Navigation – Plan du site
Relations internationales

Les litiges frontaliers entre la Chine et la Corée du Nord

Daniel Gomà Pinilla

Texte intégral

1La République populaire démocratique de Corée (RPDC) et la République populaire de Chine (RPC) ont entretenu des relations relativement stables depuis leurs créations respectives en 1948 et 1949. La guerre de Corée (1950-1953) détermina les rapports futurs entre Pyongyang et Pékin, car l’aide chinoise fut décisive pour la survie du régime de Kim Il-Sung. Les relations sino-nord-coréennes ont connu des périodes de forte tension, notamment pendant les années 1960 et 1970, quand le conflit sino-soviétique divisa le bloc communiste entre les partisans de la voie soviétique et ceux de la voie chinoise. Cependant, Pékin a su profiter des problèmes internes et externes à la RPDC pour se présenter comme le principal ami de Pyongyang face aux pressions de la Corée du Sud et de l’Occident – entre autres les Etats-Unis –, et ce d’autant plus facilement après la disparition de l’URSS.

2Bien que Pékin et Pyongyang aient déclaré lors de la fondation des deux régimes qu’une nouvelle ère commençait, les deux pays n’ont pu se dégager complètement de leurs héritages historiques. La domination chinoise passée dans la péninsule coréenne suscite encore aujourd’hui des rancunes en Corée du Nord. Depuis la mort de Kim Il-Sung (1994), la Chine a vu son influence diminuer, bien que la question du programme nucléaire nord-coréen lui permette aujourd’hui de jouer à nouveau un rôle important en Asie du Nord-Est. Les autorités de Pékin sont conscientes qu'aux problèmes créés par les ambitions nucléaires du régime de Kim Jong-Il et la présence croissante de réfugiés nord-coréens en territoire chinois, peut s’ajouter la question des différends territoriaux entre les deux pays.

3La Chine et la Corée du Nord partagent une frontière longue de 1 416 kilomètres qui correspond majoritairement aux cours des fleuves Yalu et Tumen. Ces fleuves ont facilité le tracé des frontières, mais les accords entre les deux pays n’ont pas été exempts de fortes tensions, essentiellement du fait de Pyongyang. La Corée du Nord a résolu en 1985-1986 ses litiges frontaliers avec la Russie (à l’époque l’Union soviétique), mais ses problèmes territoriaux avec la Chine restent à régler. L’étude de cette question est confrontée à un manque de sources. Pyongyang n’a jamais fait des revendications territoriales un facteur déterminant de sa politique extérieure. La plupart des informations proviennent de déclarations de diplomates nord-coréens en poste dans des pays du Tiers-Monde, sous couvert d'anonymat. Pékin, pour sa part, ne fait jamais de commentaire officiel sur ce sujet. De plus, l’accès à la zone frontalière a longtemps été restreint, ce qui a empêché la poursuite de recherches sur place. Enfin, la dispute territoriale n’a jamais constitué une menace de rupture entre les deux pays.

4Pourtant, malgré l'image d’amitié « indestructible » entre les deux Etats, les litiges frontaliers ont conditionné leurs relations depuis 1950. Pour la Chine, la polémique avec la Corée du Nord s’ajoute à une longue liste de contestations territoriales avec les nations voisines, qu’il s’agisse de frontières terrestres ou maritimes. Des négociations secrètes entre Pékin et Pyongyang ont abouti en 1963 à un accord qui semble ne plus être valide aujourd’hui. A l’époque, en plein conflit sino-soviétique, la Chine adopta une position souple pour briser son isolement dans le bloc communiste et gagner à sa cause le régime de Kim Il-Sung1. Malgré la politique de fermeté menée face aux revendications territoriales des nations voisines après 1949 par le Parti communiste chinois, le Premier ministre Zhou Enlai conseilla à la délégation chinoise d’être réceptive aux demandes nord-coréennes. Les concessions chinoises furent si élevées que les autorités locales des provinces frontalières du Jilin et du Liaoning protestèrent2.

