend faire bonne figure sur le plan international et s'assurer le soutien américain, n’appartiennent pas au gouvernement, au Guomindang ou à l'armée ; mais les autorités veillent à ce qu'ils soient détenus par des fidèles au régime. De manière symptomatique, à de rares exceptions près, la plupart des journaux — et les médias en général — sont alors contrôlés par des Continentaux (Waishengren)10. Les journaux privés, non subventionnés, ont le souci d'être rentables commercialement : ainsi, en 1952, les principaux quotidiens privés de Taipei s'unissent face à la presse gouvernementale pour obtenir des autorités la parution de publicité institutionnelle dans leurs pages11.

8Le premier journal privé à se développer est le Lianhe bao : à l’occasion du huitième anniversaire de sa création, le 16 septembre 1959, il se revendique le premier quotidien de l’île devant le Zhongyang ribao, avec un tirage d’environ 80 000 exemplaires. Journal au lectorat populaire, il se différencie des organes de propagande nationaliste, puisqu’il se spécialise dans les faits divers que les quotidiens gouvernementaux méprisent. Mais il se démarque également sur d'autres points : par exemple, il décide de ne publier en page une que les informations importantes concernant Chiang Kai-shek ; les quotidiens gouvernementaux ne peuvent se permettre ce genre d'innovation : ils publient systématiquement toute nouvelle concernant le Président en première page. Dans une certaine mesure, l'obligation de rentabilité, le besoin de vendre, devait inciter les journaux privés à prendre leurs distances avec la propagande ; en restant toutefois dans des limites tolérables par le régime, pour ne pas être voués à la disparition.

9Le baojin mènera à la constitution de deux grands groupes de presse privés à Taiwan, celui du Lianhe bao12 et celui du Zhongguo shibao (China Times)13. Jiang Jingguo, le fils de Chiang Kai-shek fera entrer leurs patrons, Wang Tiwu et Yu Jizhong, tous deux anciens membres de l'armée nationaliste, au comité central du Guomindang dans les années 1970.

Un développement parallèle à l’essor économique

10A la fin des années 1980, la presse quotidienne taiwanaise est extrêmement moderne. Ses équipements et les technologies employés sont ceux d'un pays développé, que ce soit au niveau de la rédaction, de l'édition ou de l'impression. Les quotidiens taiwanais sont en couleurs : le premier à s’être équipé pour imprimer en couleurs est le Zhongguo shibao, dès mars 196814.

11La croissance de la presse taiwanaise a été parallèle à l’essor économique. L’existence de journaux suppose un niveau de développement assez poussé, notamment au niveau des infrastructures. Elle suppose aussi un lectorat potentiel, c'est-à-dire une population d'un niveau d'instruction élevé. Or, l'un des facteurs clé du « miracle » taiwanais a été l'importance accordée à l'éducation, qui a mis fin à l'illettrisme15.

12Avec le développement économique, la société taiwanaise entre dans l'ère de la consommation de masse, et le marché publicitaire connaît un essor fulgurant. Les journaux ont deux grandes sources de revenus : les ventes aux lecteurs et la publicité (petites annonces et publicité commerciale). La plupart des quotidiens taiwanais tirent l'essentiel de leurs ressources de cette dernière : en 1960, ils attiraient 62 % des dépenses publicitaires et, en 1987, 41 % contre 34 % pour la télévision apparue dans l'île en 1962. Entre 1960 et 1987, les recettes publicitaires de la presse quotidienne sont passées de 102 à 9 665 millions de NT$16. Dans le cadre d’une pagination limitée, un tel afflux d’annonces publicitaires posait évidemment problème. Les quotidiens se sont ingéniés à y faire face : aucun espace n'était perdu, on pouvait trouver des publicités jusque dans les marges ou les pliures centrales des pages des journaux. Par ailleurs, un procédé appelé suoban (« réduction de pages ») et appliqué principalement aux petites annonces, consistait à réduire la taille des caractères. Au fil des années, les petites annonces furent composées dans des caractères toujours plus petits jusqu’à devenir minuscules et quasi impossibles à déchiffrer. Un deuxième procédé (huanban, « changement de pages ») consista en une multiplication des éditions locales. Chaque journal publiait différentes éditions pour la partie rédactionnelle, mais aussi pour les petites annonces et pour la publicité commerciale (en particulier les annonces immobilières)17. Enfin, un troisième procédé, appelé fenban (« partage de pages »), consistait à vendre le même espace publicitaire, en page Une par exemple, à deux annonceurs différents, A et B ; la moitié des journaux imprimés comportait la publicité A et l'autre moitié, la B ; chaque point de vente était fourni pour moitié en journaux A et pour l'autre en journaux B. La levée du baojin, en mettant fin à la pagination limitée, mit également un terme à l’essentiel de ses pratiques.

13Un autre élément a joué en faveur de la modernisation de la presse taiwanaise : la langue chinoise. Quand la composition des textes se faisait encore manuellement, caractère par caractère, les conditions de fabrication pour les publications en langues alphabétiques ou en chinois étaient à peu près équivalentes. Mais avec l'automatisation de la composition, le chinois était pénalisé en raison de son très grand nombre de caractères18. L'informatisation des journaux taiwanais qui a commencé au début des années 1980, a permis de restreindre la différence de productivité entre le chinois et les langues alphabétiques19.

14Dans les années 1960, alors que l’économie taiwanaise décolle, le tirage global de la presse quotidienne double, passant de 680 000 exemplaires en 1960 à 1,22 million d’exemplaires en 197020, et les recettes publicitaires sont multipliées par cinq : de 102 millions de NT$ en 1960, elles montent à 507 millions en 1970. La présentation et le contenu des quotidiens s'améliorent, en raison de la modernisation des équipements, mais aussi d'une meilleure formation des journalistes. La presse gouvernementale est en perte de vitesse. Le Lianhe bao vient en tête des journaux privés par le tirage, suivi de près par le Zhongguo shibao à la fin de la décennie.

15Dans les années 1970, le tirage global de la presse quotidienne triple, atteignant 3,5 millions d’exemplaires en 198021, tandis que ses recettes publicitaires sont multipliées par huit pendant la décennie pour atteindre 4,4 milliards de NT$ en 1980. Le Lianhe bao et le Zhongguo shibao se partagent l'essentiel du marché. Le succès du Zhongguo shibao qui, en 1979, annonce être devenu le premier quotidien taiwanais, s’explique notamment par une attitude plus tolérante que celle du Lianhe bao face à la montée de l'opposition au régime nationaliste. Toutefois, dans l’ensemble, la presse quotidienne, contrôlée par des personnalités loyales au pouvoir, est conservatrice et défend le statu quo politique. Seuls deux journaux, détenus par des Taiwanais de souche, se démarquent quelque peu de la ligne officielle, en veillant à rester dans des limites tolérables par le régime : le Zili wanbao (L'Indépendant du soir) et le Minzhong ribao (Le Quotidien populaire). Le Zili wanbao, quotidien du soir né à Taipei le 10 octobre 1947, joue, sous l'égide de Wu Sanlian22, le rôle de locomotive dans le traitement de l'information politique pour l'ensemble de la presse23. Le Minzhong ribao, créé le 5 septembre 1950 à Jilong et qui s'installe à Gaoxiong en 1978, adopte une ligne éditoriale calquée sur celle du Zili wanbao, mais sa qualité est moindre24.

16La mainmise du pouvoir sur les médias entraîne dans les années 1970 une floraison de revues dissidentes25. En 1975, est créé Taiwan zhenglun (La Tribune politique taiwanaise) et en 1979 sont lancées Bashi niandai (Les Années 80 ou Eighties) et Meilidao (Formose)26. Bashi niandai représente la faction modérée de l'opposition, tandis que Meilidao est lancé par la faction radicale du Dangwai qui, à la fin des années 1970, passe de la revendication démocratique à la revendication indépendantiste. Le 10 décembre 1979, à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'homme, Meilidao organise un rassemblement à Gaoxiong qui se solde par une explosion de violence. De nombreux membres du Dangwai sont arrêtés. Huit personnes sont jugées pour sédition par un tribunal militaire et sont condamnées, le 19 avril 1980, à de peines allant de douze ans de prison à la réclusion à perpétuité. Parmi elles, Annette Lü (Lü Xiulian), colistière de Chen Shuibian en 2000, élue vice-présidente, qui se représente avec lui en 2004. Chen Shuibian, avocat, est entré en politique à l'occasion du procès de Meilidao. Les revues dissidentes du Dangwai ont joué un rôle central dans l'expression, mais aussi dans l'organisation de l'opposition politique, et partant dans la démocratisation.

17Au début des années 1980, le marché de la presse quotidienne se stabilise, les groupes Lianhebao et Zhongguo shibao renforcent leur domination. En 1986, le tirage global de la presse quotidienne est évalué à 3,8 millions d’exemplaires27; soit environ un journal pour 5 habitants. Les Taiwanais, avec quelque 208 quotidiens vendus pour 1 000 habitants, lisent moins les journaux que les Japonais, les plus grands consommateurs de quotidiens avec les Scandinaves (au début des années 1990 : 562 exemplaires pour 1 000 habitants) ou les Américains (244), mais davantage que les Français (155) ou les Italiens (118). Le marché publicitaire taiwanais continue de se développer ; entre 1980 et 1987, les recettes publicitaires de la presse quotidienne sont multipliées par plus de deux. A la veille du 1er janvier 1988, le tirage du Zhongguo shibao est estimé à 1,2-1,3 million d'exemplaires et celui du Lianhe bao à 1,1 million d'exemplaires28. L'ensemble des quotidiens publiés à Taiwan par les deux groupes, représentent 80 % du tirage global et correspondent à 55 % des recettes publicitaires de la presse quotidienne.

