Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Bo Zhiyue, Chinese Provincial Leaders : Economic Performance and Political Mobility since 1949

M.E. Sharpe, Armonk, New York, 2002, 183 p. 
Stéphanie Balme

Texte intégral

1L’ouvrage de Bo Zhiyue, centré sur l’analyse de la mobilité des élites provinciales chinoises depuis 1949, s’inscrit dans le champ des elite studies, domaine qui s’est beaucoup développé dans les études sur la Chine contemporaine à partir de l’ouvrage fondateur de Roberto Scalapino1. Depuis ces travaux, la multiplication des sources disponibles en chinois ainsi que la rationalisation croissante des procédures de recrutement du personnel dirigeant, ont fait de cette question un objet de recherche qui n’est plus contesté comme autrefois la pékinologie. Une série de travaux ont renouvelé la sociologie des élites chinoises2. La dernière initiative, importante, en date est l’établissement du China leadership monitor3, qui rassemble des analyses à chaud sur les dirigeants et le système politique de la République populaire de Chine (RPC).

2Bo Zhiyue inscrit son travail dans la droite ligne de l’école classique élitiste de W. Pareto et G. Mosca et reconnaît l’influence des recherches de William Clark4 sur le cas russe. Les annexes, très bien documentées, permettent de comprendre l’évolution historique du système des provinces depuis 1949. Important par la masse de documentation analysée (la série des Dangdai Zhongguo – La Chine contemporaine – et des Shengqing – Données provinciales) et le nombre de cas étudiés (23 845 positions institutionnelles représentées par 2534 leaders de 22 provinces, 5 régions autonomes, les villes de Beijing, Shanghai et Tianjin), un autre atout du livre est qu’il présente des résultats sur des populations constituées de dirigeants, non des échantillons de population. L’enquête porte sur les titulaires des quatre principaux postes provinciaux à savoir ceux de gouverneur et de gouverneur adjoint ainsi que ceux de secrétaire et secrétaire adjoint du Parti communiste chinois (PCC), nommés entre 1949 et 1998.

3Toutefois, cherchant à se démarquer de la plupart des hypothèses établies sur les élites chinoises, sur la base d’un raisonnement statistique parfois déroutant et d’une focalisation très étroite – la mobilité politique indexée sur les performances économiques des dirigeants provinciaux –, la grande ambition de ce livre se heurte à de nombreuses limites.

4Ainsi, Bo Zhiyue rejette catégoriquement la grille de lecture du « modèle factionnel »5 élaboré par Andrew Nathan ainsi que la théorie de Lowell Dittmer sur « la politique informelle »6, articulée autour de l’usage des guanxi en politique, en expliquant, à juste titre par ailleurs, que les logiques relationnelles peuvent être des conditions nécessaires mais jamais suffisantes pour constituer une faction politique. En outre, selon Bo, depuis 1979, les campagnes politiques n’auraient pas été un facteur déterminant de mobilité parmi les dirigeants provinciaux. Cette remarque conduit l’auteur à nier l’existence de « tendances localistes », contrairement aux analyses de Li Cheng, David Bachman ou Zang Xiaowei par exemple, qui l’ont attestée à partir du moment où le PCC a levé le tabou des recrutements de cadres dirigeants dans leur province d’origine. Bo établit que si les dirigeants natifs de leur province  formaient dans les années 1950 plus de 50 % des effectifs, le chiffre n’a cessé de chuter jusqu’au début des années 1980 pour remonter dès 1989 à plus de 42% du nombre total des dirigeants provinciaux. Ce phénomène serait, selon l’auteur, la conséquence de la faible mobilité sociale des élites en Chine, ou plus précisément du fait que l’ascension est d’abord horizontale ou interne. Les analyses de Hongwu Ouyang sur le renouvellement des élites locales depuis le milieu des années 1980 confirment que la durée moyenne d’un mandat de gouverneur est passé de 39 mois entre 1949 et 1978, à 32,6 mois depuis 1986. Les remplacements des élites provinciales s’opèrent en moyenne tous les cinq ans, au rythme des congrès du Parti. Pour les maires, elles sont décidées par le centre en moyenne tous les 28 mois, selon les enquêtes de Pierre Landry. Cependant, note Bo Zhiyue, parmi les 13 gouverneurs adjoints transférés entre 1990 et 1998, plus de 60 % furent promus secrétaires adjoints du parti, montrant que la mobilité des cadres est intra-provinciale plus qu’elle ne se réalise du centre vers la province