5La frontière sino-coréenne s’est beaucoup déplacée au cours des siècles. Le royaume coréen de Koguryo (V-VIIIes siècles) contrôlait la Mandchourie et la région de l’actuel Vladivostok. Le royaume de Parhae (VIII-Xes siècles) qui lui succéda dominait la Mandchourie et la péninsule du Liaodong. Mais au VIIe siècle, le pouvoir de l'empire chinois des Tang arrivait jusqu’à Séoul. Les frontières actuelles correspondent à peu près à celles de l'empire des Yuan (1279-1368). La dynastie mandchoue des Qing (1644-1911) renforça la domination chinoise dans la région du Nord-Est. A l’époque, la Corée était un Etat tributaire de la Chine, soumise à l’autorité du « Fils du Ciel ». Les rois de Séoul n’étaient pas en mesure de s’opposer aux demandes chinoises. Toutefois, au XIXe siècle, époque de décadence de l'empire chinois, le mécontentement coréen s'afficha et Séoul réclama sans succès la restitution des anciens territoires sous domination coréenne. Mais la défaite chinoise face au Japon en 1895 et la progressive domination de Tokyo sur la péninsule coréenne mit fin à toute possibilité d’accord.

6La Corée du Nord soutient souvent que la querelle territoriale trouve ses origines dans les relations tributaires entre la Corée et la Chine de la dynastie mandchoue des Qing, alors que les Han, principal groupe ethnique de « l’Empire du Milieu », n'étaient pas au pouvoir. La Chine considère cependant que les territoires acquis dans le passé ne sont plus sujets à discussion aujourd’hui, surtout si cela porte préjudice à l’intégrité territoriale de la République Populaire.

Le Paektusan, le « mont sacré »

7Le principal litige frontalier entre Pékin et Pyongyang concerne le mont Paektu3. Il s’agit du plus haut sommet de la région, un volcan de 2 744 mètres, situé à la source des fleuves Yalu et Tumen. Au fond du cratère se trouve un lac de 13 kilomètres carrés et de 204 mètres de profondeur, le Chongji4. Le mont Paektu fait partie de la chaîne des Changbaishan (« montagnes éternellement blanches » en chinois), qui traverse du nord au sud les districts de Antu, Wusong et Changbai, au sud de la province du Jilin, sur une longueur de 80 kilomètres, et se poursuit en territoire coréen5.

Le lac Chongji ou Tianchi dans les Changbaishan

© Imaginechina

8L’empereur Kangxi (1662-1723) des Qing força la Corée, à l’époque vassale de la Chine, à accepter que la frontière entre les deux pays passe par le sommet du Paektusan. La région où se trouve le volcan est considérée comme le berceau du peuple mandchou. La querelle pour le mont Paektu ressurgit sous le roi Kojong (1864-1907), de la dynastie coréenne des Yi, mais l’occupation japonaise de la péninsule coréenne mit fin à toute possibilité de compromis.

9La zone entourant le volcan est inhospitalière et inhabitée, et ni les Coréens ni les Chinois n’ont essayé d’exploiter la région économiquement. Le territoire réclamé par Pyongyang concerne 33 kilomètres carrés aux alentours du sommet du Paektusan. Dans le cas du lac Chongji, l’accord de 1963 établissait que trois cinquièmes seraient sous le contrôle de la Corée du Nord et que les deux autres cinquièmes appartiendraient à la Chine.

10En 1965, le conflit entre la Chine et l'Union soviétique mit la Corée du Nord dans une situation fort délicate. Pyongyang avait besoin de l’aide des deux pays ; il devait au premier son existence et au second sa survie. La critique de Kim Il-Sung contre toute déviation dans le mouvement communiste international fut très mal prise par Pékin et la tension monta entre Kim et Mao. Pour punir le régime nord-coréen de son manque de soutien, la Chine aurait alors réclamé la concession de 160 kilomètres carrés aux alentours du Paektusan comme compensation à l’aide économique et militaire fournie par Pékin pendant la guerre de Corée (1950-1953)6. La revendication chinoise fut abandonnée en novembre 1970 pour améliorer les relations avec Pyongyang7. Entre mars 1968 et mars 1969, divers accrochages militaires eurent lieu dans la région du Paektusan entre les forces armées nord-coréennes et chinoises, conséquences des tensions provoquées par la Révolution culturelle et des féroces critiques des gardes rouges contre Kim Il-Sung. Pendant ces années de trouble, Pékin ferma la frontière avec son voisin.