Après 1988, la profusion des titres masque la concentration du marché

18Le baojin prend fin le 1er janvier 1988, mais un pas important vers la liberté avait déjà été fait avec la levée de la loi martiale dans l'île, le 15 juillet 1987. Le nombre de journaux enregistrés, limité à 31 pendant presque quarante ans, passe à 122 en 1988 et atteint 454 en 2001.

19Les journaux recouvrent cependant des réalités très diverses ; les publicitaires, eux, ne prennent en considération qu’une vingtaine de quotidiens. Après 1988, le marché publicitaire qui a atteint une certaine saturation, ne connaît plus la même croissance qu'auparavant. Et en 1996, pour la première fois, la télévision recueille davantage de recettes publicitaires que la presse quotidienne. L’intérêt grandissant des annonceurs pour la télévision s'explique par l'essor du câble à partir de 1995, mais aussi par une désaffection du lectorat pour les quotidiens. Le nombre de personnes lisant un quotidien chute de 76 % à 57 % entre 1991 et 200129. Cette désaffection serait le fait des jeunes générations qui préféreraient d'autres médias, comme la télévision ou Internet, mais refléterait également un mécontentement, face à une dérive vers le sensationnalisme notamment.

1. Répartition de la publicité entre la presse quotidienne et la télévision

1. Répartition de la publicité entre la presse quotidienne et la télévision

Sources : Chuban nianjian. Zhonghua minguo jiushiyi nian (Annuaire des publications. République de Chine 2002), Taipei, Yuan exécutif, Office d'information gouvernemental, 2003. Zhonghua Minguo guanggao nianjian 94-95 (Annuaire de la publicité en République de Chine 1994-1995), pp.24-26, pour la période 1988-1994. Zhonghua Minguo guanggao nianjian 1997-1998, p.164 et p.169 pour 1995 et 1996. Zhonghua minguo guanggao nianjian 2001-2002, p.226, pour la période 1997-2001.

20La levée du baojin permet aux groupes Lianhebao et Zhongguo shibao de consolider leurs positions. En 2001, le groupe Lianhebao recueille 38,5 % des recettes publicitaires et celui du Zhongguo shibao 30 % ; à eux deux, ils accaparent 68,5 % du marché30, comparés à 55 % détenus avant la libéralisation31. Tout d'abord, les deux groupes créent de nouveaux journaux : dès 1988, ils prennent pied sur le créneau des quotidiens du soir. Ensuite, ils étoffent considérablement la pagination ; par exemple, celle de leurs principaux quotidiens (le Lianhe bao et le Zhongguo shibao), de 12 pages avant 1988, monte à une cinquantaine de pages durant l’élection présidentielle de mars 200032. Enfin, les deux entreprises construisent de nouvelles imprimeries, au nord, au centre et au sud de l’île : pour faire face aux augmentations de pagination, mais aussi pour mieux s’implanter localement à travers une multiplication des éditions locales, pour faciliter leur diffusion et améliorer leur drainage du marché publicitaire. Evidemment, les moyens financiers et techniques dont ils disposent (des réseaux de distribution déjà constitués par exemple), ainsi que leur savoir-faire, les avantagent par rapport aux nouveaux venus. La situation oligopolistique qui prévalait avant 1988 favorise donc la concentration.

21Les importants moyens requis pour la création d'un journal et la vive concurrence entraînée par la libéralisation expliquent la courte durée de vie de nombreux quotidiens. Un exemple est le Shoudu zaobao (Le Matin de la capitale), lancé le 4 mai 1989 par Kang Ningxiang, figure de proue de l'opposition, à l'origine des revues Taiwan zhenglun et Bashi niandai. Le Shoudu zaobao, avec ses 12 pages vendues 8 NT$, faisait « pauvre », comparé au Zhongguo shibao par exemple, à 10 NT$, qui dès le 1er janvier 1988 passe à 24 pages et dont la pagination ne cesse de croître. Le 28 août 1990, dans un « Avis aux lecteurs » en page Une, le Shoudu zaobao annonce qu'il cesse « momentanément » sa parution pour « raisons financières », et disparaît après quelque seize mois d'existence. Il reflétait pourtant sans nul doute une fraction de l'opinion taiwanaise.

22Après la libéralisation, la différence entre les quotidiens « nationaux » (les journaux enregistrés à Taipei) et les quotidiens « locaux » a tendance à s'estomper. Le volume d'informations locales publié dans les multiples éditions des grands journaux, est équivalent à celui des journaux locaux, avec même souvent un découpage plus fin du territoire. La différence entre journaux « généralistes » et « spécialisés » a également tendance à se brouiller : l'ensemble des journaux taiwanais étoffent leur contenu grâce aux augmentations de pagination ; ils comprennent ainsi davantage d'informations économiques ou de loisirs qu'auparavant. Les journaux locaux ou spécialisés, tout comme la presse gouvernementale au contenu rébarbatif, sont durement frappés.

23La levée du baojin sonne aussi le glas de la presse dissidente et affecte un journal comme le Zili wanbao. Le 28 septembre 1986 naît le Parti démocrate progressiste regroupant les différentes tendances du Dangwai : l'opposition n'a désormais plus besoin d'une couverture journalistique pour ses activités politiques ; de plus, la légalisation de l'opposition entraîne une amélioration du compte-rendu de ses activités par les médias. Il devient plus difficile pour les revues dissidentes d'avoir un contenu subversif. Le Zili wanbao dont l'entreprise éditrice lance le 1er janvier 1988 un quotidien du matin, le Zili zaobao (L'Indépendant du matin), est aussi rapidement en perte de vitesse. D'une part, en raison de la libéralisation, sa ligne éditoriale perd de son originalité et donc de son attractivité. D'autre part, la levée du baojin ayant permis aux deux grands groupes de prendre pied sur le créneau des quotidiens du soirs, le Zili zaobao se retrouve directement confronté aux deux mastodontes. Le Zili zaobao ferme en février 1999 et le Zili wanbao disparaît à l'automne 200133. Enfin, les quotidiens généralistes, en raison de la vive concurrence qui les oppose, ont tendance à s'aligner les uns sur les autres. La libéralisation s'accompagne d'une uniformisation.

La montée en puissance du Ziyou shibao

24La levée du baojin permet à un nouveau quotidien généraliste de percer : le Ziyou shibao, titre apparu le 1er janvier 1988. Au deuxième trimestre 1996, le Ziyou shibao, avec un tirage passé de 185 000 exemplaires en 1988 à plus d’un million, affirme être le journal taiwanais le plus lu, devant le Lianhe bao et le Zhongguo shibao. Grâce à la libéralisation, à partir de 1996, il n'y a plus deux, mais trois grands quotidiens taiwanais.

25Le Ziyou shibao n’est autre que l’ancien Ziyou ribao basé à Taizhong, acquis en avril 198034 par Lin Rongsan. Cet homme d’affaires enrichi dans l’immobilier est l’une des plus grosses fortunes de l’île ; membre du Yuan législatif (1975-1979), puis du Yuan de contrôle (1980-1991) dont il assure ensuite la vice-présidence (1992-1993), il est un proche du Président Li Denghui dont il devient conseiller en 1997.

26L'achat du certificat d'enregistrement du journal aurait coûté quelque 40 millions de NT$35. A la veille de la libéralisation, plus de 600 millions de NT$ auraient été investis dans le quotidien. Malgré cela, ses pertes sont évaluées à 20 millions de NT$ par mois à ses débuts. Le Ziyou ribao prend alors deux initiatives qui vont lui permettre d'atteindre l'équilibre financier au milieu des années 1980. Premièrement, il casse les prix des petites annonces. La ligne de texte vendue par les autres quotidiens 35 NT$, et dont le prix monte même à 45 NT$ par la suite, est bradée à 5 NT$. Ces pratiques de dumping permettent au journal de se faire une place sur le marché : il attire d'abord de nombreuses annonces légales, puis d'autres, en raison du manque de place dans les grands quotidiens, dû à la pagination limitée. Deuxièmement, il profite du développement des loteries clandestines dajiale36. Le Ziyou ribao publie des rubriques spécialisées dans le pronostic des numéros gagnants, inspirées des prédictions de devins, mages et autres diseurs de bonne aventure. Cette politique lui vaut non seulement de nombreux nouveaux lecteurs, mais aussi un formidable essor des petites annonces liées à dajiale; au point qu'il crée des éditions locales pour faire face à leur volume. Grâce à dajiale, le journal atteint l'équilibre : son tirage passe de 30 000 à 40 000 exemplaires et les petites annonces lui rapportent plus d'un million par mois.

27Mais les autorités décident de prendre des mesures contre les loteries clandestines devenues un véritable fléau. Le Ziyou ribao est obligé de restreindre ses activités liées à dajiale ; son tirage et ses recettes publicitaires baissent. En octobre 1986, le journal quitte Taizhong pour le district de Taipei, ce qui entraîne des frais considérables et affecte son fonctionnement. Le Ziyou ribao est à nouveau dans le rouge.

28Avant la libéralisation du 1er janvier 1988, est menée une réforme complète du quotidien37. Le Ziyou shibao privilégie « Taiwan » par rapport à la « République de Chine », met l'accent sur le particularisme local (bentuhua), sur les « racines » (caogen). Son slogan, dans les campagnes promotionnelles, est : « Taiwan avant tout, priorité à la liberté » (Taiwan youxian, ziyou di yi). Le quotidien de Lin Rongsan aligne ses positions sur celles du Parti démocrate progressiste, se démarquant ainsi du Lianhe bao et du Zhongguo shibao. Parallèlement, il soutient de manière inconditionnelle Li Denghui, premier Président Guomindang insulaire.