5L’auteur souligne également que la centralisation politique est allée de pair avec la décentralisation économique des années 1980-1990. Enfin, contrairement au modèle technocratique avancé par Li Cheng, Bo Zhiyue considère que si le niveau d’instruction est un élément de plus en plus important du recrutement des cadres, ce n’est pas le cas de leur mobilité car la Chine des provinces « n’est pas gouvernée par des technocrates » mais par « des généralistes », « certes mieux instruits, plus jeunes, mais peu professionnalisés », écrit-il.  

6L’hypothèse forte de l’enquête de Bo Zhiyue est que la mobilité politique d’un cadre est déterminée par la contribution financière d’une localité au budget du centre. En se basant sur la représentation provinciale au comité central entre 1969 et 1997 ainsi qu’au bureau politique, l’auteur cherche à montrer que plus une province est riche, plus elle est politiquement puissante, et inversement. L’élément central est moins les résultats économiques d’une province que sa contribution au budget de l’Etat. Ce phénomène expliquerait pourquoi la représentation provinciale au centre est dominée d’abord par les municipalités les plus riches, puis par les provinces les plus prospères et les plus importantes en surface et en population.

7En réalité, si les modèles théoriques contestés par Bo Zhiyue parviennent mal à décrire la réalité actuelle des élites chinoises, cela ne veut pas dire qu’en leur temps, ces schémas étaient faux. Par ailleurs, une chose est de chercher à montrer que le localisme n’existe pas en Chine, et une autre d’expliquer les tensions politiques nées de la perception d’une montée irréductible au sein du pouvoir des attitudes localistes. Un problème important de l’enquête de Bo Zhiyue réside bien dans sa définition du « localisme » entendu comme « être issu du même endroit que le lieu de son investiture », à savoir « y être né ». Or, cette forme de localisme exprime-t-il un type de représentation politique ou de représentation « identitaire » sur le mode du guanxi territorial (tongxiang guanxi) ? Le but est-il de représenter des unités provinciales ou des personnalités ? Par exemple, lorsque Wu Guanzheng, dirigeant du Shandong, est nommé au bureau politique, ce dernier est-il désigné à cette fonction en raison de ses performances et/ou de ses guanxi ou est-ce la représentation de la province du Shandong, économiquement prospère, qui importe ? Autre exemple, Li Changchun, a–t-il été nommé en son temps pour ses qualités personnelles ou pour représenter le Henan ? On peut en douter car le Henan n’est une province ni riche ni dynamique et qui a toujours été sous-représentée au sein des institutions centrales depuis 1949, sauf à certains moments sous le maoïsme. Autre exemple, lorsqu’un leader de province connu, charismatique, est écarté du pouvoir, sa représentation provinciale n’est pas automatiquement remplacée. Ce fut le cas de Tan Shaowen en 1993 : son successeur à la municipalité de Tianjin, Gao Dezhan, n’a pas immédiatement récupéré au bureau politique le siège du dirigeant décédé.

8Tous ces exemples montrent que la sous ou sur représentation des natifs d’une province dans les institutions politiques doit être analysée d’un point de vue moins systématique et plus qualitatif. L’essentiel pour un cadre local consiste à posséder une base régionale de solidarité nourrie de relations de guanxi locales, renforcées par une expérience politique commune et des réseaux de confiance bâtis à partir de ces deux registres. Il devient ainsi très difficile de distinguer le « mobile » d’un guanxi territorial car le localisme, lorsqu’il est prouvé, reflète aussi et parfois surtout des préoccupations « professionnelles » dans le sens de l’apprentissage du métier politique de cadre local. Contrairement à l’hypothèse de départ de Bo Zhiyue, les performances économiques et les bases de guanxi ne sont pas des ressources déconnectées mais combinées. Elles forment la réelle base de pouvoir des cadres locaux.