11Pour les Coréens, le mont Paektu est associé à l’origine de leur histoire. D'après la légende, le dieu Hwanung (« le roi venu du ciel ») descendit sur le volcan pour s’unir à une femme, laquelle conçut un fils, Tangun (« le roi du bouleau »), qui en 2 333 avant J.-C., fonda le royaume de Choson, considéré comme le premier Etat coréen.

12En outre, pour les autorités communistes nord-coréennes le mont Paektu est le « mont sacré de la révolution », le lieu des exploits les plus importants de la guérilla commandée par Kim Il-Sung dans les années 1930. Le volcan est sans doute après Mangyongdae, le village natal de Kim, l’endroit le plus vénéré de la RPDC. Une des photographies les plus connues de l’ancien dirigeant le montre au sommet du Paektusan en train de contempler le lac Chongji, preuve de la volonté nord-coréenne d’affirmer sa prééminence sur ce territoire. C’est aussi une image du mont Paektu qui décore la façade principale du Musée coréen de la Révolution à Pyongyang, gigantesque bâtiment édifié à la gloire du passé révolutionnaire du Grand Leader.

13Pour le régime, l’importance du volcan est telle que la propagande nord-coréenne affirme que Kim Jong-Il est né dans un camp guérillero sur la face coréenne du Paektusan en février 1942. En réalité, le dirigeant nord-coréen actuel naquit dans le camp militaire de Vyatsk, près de la ville de Khabarovsk, dans l’Extrême-Orient russe, où son père était officier de l’Armée rouge. L’objectif de cette manipulation est clair : situer la naissance du dictateur communiste en territoire coréen et en un lieu symbolique et représentatif de la conscience du peuple coréen8. Les autorités de la RPDC ont même inventé l’endroit exact de sa naissance, qui est depuis un lieu de culte et de pèlerinage9.

14Pékin évoque, pour justifier le contrôle d’une partie du Paektusan, une compensation pour son soutien militaire à la Corée du Nord pendant le conflit de 1950-1953. Depuis quelque temps, Pékin fait constamment référence à son souci de protection de l’environnement naturel de la région et de développement du volcan comme attraction touristique10. La Chine dispose d’un dernier argument pour justifier son contrôle sur le Paektusan : si le volcan est sacré pour les Coréens, il l'est aussi pour les Mandchous11. S'abritant derrière la défense des intérêts des Mandchous, Pékin refuse toute négociation qui pourrait entraîner une perte territoriale dans la zone.

Le Yalu et le Tumen, et le contrôle des mers

15Depuis 1949, la Chine et la Corée du Nord ont accepté que les cours des fleuves Yalu et Tumen constituent la frontière entre les deux pays. Cependant, ils ont refusé de situer la ligne de séparation au milieu des fleuves et ont adopté le principe de la propriété, de la gestion et de l'utilisation conjointes des deux cours d'eau.

16Historiquement, le principal problème a porté sur les dizaines d’îles au milieu des fleuves. La Chine a reconnu la souveraineté de la Corée du Nord sur 80 % des îles du Yalu et du Tumen, dont les plus grandes. C'est la nationalité de la population de ces îlots qui a décidé de leur appartenance, mais le problème est resté entier pour les îles inhabitées, et il semble qu’une sorte de coresponsabilité s’exerce dans ce cas. La question de Pidan (Chouduandao en chinois), située à l’embouchure du Yalu, fut une exception. A l’origine, l’île était principalement habitée par des Chinois, mais la Corée du Nord en avait le contrôle, bien qu’officiellement Pékin la considérât comme partie intégrante de son territoire. Les Nord-Coréens avaient souhaité en faire don à la Chine en remerciement de leur aide en 1950-1953. Finalement il n’en fut rien, et, en 1963, les autorités chinoises durent faire évacuer la cinquantaine de familles qui restaient encore sur place12.