29Le Ziyou shibao connaît un développement spectaculaire et, en juin 1989, déménage dans la ville de Taipei. Le 15 juin 1999, Lin Rongsan lance un quotidien anglophone, le Taipei Times, donnant ainsi naissance au groupe Ziyou shibao. Le formidable essor du Ziyou shibao est lié à sa nouvelle formule, raison généralement mise en avant par ses partisans. Mais il doit aussi beaucoup à une politique commerciale agressive et décriée, sans oublier les importants moyens financiers et les appuis politiques de Lin Rongsan, proche de Li Denghui et très présent dans le journal à partir du début des années 199038.

Une concurrence exacerbée pour la place de premier quotidien taiwanais

30Après 1988, en l’absence d’un organisme de contrôle des tirages à Taiwan39, la principale référence est le taux de lecture des quotidiens, établi par un institut privé de sondage et destiné aux professionnels de la publicité40. Le Ziyou shibao voit son taux de lecture passer de 4,1% en 1991 à 21,7% en 1996, année où il revendique le titre de premier quotidien taiwanais.

2. Taux de lecture des trois principaux quotidiens taiwanais (en %)

2. Taux de lecture des trois principaux quotidiens taiwanais (en %)

Source : Zhonghua minguo guanggao nianjian 2001-2002 (Advertising Yearbook of Taiwan, The Republic of China, 2001-2002), Taipei, Taibeishi guanggao daili shangtongye gonghui, 2003, p.233, et ACNielsenMediaIndex.

31Au lendemain de la libéralisation, le Lianhe bao et le Zhongguo shibao sont confrontés à une forte baisse de leurs ventes. En l'espace de quelques mois, les deux quotidiens doublent certes leur pagination, mais aussi leur prix : le 1er septembre 1987, ils passent de 12 à 20 pages et de 5 à 8 NT$ ; le 1er janvier 1988, ils comptent 24 pages pour 10 NT$. Les deux journaux tombent à moins d'un million d'exemplaires entre janvier et avril 198841. L'augmentation de prix paraît avoir joué un rôle décisif dans cette chute : avant 1988, 40 % des Taiwanais abonnés à un quotidien l'étaient à la fois au Lianhe bao et au Zhongguo shibao ; ils ne sont plus que 10 % au début des années 1990. En janvier 1996, le Lianhe bao et le Zhongguo shibao augmentent encore leur prix, de 10 NT$ à 15 NT$, en raison d'une hausse des cours du papier et enregistrent à nouveau une baisse de leurs ventes. Cette année-là, le taux de lecture du Lianhe bao passe de 24,8 % en 1995 à 20,8 %, et celui du Zhongguo shibao de 22,6 % à 19,1 %. En revanche, le Ziyou shibao qui maintient son prix à 10 NT$, voit son taux de lecture bondir de 14,2 % à 21,7 %.

32Mais la percée du Ziyou shibao ne s'expliquerait pas seulement par son bas prix. En juillet 1997, le mensuel Tianxia publie un dossier mettant en cause les méthodes employées par le quotidien de Lin Rongsan pour obtenir ses bons résultats, notamment la distribution à grande échelle d'exemplaires gratuits42. Le Ziyou shibao distribuerait jusqu'à 300 000  exemplaires gratuitement ; le Lianhe bao et le Zhongguo shibao, quant à eux, jusqu'à 100 000 exemplaires43. Parallèlement, le Ziyou shibao aurait adopté une politique de distribution agressive, soudoyant les employés des réseaux de distribution du Lianhe bao et du Zhongguo shibao en les payant mieux. Au centre de l'île, le Ziyou shibao aurait utilisé les réseaux de ses deux concurrents, en obtenant qu'à chaque abonné du Lianhe bao et du Zhongguo shibao soit également distribué, gratuitement, un exemplaire du Ziyou shibao. Quand, en 1996, le prix des deux premiers passe de 10 à 15 NT$, beaucoup de personnes qui recevaient auparavant le Ziyou shibao gratuitement, se seraient abonnées à ce dernier resté à 10 NT$.

33L’objectif final de cette politique de bas prix de vente et de distribution de gratuits est le marché publicitaire ; le taux de lecture, référence des professionnels de la publicité, sert notamment à fixer les tarifs des annonces. Quand les résultats du deuxième trimestre 1996 sont connus, le Ziyou shibao augmente ses tarifs publicitaires. Fin mai 1997, après avoir enregistré le meilleur taux de lecture quatre trimestres consécutifs, le Ziyou shibao aligne ses prix sur ceux du Lianhe bao et du Zhongguo shibao. Le chiffre d'affaires du Ziyou shibao, inférieur à 2 milliards de NT$ en 1995, atteindrait environ 2,9 milliards en 1996, l'essentiel de la progression étant due à un accroissement des recettes publicitaires. Mais, d'après Tianxia, le Ziyou shibao resterait déficitaire44. Le Lianhe bao, dont le chiffre d'affaires serait d'environ 8,9 milliards de NT$ en 1996, dégagerait un bénéfice de plus de 700 millions, et le Zhongguo shibao un bénéfice de 20 millions de NT$ pour un chiffre d'affaires de 8 milliards.

34Devant la montée en puissance du Ziyou shibao, le Lianhe bao et le Zhongguo shibao distribueraient chacun jusqu'à 100 000 gratuits, soit des frais de 25 à 30 millions de NT$ par mois. Ils lancent également de spectaculaires campagnes de promotion, calquées sur celles du Ziyou shibao45. Les journaux de moindre importance comme les quotidiens locaux sont très affectés par le combat acharné que se livrent les trois grands

35Après la parution du dossier de Tianxia en juillet 1997, le Ziyou shibao attaque le magazine en diffamation, mais perd son procès. Le verdict tombe le 23 décembre 1999 : Tianxia est jugé non coupable, la justice estimant que le magazine n'avait pas l'intention de nuire. Entre temps, le débat s'était déplacé sur le terrain de la liberté de presse : jusqu'où un organe d'information peut-il pousser la critique sans être sanctionné par les autorités ? Une fois le verdict connu, les groupes Lianhebao et Zhongguo shibao se félicitent de la liberté de presse régnant désormais à Taiwan. Après 1996, le Ziyou shibao reste le premier quotidien taiwanais ; mais à partir de 1999, son lectorat commence aussi à s'éroder. Et ses recettes publicitaires restent inférieures à celles de ses concurrents : en 2001, elles représentent 18 % du marché, contre 25 % pour le Lianhe bao et 24 % pour le Zhongguo shibao.

36Une autre conséquence de la féroce concurrence née de la libéralisation est une propension au sensationnel de plus en plus marquée, pour appâter les lecteurs. Le manque de déontologie de la presse s’explique également par la multiplication des journaux ; avec la libéralisation, les différents médias recrutent en grand nombre, entraînant un manque de professionnalisme parmi les journalistes dont certains n'ont pas de formation.

37En 1997, pour lutter contre l'érosion de son lectorat, le Zhongguo shibao procède à une réforme éditoriale qui tourne au désastre. En 1995, l'homme d'affaires de Hong Kong Jimmy Lai (Li Zhiying) avait lancé dans la colonie britannique le quotidien Pingguo ribao (La Pomme) qui, dès 1996, menaçait la première place du Dongfang ribao (L'Orient)46. Les dirigeants du Zhongguo shibao, impressionnés par cette réussite, entreprennent début 1997 une réforme radicale inspirée du quotidien hongkongais. Le Zhongguo shibao entend séduire les Taiwanais en choisissant une orientation plus « populaire ». En février-mars 1997, des faits divers apparaissent en page une. En pages 2 et 3, réservées traditionnellement aux nouvelles importantes, surgissent des informations « people ».

38Cette nouvelle politique éditoriale dure jusqu'à l'épilogue du kidnapping de la fille d'une vedette de la télévision, assassinée par ses ravisseurs, dont le corps est retrouvé le 28 avril 1997. Le Zhongguo shibao publie en page Une la photo du corps, avec un gros plan sur la main dont les ravisseurs ont coupé un doigt, et en page 2, un article romancé sur l'affaire. Ce traitement de l'information soulève un tollé dans l'île ; beaucoup de lecteurs scandalisés protestent, résilient leur abonnement. Le Zhongguo shibao est stigmatisé dans les instituts de journalisme. Suite à cette affaire, le quotidien renonce à sa nouvelle ligne éditoriale.

Les relations entre presse et pouvoir, et le boycott du Lianhe bao en 1992

39L'arrivée de Li Denghui au pouvoir en 1988 marque une rupture dans les relations entre le pouvoir et les médias : les thèmes traditionnels de « l'intérêt national » et de « la mission de la presse » sont remplacés par « l'importance d'établir une société moderne régie par la loi », selon les propres mots du Président lors d'une entrevue avec les patrons de médias membres du Guomindang le 19 avril 1989. Même si le rôle de « guide de l'opinion publique » des médias est toujours évoqué, après 1988, on ne leur demande plus tant de promouvoir la politique du Guomindang ou de l'Etat que de répondre à certains critères éthiques.

40Dans un texte publié le 1er septembre 1989 dans le Zhongyang ribao et intitulé « Observations et suggestions aux médias après la levée de la loi martiale », le directeur de l'Office d'information gouvernemental (GIO), Shao Yuming appelle à l'autorégulation des médias : « On peut distinguer l'autodiscipline et la discipline imposée par la réglementation. L'autodiscipline implique des progrès par l'autocritique. La discipline découle des lois, des codes et des groupes de pression défendant l'intérêt public. Ces deux formes de discipline ne sont pas incompatibles, mais la première est meilleure... car elle n'influe pas sur la liberté de la presse. Pour ce qui concerne la discipline, nous devrions en premier lieu renforcer le rôle du Conseil des médias47. En effet, le gouvernement est placé sous la surveillances médias, aussi ne convient-il pas que le gouvernement se serve de la voie administrative ou de lois pour les sanctionner. Cela soulèverait des critiques arguant d'entraves mises à la liberté de la presse ». C'est une des premières fois qu'un membre du gouvernement considère les médias comme une force indépendante — dont les fonctions incluent celle de contrôle du pouvoir — et déclare que les autorités ne doivent pas intervenir dans le domaine des médias48.

