Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Michael Sullivan, Modern Chinese Artists. A Biographical Dictionary, Berkeley, University of California Press, 2006, 250 p.

Gérard Henry

Texte intégral

1Ce dictionnaire biographique des artistes chinois modernes et contemporains des XXe et XIXe siècles est un outil de travail très attendu des professionnels et des amateurs de l’art moderne chinois. À une époque où la Chine passionne le monde, où ses artistes contemporains sont présents dans toutes les biennales et grandes expositions de la planète, où les maisons de ventes aux enchères organisent des ventes spéciales à New York, Hong Kong et Londres, il est de plus en plus difficile d’identifier ces artistes qui chaque année sont de plus en plus nombreux à tenter leur chance sur le marché de l’art international. Le nombre réduit de patronymes chinois rend l’identification encore plus difficile, car l’amateur, le commissaire d’exposition, le critique ou le collectionneur d’art chinois n’étant généralement pas sinisant, il se perd vite dans tous ces Wong et Huang, Chan et Chen, dont la transcription alphabétique change selon qu’ils sont du sud ou du nord, pékinois ou cantonais. Ce dictionnaire est en fait la version mise à jour, corrigée, et largement enrichie d’un index biographique de 800 artistes chinois  que l’auteur Michael Sullivan avait publié en 1996 en annexe de son ouvrage Art and Artists of Twentieth-Century China. Cette nouvelle version comporte environ 1800 noms suivis d’une fiche biographique succincte, indiquant quand cela est possible l’année et le lieu de naissance, l’éducation, la spécialisation, les lieux de résidence successifs, les postes occupés, les voyages, les œuvres et les expositions significatives de ces artistes. Les noms sont classés alphabétiquement dans leur transcription occidentale (mandarin et cantonais pour les originaires du sud)  avec leur graphie chinoise.

2L’auteur Michael Sullivan est un des grands pionniers occidentaux de la critique et de l’histoire de l’art moderne chinois. Diplômé de Cambridge en architecture en 1939, il part en Chine durant la guerre avec la Croix rouge internationale où il rencontre sa femme Khoan, avec qui il va devenir l’ami de nombreux artistes chinois revenus de l’étranger ou qui s’y rendront plus tard, tels que Zhang Daqian, Lin Fengmian, ou Pang Xunqin… Ces artistes et les suivants leur confieront de nombreuses oeuvres qui constitueront une collection dont il publie le catalogue en 2001: Modern Chinese Art : The Khoan and Michael Sullivan Collection. C’est dans les années 1940 qu’il étudie en Chine l’art traditionnel chinois en profondeur. Il fait ensuite un doctorat d’histoire de l’art chinois à l’université de Harvard, enseigne à l’université de Malaisie dont il fonde avec Khoan le musée d’art, retourne dans les années 1960 à Londres et enseigne à la School of Oriental and African Studies, avant de présider à Stanford de 1966 à 1984 le département d’Art Oriental et de s’installer ensuite définitivement à Oxford dont il est fellow du collège Sainte Catherine. Son ouvrage Chinese Art in the Twentieth Century sera en 1959, la première étude critique sur le sujet.

3Si l’auteur est un expert en la matière, il faut cependant préciser tout de suite que cette dernière publication n’est point un traité d’art mais un simple index biographique de travail et qu’il ne servira en rien les personnes voulant se renseigner sur l’art moderne chinois, car il ne comporte que très peu d’indications sur la nature des œuvres de ces artistes, ou sur les mouvements ou écoles auxquels ils pourraient appartenir, mise à part parfois une description très succincte de leur travail. Michael Sullivan précise aussi dans sa préface que la période couvre les artistes actifs pendant le XXe siècle (même s’ils sont nés au XIXe) et le début du XXIe et que les calligraphes, trop nombreux, ont été exclus de l’ouvrage, hormis ceux qui pratiquent parallèlement la peinture. Cet ouvrage, s’il a été commencé par ses soins, est collectif, car de nombreux correspondants lui ont envoyé les informations sur les plus jeunes artistes, choisis en fonction de leurs apparitions dans les diverses expositions, biennales ou publications des dernières années. Ce qui crée selon les cercles auxquels appartiennent ces correspondants des oublis ou des déséquilibres, ce qui est particulièrement le cas des artistes hongkongais, avec des oublis et une absence d’artistes céramistes comme Fiona Wong, Chris Lo ou Annie Wan qui appartiennent entièrement à  l’art contemporain et sont peut-être parmi les meilleurs représentants de l’art hongkongais. On déplore aussi  l’absence de dessinateurs artistiques, humoristes ou politiques comme le hongkongais Zunzi, pourtant présent dans de nombreuses expositions d’art contemporain, alors que sont inclus des dessinateurs chinois du continent. Il est cependant évident que ce genre d’ouvrage est sujet à polémique : l’auteur signale d’ailleurs dans la préface son aspect subjectif et assume entièrement la responsabilité de ses choix.

4D’une façon générale, ce sont les notes sur les artistes du début du xxe siècle qui sont les mieux documentées et les plus intéressantes, sans doute sont-elles faites par Sullivan lui-même. La dénomination de la spécialité de l’artiste est significative de l’évolution de cet art moderne chinois. Parmi les plus anciens, les plus nombreux sont les peintres de guohua, terme qui désigne la peinture traditionnelle chinoise de paysage, or ces peintres disparaissent de l’index dans les jeunes générations, non qu’ils n’existent plus, mais ils ne sont plus sur la crête de la vague, ou pour les plus audacieux, se retrouvent sous les termes de calligraphie expérimentale ou nouvelle peinture à l’encre. La classification est d’ailleurs difficile sinon impossible aujourd’hui, alors que la plupart des artistes travaillent dans le « mixed-media », passant de la performance à l’installation, de la photo à la peinture. Les photographes restent d’ailleurs en dehors de cet index mis à part quelques exceptions d’artistes qui utilisent la photo de pair avec un autre média. D’une façon générale, les frontières entre les spécialités s’estompent.

5L’ouvrage comporte également plus de 70 portraits et photos et un index précis des grandes écoles et académies chinoises de l’art précisant leur évolution et changement de nom au cours de l’histoire. C’est donc un petit manuel fort utile et indispensable. En référence, on peut, pour les chercheurs, critiques et professionnels, ajouter à ce manuel l’extraordinaire bibliographie du chercheur australien John Clarke, intitulée Modern and Contemporary Asian Art. A Working Bibliography, que l’on peut consulter sur le site de l’université de Sydney dans la page dédiée à ce professeur et où l’on trouve à peu près toutes les références sur ce qui s’est écrit en langue anglaise sur ce sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Henry, « Michael Sullivan, Modern Chinese Artists. A Biographical Dictionary, Berkeley, University of California Press, 2006, 250 p. », Perspectives chinoises [En ligne], 2007/1 | 2007, mis en ligne le 31 mars 2008, consulté le 26 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/1763

Haut de page

Auteur

Gérard Henry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page