Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Susan Brownell et Jeffrey N. Wasserstrom éds., Chinese Feminities and Chinese Masculinities

Berkeley, University of California Press, 2002, 460 p.
Khun Eng Kuah-Pearce

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Séverine Bardon

Texte intégral

1Cette série d’essais extrêmement intéressants et détaillés, est consacrée à la définition des féminités et des masculinités en Chine, depuis les Qing jusqu’à aujourd’hui. Les définitions du sexe sont envisagées selon différentes perspectives, allant d’un point de vue légal à une approche littéraire ou à des études de cas ethnographiques. L’ouvrage est divisé en huit parties, comprenant chacune deux chapitres sur un même thème, l’un consacré aux femmes, l’autre aux hommes.

2La première partie s’intéresse à la définition du sexe dans la législation des Qing, et à la façon dont le droit régulait les comportements des hommes et des femmes du XIIe au XIXe siècle. Les notions de chasteté, sexualité et vertu féminines avaient été définies par les tribunaux Ming, et les femmes qui échouaient à préserver leur chasteté et leur vertu, ou qui étaient perçues comme affirmant leur sexualité, étaient pénalisées par le système légal. Selon la même logique, la masculinité des hommes était aussi limitée sous les Qing : les déviants et les marginaux, tels que les vagabonds, les bandits, les moines bouddhistes et les prêtres taoïstes y étaient considérés comme des mâles dangereux, car incapables de réguler leur sexualité.

3La deuxième partie explore la définition des femmes et des hommes dans le mariage et le système familial, du milieu des Qing au début de l’ère républicaine. Ce chapitre offre un aperçu de l’éducation donnée aux filles pour en faire des épouses conformes au confucianisme. Par contraste, les jeunes Chinois des années 1920 considèrent la famille comme un obstacle à l’autoréalisation individuelle et à l’accomplissement personnel. Les jeunes hommes considèrent que la structure familiale traditionnelle fondée sur le patriarcat est étouffante, et militent pour l’abolition des mariages arrangés traditionnels et pour la famille nucléaire.

4La troisième partie examine le rôle des femmes et des hommes dans la littérature chinoise. Elle explore l’influence des femmes écrivains dans l’expression d’un soi féminin, et la façon dont elles-mêmes se positionnent dans la tradition littéraire. A un certain degré, les femmes tentent de négocier leurs rôles d’écrivains et d’individus intégrés dans la structure patriarcale traditionnelle, tout en essayant de s’en émanciper. Dans le deuxième chapitre de cette partie, Larson envisage la domination continue des hommes écrivains sur le monde littéraire chinois, où ils sont considérés comme des « experts ».

5La quatrième partie étudie les marginaux, femmes et hommes, dans la société chinoise. Hershatter s’intéresse aux prostituées de Shanghai au début du XXe siècle, et Ownby au banditisme masculin. Les deux groupes étaient des parias non insérés dans la structure sociale. Le statut des prostituées s’est dégradé au fil des décennies, transformant les courtisanes urbaines en prostituées des rues. Ownby, lui, montre que les bandits sont décrits différemment selon les diverses œuvres littéraires — les visions négatives les représentaient comme des rebelles pervers, alors que des images positives en faisaient des héros romantiques. Ils étaient souvent considérés comme des célibataires frustrés, dans la mesure où leur vie de vagabondage les empêchait de se marier.

6La cinquième partie aborde la question plus contemporaine de la redéfinition des sexes durant la période communiste. Pendant la Révolution culturelle, les femmes ont fait entendre leur voix, sont devenues extrêmement visibles et violentes. Cette modification des caractéristiques féminines était accompagnée d’un changement vestimentaire : les femmes s’habillaient en pantalons et vestes Mao afin de masquer leur féminité et de présenter une image plus masculine. L’article sur les travailleurs rebelles de Shanghai est le pendant de ce texte. Les jeunes travailleurs, en quête d’identité, étaient activement impliqués dans les mouvements syndicaux. Mais il existait également des rebelles qui exprimaient leur identité par des actes de machisme relevant du gangstérisme.

7La sixième partie explore le corps sexué, et analyse les corps masculin et féminin dans une perspective d’anthropologie médicale. Ici, l’approche chinoise des menstrues, du sang et de l’énergie, le qi, sont analysés en relation avec la reproduction, la fertilité et le pouvoir associés aux femmes. Furth analyse tout particulièrement les utilisations médicales du sang des femmes en Chine, et identifie différents types de sang servant divers objectifs. Ainsi, le sang simple, le sang menstruel et celui du placenta avaient différentes fonctions. Le qi est associé à la masculinité. Le qigong est souvent considéré comme doté de pouvoirs curatifs, et ceux qui possèdent les techniques du qigong sont vus comme très masculins. La popularité du qigong en tant qu’art martial, a entraîné une multiplication du nombre de maîtres de qigong, tous perçus comme très masculins.

8La septième partie s’intéresse aux sexes et à l’identité sexuelle dans la Chine contemporaine depuis les années 1980. Evans retrace le changement du rôle des femmes en tant qu’épouses depuis le début du communisme jusqu’à nos jours, alors que Jankowiak analyse les relations entre hommes et femmes au sein de la famille et du lien parents-enfant, et démontre que dans la Chine urbaine contemporaine, l’environnement contribue à une relation plus forte entre le père et l’enfant.

9La huitième partie examine le sexe et la sexualité dans les minorités ethniques de Chine. Schein explore la façon dont les femmes des minorités ont été construites pour être différentes de la majorité Han, et démontre qu’il existe un orientalisme interne que les élites et dirigeants ethniques ont facilité en créant des images exotiques pour la consommation han. Dans le chapitre suivant, Litzinger s’intéresse aux hommes yao, à leur vie sociale et à sa propre interaction avec eux. Il tente d’expliquer par la représentation dominante officielle, les différences entre les activités et le comportement de ces hommes yao.

10Cet ouvrage offre de riches informations sur les nombreux aspects des représentations féminines et masculines en Chine continentale. Il est cependant dommage qu’il ne contienne pas davantage de chapitres sur les changements dans la Chine contemporaine, particulièrement depuis les réformes et après les années 1990. Alors que la Chine s’est ouverte au monde, la modernisation et le développement rapides, couplés à la globalisation, ont abouti à de vastes changements dans tous les aspects de la vie, y compris dans la vision que les hommes et les femmes ont d’eux-mêmes, dans leurs réponses à leur identité, leur sexualité, à la famille et au mariage. Par exemple, des produits de consommation tels que les produits de beauté, ont certainement influencé récemment la redéfinition des idéaux féminin et masculin. De même, la littérature chinoise moderne dépeint des hommes et des femmes — et leurs représentations — d’un nouveau genre. Il aurait été souhaitable que l’ouvrage incorpore quelques chapitres sur les changements en cours. Ce pourrait être l’objet d’un nouveau projet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Khun Eng Kuah-Pearce, « Susan Brownell et Jeffrey N. Wasserstrom éds., Chinese Feminities and Chinese Masculinities », Perspectives chinoises [En ligne], 79 | septembre-octobre 2003, mis en ligne le 02 août 2006, consulté le 28 juin 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/193

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org