41Après la levée de la loi martiale et jusqu'à l'abrogation de la Loi sur les publications en 1999, le GIO qui dispose encore d'un pouvoir de contrôle sur la presse, ne revendique plus qu'un rôle restreint. D'après son directeur, Shao Yuming : « Le GIO a contribué à la politique nationale pendant quelque quarante années. Mais parallèlement au développement démocratique de notre pays, le rôle du GIO devrait être simplifié : à la fois porte-parole du gouvernement, chargé de la propagande politique et responsable de la régulation de la presse, il ne devrait garder que la fonction de porte-parole du gouvernement. Nous devrions laisser la régulation de la presse à la presse elle-même. Une entité civile comme la presse devrait être régulée selon ses normes et sa déontologie propres, et non par le gouvernement »49.

42Pour Zhu Jiying, directeur du Département des affaires culturelles du Guomindang, c'est-à-dire de la propagande du parti, « dans une société démocratique, la presse est le porte-parole du public et représente les intérêts du public. Aussi, protéger les intérêts de la presse revient-il à protéger les intérêts du public. Je considère que le rôle de porte-parole du parti est de fournir de l'information, non de contrôler l'information. Il doit gérer l'information, non la contrôler. Il doit expliquer la politique du parti aux médias et être le relais de l'opinion publique auprès de ses supérieurs. Le style politique dominateur et rigide est dépassé »50.

43Mais, alors que la presse est libre comme jamais auparavant, un quotidien, le Lianhe bao, a toutes sortes de démêlés avec le pouvoir. Né en 1951 et profondément anticommuniste, le Lianhe ba, se distingue à partir des années 1970 par son hostilité envers le Dangwai51, alors qu'il avait été favorable à la création d'un parti d'opposition au début des années 1960. Tout en continuant d'affirmer son attachement à la démocratie et au multipartisme, le quotidien adopte une attitude très dure à l'égard du Dangwai qui au départ réclamait la démocratisation, puis — en se radicalisant — l'indépendance de Taiwan : le Lianhe bao se pose en défenseur de la République de Chine et des dogmes qui la fondent, notamment la lutte contre le communisme et la réunification de Taiwan et du Continent « sous la bannière démocratique ». Dès la fin des années 1970, le Lianhe bao se sert des menaces de Pékin, joue sur le sentiment d’insécurité, pour lutter contre le mouvement indépendantiste.

44Le 29 octobre 1992, Li Ruihuan, membre permanent du bureau politique du Parti communiste chinois, reçoit des représentants de médias chinois d'outre-mer, de Taiwan, de Hong Kong et de Macao, à Pékin. L'entrevue se termine par la question d'un Taiwanais, qui demande comment réagirait la Chine communiste si les indépendantistes taiwanais en arrivaient à menacer la réunification52. La réponse de Li Ruihuan est publiée le lendemain par l'ensemble de la presse taiwanaise. Le Lianhe bao titre, le 30 octobre 1992, en Une : « Li Ruihuan : la Chine continentale est prête à interrompre sa reconstruction économique pour empêcher l'indépendance de Taiwan. La Chine continentale emploiera “tous les moyens” pour préserver l'intégrité territoriale du pays, et ira sans hésiter jusqu'à “faire couler le sang et sacrifier des vies” (...) ». Trois autres quotidiens accordent leur Une à la déclaration de Li Ruihuan : le Zhongguo shibao et deux journaux gouvernementaux, le Zhongyang ribao et le Taiwan xinsheng bao. Dans le Ziyou shibao et le Zili wanbao, l'information figure respectivement en page 2 et en page 3. Les divers quotidiens taiwanais n'accordent donc pas la même importance à la déclaration de Li Ruihuan, et le Lianhe bao est indéniablement le journal qui la valorise le plus ; mais la différence de hiérarchisation n'est pas énorme et le contenu des articles — purement factuel — est quasiment le même.

45Le 11 novembre 1992, le Comité permanent du Guomindang se réunit pour discuter des relations entre les deux rives ; l'un de ses membres, Shen Changhuan estime, en brandissant le Lianhe bao du 30 octobre comme pièce à conviction, que les propos de Li Ruihuan prouvent qu'adopter la politique « une Chine, un Taiwan » mènerait l'île à la catastrophe. Le Président Li Denghui rétorque : « La récente déclaration de Li Ruihuan en Chine communiste, d'après ce que je sais, ne correspond pas du tout à ce que dit M. Shen, les journalistes alors présents peuvent témoigner ; mais une personne d'un certain journal en a fait, à son retour, un compte-rendu effrayant, pour faire peur à notre population. (…) D'après le camarade Shen, Li Ruihuan a déclaré vouloir laver Taiwan dans le sang et renoncer au développement économique. En réalité, Li Ruihuan n'a pas dit cela....  »53

46Le 23 novembre, quinze associations lancent un « Mouvement de boycott pour sauver Taiwan » (tuibao jiu Taiwan yundong), contre le Lianhe bao. Les trois plus importantes d'entre elles sont : l'Association des professeurs taiwanais (Taiwan jiaoshou xiehui), l'Eglise presbytérienne (Taiwan jidujiao zhanglaojiaohui), et la Ligue du monde médical taiwanais (Taiwan yijie lianmeng). Lors d'une la conférence de presse, les organisateurs du mouvement invoquent la lutte pour la liberté d'expression. Selon eux, les médias s'en tiennent à leur ligne éditoriale au mépris de toute objectivité, d'autant plus, qu'ils ont tendance à mélanger le factuel et le commentaire. Par ailleurs, ils souhaitent « une véritable concurrence sur le marché de la presse quotidienne » ; les journaux distribués dans les avions ou auxquels est abonnée la fonction publique, disent-ils, sont tous de la même veine. Enfin, ils critiquent sévèrement les journalistes, mal formés et à la botte des patrons de presse. Les initiateurs du boycott affirment que leur mouvement n'est pas politique, qu'il est dirigé contre l'ensemble des médias, pas spécialement contre le Lianhe bao, mais qu'ils s'en prennent au Lianhe bao parce qu'il est le plus important média taiwanais, et que les articles qu'il publie sur la Chine continentale posent problème.

47Les tracts et autres matériaux destinés à convaincre de participer au boycott expliquent que le Lianhe bao « nuit à la stabilité de Taiwan » en se faisant « le porte-voix de la Chine communiste » et en étant « pour ainsi dire, l'édition taiwanaise du Quotidien du peuple » ! Ces allégations, surprenantes au premier abord, le sont moins si l'on a en mémoire les positions pro-réunification du Lianhe bao. L'attaque contre le quotidien qui « instaure la terreur et menace la population taiwanaise » est lancée simultanément sur deux fronts : celui du lectorat et celui de la publicité. Des autocollants à poser sur les boîtes aux lettres ou les portes d'entrée sont distribués, proclamant : « Chez nous, on ne lit pas le Lianhe bao ». Les initiateurs du boycott essaient de convaincre les particuliers de ne plus passer de petites annonces dans le Lianhe bao, et les entreprises et les professionnels de la publicité de ne plus y acheter d'espace ; ils brandissent notamment des menaces de boycott à l'encontre des produits qui apparaîtraient en première page du journal. Le 3 décembre, les organisateurs du boycott passent une annonce dans quatre quotidiens : le Ziyou shibao, le Zili zaobao, le Zili wanbao, et le Minzhong ribao, indiquant : « Chez nous, on ne lit pas le Lianhe bao, si vous y passez de la publicité, c'est en vain ».

48Ces quatre journaux avaient, dès le 24 novembre, soutenu le boycott, en reprenant plus ou moins à leur compte les idées du mouvement. Par ailleurs, le 25 novembre, le Parti démocrate progressiste (PDP) réagit favorablement au boycott, en décidant de ne plus passer d'annonce dans le Lianhe bao. Le 8 décembre, les organisateurs demandent au Guomindang de suivre l'exemple du PDP54 ; trois arguments sont donnés : le Lianhe bao est « communément considéré comme le journal taiwanais le plus conservateur », se situe « à l'extrême droite conservatrice », une position en contradiction totale avec l'« innovation » prônée par le Guomindang ; le parti Nationaliste veut la stabilité et la prospérité, alors que le Lianhe bao est un fauteur de troubles ; il demande aux gens d'avoir confiance, alors que le Lianhe bao les terrorise, « au point que même les instances dirigeantes du Guomindang n'arrivent plus à supporter la zizanie semée par le Lianhe bao »55.

49Le 4 décembre 1992, le Lianhe bao dépose une plainte devant le Conseil des médias contre le Ziyou shibao, le Minzhong ribao, le Zili zaobao et le Zili wanbao, pour non respect de la déontologie professionnelle dans leurs comptes-rendus et leurs commentaires du « Mouvement de boycott pour sauver Taiwan ». Et le 29 décembre, il attaque en diffamation quatre personnes ; le président et le secrétaire de l'Association des professeurs taiwanais, tous deux enseignants à Taida, la plus prestigieuse des universités de l'île ; le président de la Ligue du monde médical taiwanais ; et un pasteur de l'Eglise presbytérienne. Le 20 juillet 1993, les quatre accusés sont reconnus coupables : le premier est condamné à cinq mois de prison et les trois autres à 50 jours de détention. Mais ils font appel et gagnent : le 24 août 1994, les quatre sont déclarés innocents. Le Conseil des médias, qui avait déclaré le 1er avril 1993 qu'il reportait la publication des conclusions auxquelles il était arrivé le 25 mars, pour ne pas interférer avec l'action légale en cours, les fait connaître le 9 février 1995 : il donnait raison au Lianhe bao contre les autres journaux, qui essuient un blâme.