9Les données présentées par Bo Zhiyue ne permettent pas de mesurer la mobilité politique complète des dirigeants de province, c’est-à-dire du centre vers les régions et, à l’inverse, des provinces et municipalités vers Pékin. Cependant, cette mobilité entre centre et périphérie dans le déroulement d’une carrière apparaît désormais comme le moyen privilégié de construction des réseaux de relations qui traversent le régime. Dans ce contexte aussi, on comprend que les autorités à Pékin doivent faire face à de plus en plus de résistances des dirigeants provinciaux vis-à-vis des experts « parachutés » par le centre. Li Cheng résume la situation ainsi : « la tension entre une lutte contre le localisme et une demande locale pour une représentation régionale propre, constitue désormais un véritable enjeu politique ».

10Enfin, contrairement aux travaux de Yang Dali7 qui cherchent à montrer les différences de positionnement entre provinces par rapport à Pékin, Bo Zhiyue refuse l’hypothèse que Shanghai, le Hubei ou le Guangdong par exemple ont des stratégies différentes vis-a-vis du pouvoir central. Comment expliquer alors que la riche province de Canton soit aussi sous-représentée à Pékin ? Alors qu’aucune information précise sur la part réelle de la contribution de cette province au budget national n’est donnée dans l’ouvrage, on trouve ici ou là des analyses indiquant des fluctuations dans la représentation politique de cette province au centre, qui sont sans corrélation avec les richesses accumulées et transmises par cette province. Malgré ces réserves, on ne peut qu’être interessés par l’analyse de Bo Zhiyue selon lequel « plus que jamais, l’Etat chinois est fortement centralisé ». « Chaque tentative (localiste) allant à l’encontre de Pékin sera réinvestie par le centre en vue de recentraliser le pays », prévient l’auteur.

Haut de page

Notes

1 Scalapino, Roberto (dir.), Elites in the PRC, Seattle, University of Washington Press, 1972.
2 Bachmann David, Li Cheng, « Localism, elitism and immobilism : elite transformation and social change in post Mao China », World Politics, octobre 1989, 42 (1), pp. 64-94. Li Cheng, White Lynn, « Familiar fealties and technocratic trends in the PLA and the succession to Deng Xiaoping », Asian Survey, août 1993, 33 (8), pp. 739-757. Zang Xiaowei, « Provincial elite in post Mao China », Asian Survey, 31(6), juin 1991, pp. 512-525. Ouyang Hongwu, « The PRC’s new elite politics : The new institutionnalism perspective », Issues and studies, n° 5, mai 1998, pp. 1-21. Liu Xiaohong, Chinese ambassadors : the rise of the diplomatic professionnalism since 1949, Washington, University of Washington Press, 2001. Landry Pierre, « The CCP’s formal and informal channels of political control of municipal elites in post-Deng China », The State of contemporary China, Hong Kong, 2004, ainsi que l’ouvrage à paraître The CCP and Local Elites in Post-Deng China.
4 Soviet regional elite mobility after Kruschev, New York, Praeger, 1989.  
5 Nathan Andrew J., Tsai Kellee S., « Factionalism : a new institutionnalist restatement», The China Journal, n° 34, juillet 1995, pp. 157-192.
6 Dittmer Lowel, « Patterns of elite strife and succession in Chinese politics », The China Quarterly, n° 123, septembre 1990, pp. 405-430. Dittmer Lowel, Wu Yushan, « The modernization of factionalism in Chinese politics », World Politics, n° 4, juin 1995, pp. 467-494.
7 Yang Dali L., « Reform and the Restructuring of Central-Local Relations », in China Deconstructs: Politics, Trade and Regionalism, David Goodman et Gerald Segal (éds.), Londres, Routledge, 1994, pp. 62-72.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bo Zhiyue, Chinese Provincial Leaders : Economic Performance and Political Mobility since 1949, M.E. Sharpe, Armonk, New York, 2002, 183 p. 

Référence électronique

Stéphanie Balme, « Bo Zhiyue, Chinese Provincial Leaders : Economic Performance and Political Mobility since 1949 », Perspectives chinoises [En ligne], 81 | janvier-fevrier 2004, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/1272

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org