50L'impact exact du boycott est difficile à évaluer, mais il paraît avoir constitué un choc important. A commencer sur le plan psychologique ; des années plus tard, les dirigeants du groupe Lianhebao ne se remettaient pas d'avoir été traités de « communistes ». Les participants au boycott comprenaient tous les opposants au régime nationaliste, pro-indépendance ou non, que le journal accablait depuis des années de ses critiques. Mais aussi, Li Denghui — à la fois Président de la République et du Guomindang — et ses alliés : aussi de nombreuses administrations résilient-elles leurs abonnements ; la compagnie aérienne Eva Air ne distribue plus les journaux du groupe dans ses avions56, etc. Entre 1992 et 1993, le taux de lecture du Lianhe bao tombe de 31 % à 27 %, une chute qui paraît due au boycott car, à la même époque, celui du Zhongguo shibao reste stable, alors que celui du Ziyou shibao bondit de manière spectaculaire de 6 % à 13 %. A la défection du lectorat, il faut ajouter un ralentissement des rentrées publicitaires du Lianhe bao : elles augmentent de 14,6 millions de NT$ seulement entre 1992 et 1993, alors que dans le même temps celles du Zhongguo shibao s'accroissent de 59,5 millions et celles du Ziyou shibao de 48,5 millions. Au total, le boycott semble avoir causé un manque à gagner considérable pour le groupe Lianhebao.

51Le boycott du Lianhe bao n'est qu'un épisode d'une guerre de pouvoir plus large. En 1990, Li Denghui, soucieux de se concilier la faction continentale conservatrice du Guomindang, avait nommé à la tête du gouvernement l'ancien chef d'état-major des armées et ministre de la Défense, Hao Bocun, un proche des dirigeants du groupe Lianhebao. Cette nomination avait suscité bien des mécontentements ; et les débats au sein du Guomidang sur la politique à adopter vis-à-vis de la Chine continentale attisaient les passions. Le Lianhe bao paraît avoir, d'un certain côté, servi de bouc émissaire. D'un autre côté, les attaques contre le journal prouvent aussi qu'il est considéré comme un acteur important sur l'échiquier politique taiwanais. Le 27 février 1993, Li Denghui se débarrasse de Hao Bocun qu'il remplace par Lian Zhan, Taiwanais banshan57. Par la suite, la faction continentale conservatrice est de plus en plus mise à l'écart au sein du Guomindang et les Taiwanais de souche prennent le pouvoir : le 10 août 1993, une scission a lieu au sein du parti Nationaliste, avec la création du Xindang qui regroupe essentiellement de jeunes politiciens continentaux ; en décembre 1995, Hao Bocun est exclu du Guomindang et, en novembre 1999, Song Chuyu. Li Denghui lui préférera Lian Zhan comme candidat à l'élection présidentielle de 2000, ce qui a incontestablement contribué à la victoire du candidat du Parti démocratique progressiste, Chen Shuibian. Par ailleurs, l'attitude de Li Denghui dans le débat indépendance-réunification a toujours été ambivalente. On pouvait estimer dès 1995 que deux positions sur la question des relations entre Taiwan et la Chine continentale, possédaient « de nombreux éléments de convergence », celles du courant majoritaire du Guomindang (la faction de Li Denghui) et celle du Parti démocrate progressiste58. Toutes choses qui, évidemment, ne pouvaient que profondément déplaire au Lianhe bao.

52Pour les dirigeants du groupe Lianhebao, le boycott a été lancé à l’instigation de Li Denghui59. A l'issue du boycott, suivi du renvoi de Hao Bocun, le Lianhe bao devient un journal d'opposition, anti-Li Denghui. Le quotidien taxe le Président de « pratiques antidémocratiques », l’accuse d'être « dictatorial », de ne pas respecter la liberté de la presse60. Sa position éditoriale se radicalise, au risque de ne refléter plus que l'opinion d'une minorité à Taiwan et de se marginaliser en s'aliénant la frange la moins conservatrice de son lectorat. En effet, Li Denghui bénéficie alors d'un large soutien populaire et d'une légitimité incontestable : en mars 1996, il est réélu à la présidence de la République pour quatre ans, au suffrage universel direct. Jusqu'en 2000, les éditoriaux du Lianhe bao font montre d'une opposition hargneuse jusqu'à l'hystérie, à l'égard de Li Denghui. Sous Chiang Kai-shek, un journal aussi virulent à l'égard du pouvoir n'aurait pas survécu. La liberté de la presse règne donc désormais indéniablement à Taiwan ; les journaux participent pleinement à un débat politique parfois violent.

L’élection présidentielle de mars 2000

53En mars 2000, la victoire de Chen Shuibian, candidat du Parti démocrate progressiste (PDP) à l'élection présidentielle, met fin à plus d'un demi-siècle de pouvoir nationaliste à Taiwan. Ses deux principaux concurrents étaient Lian Zhan, candidat officiel du Guomindang, et Song Chuyu, exclu du parti Nationaliste, qui se présentait en indépendant61. Chen Shuibian obtient 39,3 % des suffrages, soit à peine 300 000 voix de plus que Song Chuyu qui recueille 36,8 % des suffrages, mais vient loin devant Lian Zhan avec 23,1 % des voix62. En mars 2004, Chen Shuibian qui brigue avec sa colistière Annette Lü un second mandat, aura à nouveau pour principaux concurrents Lian Zhan, candidat à la présidence, allié cette fois à Song Chuyu qui se présente à la vice-présidence.

54Durant l'élection présidentielle de 2000, le Ziyou shibao, le Zhongguo shibao et le Lianhe bao accordent une place comparable à l'événement. Le Zhongyang ribao, quotidien du Guomindang, accorde en revanche proportionnellement un espace beaucoup plus importante à l'élection, en raison de sa faible pagination63. Les quatre journaux généralistes taiwanais consacrent leurs premières pages à l'élection présidentielle, les pages 2 et 3 étant traditionnellement celles où figurent les nouvelles importantes. Nous avons étudié les trois premières pages de ces quatres quotidiens du 13 au 23 mars, soit avant et après que les résultats de l'élection ne soient connus, le 19 mars. Ont été pris en considération tous les articles concernant l'élection en page Une, mais uniquement les gros titres et les éditoriaux des deux pages suivantes. Nous avons estimé chaque fois s'ils étaient partisans ou non, si oui en faveur de qui, et avons mesuré leur surface. En faisant la somme des occurences positives ou négatives de chaque candidat, nous avons déterminé lequel des trois candidats chaque journal favorisait. Les surfaces correspondant aux occurences nous ont permis d'affiner le résultat64, en postulant qu'une occurrence équivalant à une petite surface a moins d'impact qu'une autre égale à une grande surface ; par ailleurs, une surface importante consacrée à un candidat, même si elle le juge négativement, lui confère de la notoriété, voire de la reconnaissance, en vertu du principe cher aux professionnels de la publicité d'après lequel mieux vaut être critiqué qu'ignoré, l'essentiel étant d'« exister médiatiquement ». Enfin la proportion de surface neutre sur le total de la surface étudiée nous a permis d'évaluer si un journal était plutôt « engagé » ou non.

3. La couverture de l'élection présidentielle du lundi 13 mars au jeudi 23 mars 2000

3. La couverture de l'élection présidentielle du lundi 13 mars au jeudi 23 mars 2000

Source : données compilées par l'auteur.

55Le Ziyou shibao est résolument pour Lian Zhan, le candidat du Guomindang. Que le champion du nationalisme taiwanais ait choisi de soutenir Lian Zhan plutôt que Chen Shuibian paraît directement lié à l'amitié entre son patron, Lin Rongsan, et Li Denghui. Lian Zhan affiche un score de +26, avec pour ainsi dire aucune critique à son encontre. Parallèlement, le quotidien est très anti-Song Chuyu : ce dernier, lorsqu'il est évoqué, l'est exclusivement de manière négative (-11) ; ce qui n'est guère étonnant, car la mésentente entre Lin Rongsan et Song Chuyu est connue65. L'attitude du Ziyou shibao à l'égard de Chen Shuibian apparaît plus mitigée : à dominante nettement négative avant son élection (+7 contre -19, entre le 13 et le 18 mars), elle devient positive après (+7, du 19 au 23 mars). Par ailleurs, beaucoup d'espace est consacré à Chen Shuibian (9 178 cm2), comparé à Song Chuyu (2 037 cm2) et même à Lian Zhan (6 232 cm2). Le journal de Lin Rongsan est plutôt partisan (seuls 39 % de sa surface sont neutres) et fait preuve d'un certain opportunisme en soutenant d'abord le candidat présenté par le pouvoir en place, puis en se rangeant du côté du vainqueur.

56Le Zhongguo shibao est peu partisan : près des deux tiers (64 %) de la surface consacrée à l'élection étudiée sont neutres. De manière surprenante, compte tenu du passé du journal dont le propriétaire, Yu Jizhong, est un Continental, ancien militaire de carrière qui a été membre du comité central du Guomindang, le Zhongguo shibao est loin d'être hostile à Chen Shuibian. Toutefois, à l'instar du Ziyou shibao, un certain opportunisme paraît avoir joué : en effet, avant que les résultats de l'élection ne soient connus, Chen Shuibian recueille 6 occurences positives contre 7 négatives et entre le 19 et le 23 mars, 8 occurrences positives ; soit un score global de +7, contre +3 pour Lian Zhan et -2 pour Song Chuyu. Le Zhongguo shibao accorde aussi énormément d'importance à Chen Shuibian : 6 791 cm3, contre 2399 cm2 pour Lian Zhan et 342 cm2 pour Song. Autre surprise, liée à la première : le Zhongguo shibao ne parle quasiment pas de Song Chuyu et quand il le fait, c'est négativement.

57Le Lianhe bao soutient Song Chuyu qui affiche un score de +10, contre -8 pour chacun de ses deux adversaires, Lian Zhan et Chen Shuibian. Une fois les résultats du scrutin connus, le journal continue à soutenir Song Chuyu, mais se montre moins critique envers Chen Shuibian. Plus de la moitié de la surface consacrée aux élections considérée (57 %) est neutre, sans jugement de valeur sur l'un des candidats. Sur les 11 274 cm2 de surface partisane (43 %), un espace important est accordé à Chen : 4 961 cm2 à dominante négative, contre 2 598 cm2 à dominante négative pour Lian et 3 715 cm2 à dominante positive pour Song.

58Le Zhongyang ribao, organe du Guomindang, milite sans surprise, en faveur de Lian Zhan, le candidat officiel du parti Nationaliste. Le quotidien du parti ne fait pas dans la nuance : Lian Zhan affiche un score de +35, contre -15 pour Song Chuyu et -17 pour Chen Shuibian, et seuls 27 % de la surface étudiée sont neutres. Le soutien à Lian Zhan est sans faille avec un score exclusivement positif, tandis que ceux de ses deux concurrents sont quasiment entièrement négatifs. 9 063 cm2 d'espace sont consacrés à Lian, contre 2 990 cm2 à Chen et 2 328 cm2 à Song.

59Durant l'élection présidentielle de mars 2000, le Zhongguo shibao est le journal le moins partisan, tandis que le Lianhe bao soutient Song Chuyu, le seul des trois candidats à être continental et le plus favorable à Pékin. Le Zhongyang ribao et le Ziyou shibao militent pour Lian Zhan. Que le Zhongyang ribao, quotidien du parti nationaliste, soit un journal militant n'est guère surprenant. Mais le Ziyou shibao, quotidien privé, est également très engagé : il est beaucoup moins neutre (39 %) que le Zhongguo shibao (64 %) ou même le Lianhe bao (57 %), contrairement à ce qu'aurait pu laisser supposer la haine de ce dernier pour Li Denghui. Après l'élection, le Lianhe bao continue soutenir Song Chuyu qui, le 31 mars 2000, crée le Parti pour le peuple (Qinmindang)66; et fait preuve d'un acharnement redoublé contre Li Denghui, également à l'origine d'une nouvelle formation politique, Taiwan tuanjie lianmeng (Taiwan Solidarity Union), créée le 12 août 2001.

60A l'approche de l'élection présidentielle de mars 2004, le Ziyou shibao soutient le Président sortant Chen Shuibian (camp vert), alors que le Zhongguo shibao et le Lianhe bao sont pour ses adversaires (camp bleu). Le quatrième quotidien taiwanais par ordre d'importance de tirage est un nouveau venu : le Pingguo ribao (Apple Daily), lancé le 2 mai 2003 par l'homme d'affaires hong-kongais, Jimmy Lai. Ce dernier a pris pied à Taiwan fin mai 2000, avec l'hebdomadaire Yi zhoukan (Next), un magazine à scandale qui défraie régulièrement la chronique depuis sa création67. Le Pingguo ribao, pour s'imposer sur le marché, était vendu au départ 5 NT$ ; aussi le Zhongguo shibao et le Lianhe bao ont-ils baissé leur prix de 15 à 10 NT$ le 1er mai 2003, le Ziyou shibao restant à 10 NT$. Le 1er juin 2003, le prix du Pingguo ribao s'alignait sur celui de ses trois concurrents. Vendu essentiellement au numéro, le Pingguo ribao, a une pagination importante et est émaillé de photos en couleurs : il compte quelque 80 pages contre une cinquantaine pour ses trois adversaires. Il publie trois éditions : une pour Taipei, une autre pour Taizhong et la troisième pour Gaoxiong. Les premières pages des éditions du centre et du sud de l'île privilégient les faits divers.

61Fin 2003, le Pingguo ribao qui séduirait davantage dans la partie sud de Taiwan, revendique quelque 400 000 exemplaires par jour. Son taux de lecture est estimé à moins de 10 % (autour de 9,8 %), contre 13,7 % pour le Lianhe bao, 15,2 % pour le Zhongguo shibao et 19,1 % pour le Ziyou shibao. Par ailleurs, ses recettes publicitaires apparaissent très inférieures à celles de ses adversaires. Le Pinguo ribao est un journal à scandales ; même si l'on murmure que Jimmy Lai pencherait plutôt pour Lian Zhan, son quotidien paraît devoir jouer un rôle bien moindre que ses trois concurrents dans le débat politique.

62La presse quotidienne taiwanaise est confrontée aux mêmes problèmes que celle de la plupart des pays développés : une concentration du marché et un recours au sensationnel. Mais à Taiwan, ces problèmes apparaissent exacerbés, en raison du passé de l'île. Avant 1988, le contrôle gouvernemental interdisait la création de tout nouveau journal ; les quotidiens autorisés bénéficiaient donc d'une position privilégiée. Cette situation a donné naissance à deux grands groupes de presse, celui du Lianhebao et celui du Zhongguo shibao. Même si de nouveaux concurrents sont apparus depuis 1988 — notamment le Ziyou shibao et plus récemment le Pingguo ribao —, ces deux groupes ont conservé une position importante. La situation oligopolistique d'avant 1988 a favorisé la concentration après 1988.

63Depuis la libéralisation, les médias taiwanais se distinguent par une absence quasi totale de déontologie professionnelle. La dérive vers le sensationnel est d'autant plus marquée qu'il n'existe pas de réels garde-fou juridiques, notamment pour ce qui touche au respect de la vie privée. Ce vide juridique s'explique en partie par l'héritage de la période autoritaire. Pendant presque quarante ans, la presse taiwanaise a été muselée grâce à un arsenal pléthorique de textes. Les Taiwanais se montrent donc particulièrement méfiants à l'égard de toute législation, susceptible selon eux d'entraver la liberté de la presse.

64La transition politique taiwanaise suggère l'existence d'une corrélation positive entre une presse libre et variée et la démocratisation. Mais ce sont des revues dissidentes qui ont joué un rôle primordial dans l'expression et dans l'organisation de l'opposition politique, non pas les quotidiens autorisés par le pouvoir. La démocratisation du régime devait mener à la libéralisation du secteur des médias qui, par leur participation au débat politique, ont ensuite contribué à la consolidation de la démocratie.

65Dès le début, le régime nationaliste avait toléré l'existence de journaux privés aux côtés des quotidiens gouvernementaux, en veillant toutefois à ce qu'ils soient contrôlés par des personnes loyales au Guomindang. Ces journaux, soumis aux lois du marché, se sont démarqués des organes de propagande subventionnés, entre autres pour répondre aux impératifs de rentabilité. De fait, en une dizaine d'années, la presse privée a pris le dessus sur la presse gouvernementale. Cependant elle n'en soutenait pas moins le pouvoir : par peur de représailles, mais aussi parce que ses dirigeants partageaient les valeurs et les idéaux de la République de Chine au sein de laquelle ils avaient un statut de notables. L'exemple taiwanais des années 1960 devrait modérer l'optimisme que peut susciter l'actuelle transformation des médias en Chine populaire : la commercialisation du secteur n'entraînera pas forcément la liberté de la presse.

Haut de page

Notes

1 Baojin signifie, littéralement, « interdits concernant les journaux ».
2 Il s’agissait de la directive n°3148 qui stipulait, dans son septième point : « Dans la province de Taiwan, les journaux et les magazines ont déjà atteint un point de saturation. Pour économiser le papier, il faut désormais limiter très strictement les nouveaux enregistrements de journaux, de magazines et d'agences de presse ». Xinwen yewu shouce (Manuel à l'usage des professions de l'information), Taizhong, Taiwan sheng zhengfu xinwenchu, 1983, p.17.
3 Le texte de 1952 reprenait, après plus de quatre années de révision, les grandes lignes des Lois sur les publications du Guomindang de 1930 et de 1937, antérieures à la Constitution de 1947, elles-mêmes inspirées de la Loi sur les publications de 1914, de Yuan Shikai, et de celle de 1906, des Qing.
4 La loi sur les publications fut à nouveau amendée le 10 août 1973.
5 Pour réprimer les journaux, le régime nationaliste disposait également de nombreux autres textes, ne concernant pas spécifiquement la presse, comme la loi de mobilisation nationale générale ou la loi sur la sédition.
6 Pour les journaux de demi-format ou tabloïds, une feuille et demie équivaut au double, soit 12 pages.
7 Entre 1951 et 1960, sept journaux reçoivent l'autorisation de paraître. Mais il s'agit de publications au lectorat limité, dont certaines existaient déjà avant d'être enregistrées.
8 A l’issue de la colonisation japonaise (1895-1945) ne subsiste à Taiwan qu’un seul journal résultant de la fusion de 6 quotidiens, le Taiwan xinbao (ou Taiwan Shinpo). Il est repris par les autorités provinciales et reparaît sous le titre Taiwan xinsheng bao le jour de la Libération, le 25 octobre 1945. Après le repli nationaliste à Taiwan, une bonne partie de l’équipe du Shenbao de Shanghai, dont le Guomindang avait pris le contrôle en 1946, intègre le Taiwan xinsheng bao.
9 Le Zhongyang ribao, rapatrié de Chine continentale, commence à paraître à Taipei le 12 mars 1949. Officiellement, ce quotidien a été créé le 1er janvier 1928 à Shanghai. Mais en réalité, il était apparu sous le gouvernement Guomindang de Wuhan. 158 numéros avaient été publiés à Hankou entre mars et septembre 1927. WANG Hongjun, « Kangzhan qianhou shiqi baoye zhi yanlun jingshen » (L’opinion dans la presse à l'époque de la guerre de résistance contre le Japon), in WANG Hongjun éd., Xinwen lilun de Zhongguo lishi guan (Perspective historique du journalisme chinois), Taipei, Yuanliu, 1998, pp.397-460.
10 De 1945 au début des années 1950, entre 910 000 et 2 millions de personnes quittent la Chine continentale pour Taiwan. Elles constituent la communauté continentale de l'île, minoritaire au sein de la population taiwanaise estimée à quelque 6 millions de personnes en 1946 et à 7,87 millions en 1951. Ces réfugiés et leurs descendants accaparent le pouvoir dans l'île au détriment des Insulaires ou Taiwanais de souche (Bendiren). Voir notamment « Les dynamiques identitaires à Taiwan », Perspectives chinoises n°57, janvier-février 2000, pp.44-91.
11 La publicité institutionnelle représentait à l'époque l'essentiel de la publicité et ne passait que dans le Zhongyang ribao et le Taiwan xinsheng bao. En 1954, puis en 1958, l'Association des journaux privés essaiera d'élargir ses revendications au domaine politique.
12 Le groupe Lianhebao comprend, en 2003, cinq quotidiens à Taiwan : outre le Lianhe bao, un quotidien économique, le Jingji ribao (Economic Daily News) créé le 20 avril 1967 ; le Minsheng bao (Min Sheng Daily) lancé le 18 février 1978, spécialisé dans la vie quotidienne et les loisirs ; un quotidien du soir, le Lianhe wanbao (United Evening News) né le 22 février 1988; un journal spécialisé dans l’information people qui a pour cible les jeunes, le Xingbao (Star) lancé le 25 juillet 1999. Et trois quotidiens à l’étranger : le World Journal (Shijie ribao) aux Etats-Unis et au Canada, né en 1976; l’Europe Journal (Ouzhou ribao) en France, créé en 1982 ; The Universal Daily News (Shijie ribao) en Thaïlande, titre repris en 1986.
13 En 2003, ce groupe comprend, outre le Zhongguo shibao, son fleuron, créé le 2 octobre 1950, un quotidien économique, le Gongshang shibao (Commercial Times), né le 1er décembre 1978, et un quotidien du soir, le Zhongshi wanbao (China Times Express), lancé le 5 mars 1988. Le groupe Zhongguo shibao possède également des magazines.
14 « Zhongguo shibao » sishi nian (Les Quarante Ans du Temps de Chine), Taipei, Zhongguo shibao she, 1990, 409 p.
15 L’importance accordée par le régime nationaliste à l’éducation était aussi dictée par des raisons politiques. Il s’agissait d’imposer le mandarin (guoyu) à la population insulaire qui parlait majoritairement le minnanhua et le japonais à l'issue de cinquante années de colonisation nipponne.
16 Zhonghua Minguo guanggao nianjian 94-95 (Annuaire de la publicité en République de Chine 1994-1995), Taipei, Taibeishi guanggao daili shangye tongye gonghui, 1995, p.51. Zhonghua Minguo xinwen nianjian 80 (Annuaire des médias de la République de Chine 1991), Taipei, Zhongguo xinwen xuehui, 1991, p.202 et p.271.
17 En 1977, on peut choisir de faire paraître une petite annonce dans le Lianhe bao soit « nationalement » soit dans l’une de ses six éditions locales. En 2000, le Lianhe bao compte 23 éditions.
18 La productivité horaire de la composition manuelle était d'environ 1 500 signes pour une langue alphabétique contre quelque 1 200 pour le chinois. La productivité de la linotype pouvait atteindre jusqu'à 12 000 signes.  
19 Pour le Lianhe bao, au début de l'automatisation dans les années 1960, la productivité horaire atteignait 4 800 signes. Au début des années 1980, avec l'informatisation, elle monte à 7 500 signes.
20 Chen Guoxiang, Zhu Ping, Taiwan baoye yanjin 40 nian (Quarante années d’évolution de la presse taiwanaise), Taipei, Zili wanbao, 1987.
21 Chen, Zhu, Taiwan baoye yanjin 40 nian, p.182. Ce chiffre est certainement surévalué. Dans Chen, Zhu, p.200, le tirage global qui continue à se développer par la suite n'est estimé qu'à 3,5 millions en 1983.
22 Wu Sanlian est un personnage-clé du Tainan bang. Voir Gilles Guiheux, Les Grands Entrepreneurs privés à Taiwan. La main visible de la prospérité, Paris, CNRS éditions, 2002. Voir également « Zili wanbao » 40 nian (Les Quarante Ans de l'Indépendant du soir), Taipei, Zili wanbao, 1989.
23 Après une réorganisation en 1981, le tirage du Zili wanbao fait plus que quadrupler entre 1982 et 1987 jusqu’à atteindre les trois quarts d'un marché estimé à quelque 300 000 exemplaires.
24 En 1985, le Minzhong ribao est suspendu sept jours par les autorités pour « propagande communiste ». A la veille du 1er janvier 1988, son tirage est d'environ 110 000 exemplaires.
25 La diffusion globale des magazines d'opposition est estimée à 150 000 exemplaires par mois en 1978, chiffre qui reste à peu près constant les dix années suivantes.
26 Ferhat-Dana Samia, Le Dangwai et la démocratie à Taiwan, Paris, L’Harmattan, 1998. Geoffroy Claude, Le Mouvement indépendantiste taiwanais, Paris, L’Harmattan, 1997.
27 Chen, Zhu, Taiwan baoye yanjin 40 nian, p.200.
28 Le tirage du Jingji ribao est d'environ 200 000 exemplaires, celui du Gongshang shibao de 100 000 exemplaires et celui du Minsheng bao de 400 000 exemplaires. « Taiwan baoye chuanqi » (Les Légendes de la presse taiwanaise), Caixun, avril 1987, n°61, pp.150-269.
29 Entre 1991 et 2001, la part des ventes par abonnement dans les ventes totales tombe de 62 % à 34,4 %.
30 Zhonghua minguo guanggao nianjian 2001-2002 (Advertising Yearbook of Taiwan, The Republic of China, 2001-2002), Taipei, Taibeishi guanggao daili shangtongye gonghui, 2003, pp.222-240.
31 En 1997, les quotidiens des deux groupes recueillaient 79 % du marché publicitaire : 48 % pour ceux du groupe Lianhebao dont la part a donc beaucoup baissé ces dernières années, et 31 % pour ceux du groupe Zhongguo shibao.
32 Le 26 mars 2000, le Zhongguo shibao ne compte pas moins de 80 pages.
33 Un autre journal du soir, le Jinbao (Power), apparu à Taipei le 26 juillet 1999, disparaît à la même époque. Restaient les deux quotidiens du soir publiés par les groupes Lianhebao et Zhongguo shibao. Fin 2003, le marché des journaux du soir est sinistré : beaucoup de lecteurs achetaient ces quotidiens pour les cours de Bourse ; mais désormais ces cours sont donnés en temps réel sur Internet et des chaînes de télévision câblée.  
34 Le journal qui s’appelait alors Ziqiang ribao (Le Quotidien du renforcement) prend pour titre Ziyou ribao le 1er janvier 1981. Les origines de ce quotidien remontent au Taidong xinbao (Le Nouveau Journal de Taidong), créé le 20 décembre 1948, qui s'est transformé successivement en Yuandong ribao (Le Quotidien de l'Extrême-Orient), Dongsheng ribao (La Voix de l'Est), Taisheng ribao (La Voix de Taiwan), Dahan ribao (Le Quotidien des Grands Han), avant de devenir le Ziqiang ribao.
35 Lin Ke, « Lin Rongsan, Wu Amin fenli jingying Ziyou ribao » (Lin Rongsan et Wu Amin font tout leur possible pour le Ziyou ribao), Caixun, avril 1987, n°61, pp.224-227.
36 Les loteries clandestines dajiale (le bonheur de tous) piratent la très officielle Loterie nationale chinoise créée en 1950. A chaque tirage, sept billets de la Loterie nationale remportent 1 million de NT$. Les joueurs clandestins parient sur les deux derniers numéros de ces sept billets. Le phénomène prend une ampleur incroyable : les jours de tirage, l'économie de l'île est en partie paralysée, des entreprises font faillite victimes de la passion du jeu de leurs patrons, les escroqueries de toutes sortes pullulent, sans compter d'autres exactions comme les effractions de tombes pour obtenir les numéros gagnants de l'au-delà... Les autorités sont contraintes d'adopter une solution radicale : fin janvier 1988, les tirages de la Loterie nationale sont suspendus.
37 La réforme éditoriale est menée sous l'égide de Yan Wenshan, un Taiwanais originaire de Gaoxiong, qui avait notamment été rédacteur en chef du Zili wanbao.
38 Un autre quotidien né le 10 janvier 1990 semble perdurer ; le Dacheng bao (The Great Daily News), positionné sur le même créneau que le Minsheng bao du groupe Lianhebao. Le 18 avril 1997, il s’est divisé en deux journaux distincts, l’un consacré au sport, l’autre aux spectacles. Depuis, les deux se sont réunifiés. Ce quotidien appartient à Lin Xie Hanjian, une belle-sœur de Lin Rongsan, le patron du Ziyou shibao. Tous deux font partie du « Sanchong bang », Sanchong étant une ville du district de Taipei, au nord-ouest de la capitale.
39 Avant 1988, en raison du contingentement du papier et de la pagination limitée imposés par le régime nationaliste, les tirages étaient évalués sur la base de la consommation de papier de chaque journal.
40 Il s’agit de ACNielsen.
41 Xi Xiande éd., Taiwan xinwen shiye wenti jiexi (Analyse des problèmes de la presse taiwanaise), Taipei, Wenzhan, 1992, p.124.
42 Diao Manpeng, You Changshan, « Di yi dabao, jinzi dazao ?  » (Le quotidien numéro un fabrique-t-il de l'or ?), Tianxia, 1er juillet 1997, n°194, pp.60-78.
43 La distribution de gratuits a toujours existé, explique Tianxia, mais elle représentait généralement de 1 % à 5 % du tirage, alors que le Ziyou shibao monterait par moments à plus de 30 %. L'explosion des gratuits est également visible dans le Zhonghua minguo guanggao nianjian 1997-1998, p.167 : leur nombre fait plus que tripler entre 1991 et 1997, passant de 1,1 % à 3,6 %. Mais l'annuaire ne précise pas quel journal ou quels journaux sont à l'origine de l'augmentation.
44 Entre le 13 et le 26 mars 2000, le Zhongguo shibao a publié 427,75 pages de publicité, le Lianhe bao 309,25 et le Ziyou shibao 253,5. Données compilées par l'auteur.
45 Comme l'opération « 3-3-3 » du Lianhe bao : pour 33 300 NT$, le journal associé pour l'occasion à un groupe automobile, propose un abonnement de 33 mois avec en cadeau... une voiture. Dans le cadre de cette campagne, sont offerts quelque 50 000 véhicules, dont un tiers à de nouveaux lecteurs et deux tiers à d'anciens abonnés que l'on tente ainsi de fidéliser. Le Zhongguo shibao suit : allié à une autre firme automobile, il propose, pour 36 000 NT$, un abonnement de trois ans et une voiture.
46 Jimmy Lai, originaire de Chine populaire, a fait fortune dans le textile avec la marque de vêtements Giordano. Après les événements de Tian'anmen il entre dans la presse en créant en 1989 à Hong Kong l'hebdomadaire Yizhoukan (Next). Le Pingguo ribao tout comme Next s'apparentent à la presse « de caniveau » anglaise (gutter press) dont le principal représentant est le tabloïd Sun. Mais le succès des journaux de Jimmy Lai dans l'ancienne colonie britannique s'explique aussi par leur irrévérence à l'égard de Pékin.
47 Le Conseil des médias de la République de Chine (Zhonghua minguo xinwen pingyi weiyuanhui) est un organe d'autorégulation de la profession né en 1963, mais dépourvu de tout pouvoir réel.
48 Shuang George Kuo-ning, Political Communication and Political Culture : Government and Press Relations in Taiwan, thèse de doctorat en philosophie, Université du Maryland, 1993, p.167.
49 Shao Yuming, « Tan zhengfu fayanren de yunzuo » (Sur le fonctionnement du porte-parole du gouvernement), in « Fayanren yu gongong guanxi zhuanji » (Dossier sur les porte-parole et les relations publiques), Baoxue, février 1991, vol.VIII, n°4, pp.20-23.
50 Kuai Liang, « Zhengdang fayanren mianmianguan — Fang Guomindang wengonghui Zhu Jiying zhuren tan zhengdang fayanren » (Porte-parole de parti politique : Interview de Zhu Jiying, directeur du Département des affaires culturelles du Guomindang), Baoxue, février 1991, pp.24-28.
51 Voir Huang Nian éd., « Lianhe bao » sishi nian (Les Quarante Ans du Lianhe bao), Taipei, Lianjing, 1991, 255 p. ; Wang Limei, Baoren Wang Tiwu. Lianhebao de gushi (L'Homme de presse Wang Tiwu. Histoire du groupe Lianhebao), Taipei, Tianxia wenhua, 1994, 429 p. ; Wang Tiwu, Wo yu xinwen shiye (Le Journalisme et moi), Taipei, Lianjing, 1991, 231 p. ; ainsi que Lin Fumei, Taiwan zhengjing xiluo zhongde baoye fazhan. Yi Lianhe bao wei li, tantao meijie shuangyuan tezhi dui baoye zuzhi zuowei de yingxiang (Le développement de la presse dans le cadre politique et économique taiwanais. Recherches sur la double nature des médias et son impact sur l'organisation dans la presse, en s'appuyant sur l'exemple du Lianhe bao), thèse de doctorat, Institut de recherche en journalisme de l'Université nationale des sciences politiques, Taipei, 1998.
52 Le président d'un quotidien de Gaoxiong, le Zhongguo chenbao.
53 Un ouvrage sur le boycott publié par le groupe Lianhebao nous a été très utile : Rang lishi lai caipan (L'Histoire jugera), Taipei, Lianhebao she, 1994, 195 p. Les documents reproduits dans le livre ne paraissent pas sujets à caution. En revanche, un biais découle du choix même des éléments, puisque certains ont été sélectionnés plutôt que d'autres... Quant aux commentaires, ils ne prétendent pas à l'objectivité, mais s'efforcent d'expliquer les positions du Lianhe bao. Dans Rang lishi lai caipan, pp.15-16, est reproduit le compte-rendu officiel des débats au sein du Comité permanent, publié par le Guomidang.
54 On est en pleine période électorale, pour le renouvellement du Yuan législatif.
55 Le texte intégral adressé au Guomindang est reproduit dans Rang lishi lai caipan, pp.54-55.
56 Son propriétaire, Zhang Rongfa, est un proche de Li Denghui.
57 Les Taiwanais qui ont noué des liens avec le régime nationaliste, notamment lors de séjours de Chine continentale avant 1949, sont surnommés banshan, c'est-à-dire « semi-Continentaux », par référence aux Continentaux appelés par les habitants de l'île ashan, littéralement : « gens d'au-delà les montagnes ».
58 Cabestan Jean-Pierre, Taiwan-Chine populaire : l’impossible réunification, Paris, Ifri-Dunod, 1995, p.84.
59 Pour le groupe Lianhebao, l'implication de Li Denghui dans le boycott est directe : son neveu, Lai Guozhou, professeur d'université, aurait servi de relais. Entretiens avec des dirigeants du groupe en avril et mai 2000.
60 Le Lianhe bao se plaindra notamment d'ostracisme de la part de la présidence : Li Denghui favoriserait le Ziyou shibao de son ami Lin Rongsan, en lui fournissant la primeur de toutes sortes d'informations, mais « oublierait » d'inviter le Lianhe bao aux conférences de presse. Le Ziyou shibao aurait souvent été même mieux informé que le Zhongyang ribao du Guomindang.
61 En 1989, Song Chuyu avait été nommé secrétaire général du parti Nationaliste par Li Denghui. Mais les relations entre les deux hommes s'étaient rapidement détériorées. En 1994, Song Chuyu est élu gouverneur de Taiwan pour quatre ans et en août 1997, lors de l'élection du comité central du XVe congrès du Guomindang, c'est lui qui recueille le plus grand nombre de voix ; il devient ainsi le possible successeur de Li Denghui et le rival direct de son poulain, Lian Zhan.  
62 Pour comparaison, le score de Li Denghui en 1996 (54 %) excédait ceux de tous les autres candidats réunis.
63 Entre le 13 et le 23 mars 2000, le Lianhe bao dont la pagination moyenne est de 52,72 pages, consacre en moyenne 8,9 pages par jour (16,9 % de la surface) à l'élection. Le Zhongguo shibao d'une pagination moyenne de 57,09 pages y consacre 8,3 pages (14,5 %). Le Ziyou shibao, d'une pagination moyenne de 52,18 pages, y consacre 9,2 pages (17,6 %). Le Zhongyang ribao, d'une pagination moyenne de 27,63 pages, y consacre 7 pages (25,3 % de la surface).
64 Quand un article faisait référence à 2 ou 3 candidats, nous avons simplement divisé la surface par 2 ou 3, sans pondération.
65 La brouille entre les deux hommes remonterait à 1992 : alors que Song Chuyu était secrétaire général du Guomindang, il n'avait pas soutenu la candidature de Lin Rongsan à la vice-présidence du Yuan de contrôle. De cette époque daterait également une solide rancune de Lin Rongsan à l'égard du Lianhe bao et du Zhongguo shibao, qui l'avaient traité d'« affairiste ».
66 En anglais : People First Party.
67 Le Next et l'Apple Daily que Jimmy Lai possède à Hong Kong sont totalement indépendants des titres taiwanais.
Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Répartition de la publicité entre la presse quotidienne et la télévision
Légende Sources : Chuban nianjian. Zhonghua minguo jiushiyi nian (Annuaire des publications. République de Chine 2002), Taipei, Yuan exécutif, Office d'information gouvernemental, 2003. Zhonghua Minguo guanggao nianjian 94-95 (Annuaire de la publicité en République de Chine 1994-1995), pp.24-26, pour la période 1988-1994. Zhonghua Minguo guanggao nianjian 1997-1998, p.164 et p.169 pour 1995 et 1996. Zhonghua minguo guanggao nianjian 2001-2002, p.226, pour la période 1997-2001.
URL http://perspectiveschinoises.revues.org/docannexe/image/209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre 2. Taux de lecture des trois principaux quotidiens taiwanais (en %)
Légende Source : Zhonghua minguo guanggao nianjian 2001-2002 (Advertising Yearbook of Taiwan, The Republic of China, 2001-2002), Taipei, Taibeishi guanggao daili shangtongye gonghui, 2003, p.233, et ACNielsenMediaIndex.
URL http://perspectiveschinoises.revues.org/docannexe/image/209/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre 3. La couverture de l'élection présidentielle du lundi 13 mars au jeudi 23 mars 2000
Légende Source : données compilées par l'auteur.
URL http://perspectiveschinoises.revues.org/docannexe/image/209/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia R.S. Batto, « Les conséquences de la démocratisation sur la presse quotidienne taiwanaise », Perspectives chinoises [En ligne], 80 | novembre-decembre 2003, mis en ligne le 03 août 2006, consulté le 25 juin 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/209

Haut de page

Auteur

Patricia R.S. Batto

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org