17Les rives font aussi objet de discussions, bien que les deux parties reconnaissent qu’elles servent de ligne de démarcation entre les deux Etats communistes. Pékin fait preuve de tolérance envers les réclamations nord-coréennes, sans pour autant céder à Pyongyang. L’acceptation chinoise du contrôle nord-coréen de 90 % de l’embouchure du Yalu fut mal prise par les autorités locales des provinces frontalières chinoises malgré la condition de libre navigation imposée par Pékin. La gestion des ports fluviaux a aussi été un facteur de mésentente. Finalement, en octobre 2000, les deux pays arrivèrent à un accord sur les ports frontaliers et leur gestion conjointe13. Précisément, les frictions à propos du contrôle des rives du Yalu et du Tumen expliquent le grand nombre d’accords et de protocoles signés par Pékin et Pyongyang : accord sur la gestion de la voie ferrée longeant le Yalu, sur la navigation et sur l’électricité produite par les deux fleuves, sur le flottage du bois, sur la gestion commune de l’usine hydroélectrique d’Unbong, etc.

18Une autre polémique d’importance porte sur l’île de Shindo (Shin en chinois), située dans l’estuaire du fleuve Yalu. Malgré les prétentions chinoises, Shindo appartient depuis longtemps à la Corée et fut sous l’occupation japonaise un centre de production de matières premières textiles – l’endroit est couvert de roseaux –. Les autorités chinoises considèrent l’île comme un relais d’importance capitale pour les transports et les communications dans le développement de l’exploitation pétrolière du golfe de Beihai. Pour Pyongyang, la possession de l’île favorise sa position stratégique à l’entrée d’un fleuve qui fait office de borne entre les deux pays14.

19Un autre facteur de tension est la question de l’accès à la mer du Japon. Bien que la RPDC soit limitrophe de la Chine sur la majeure partie de sa frontière nord, la dernière fraction du fleuve Tumen (les dix-sept derniers kilomètres exactement) marque la limite entre la Corée du Nord et la Russie, ce qui prive les Chinois de toute ouverture sur la mer du Japon. Pour la Chine, ne pas avoir de poste de ravitaillement pour sa marine de guerre dans cette zone constitue un frein majeur à sa présence politique et militaire en Asie du Nord-Est.

20Les accords entre Russes et Nord-Coréens de 1985-1986 et 1991 pour délimiter leurs frontières sont d’un intérêt vital pour la Chine, très préoccupée par la reconnaissance de ses droits de navigation sur le fleuve Tumen jusqu’à la mer du Japon. Les accords signés par la Russie tsariste et la Chine impériale en 1858 (traité d’Aigun) et 1860 (traité de Pékin) reconnaissaient la possession de la Sibérie orientale par la Russie et l’extension de son domaine jusqu’aux fleuves Amour et Tumen, mais ils établissaient aussi le droit à la Chine de traverser le Tumen pour rejoindre la mer du Japon. Moscou et Pyongyang n’ont jamais nié ce droit à la Chine, mais ont rarement fait preuve d’une attitude coopérative. Pour Pyongyang, l’accès des Chinois à la mer du Japon menace son indépendance. L’amélioration des relations entre les autorités chinoises et russes au cours de la décennie 1990 a permis un rapprochement et la signature de plusieurs accords. Le plus récent, un protocole signé à Pékin le 20 juin 2003, concerne le point de jonction des frontières chinoise, russe et nord-coréenne sur le Tumen15. Cependant, le principal problème pour la Chine dans cette question n’est pas politique, mais d'ordre naturel : les eaux du Tumen sont connues aujourd’hui pour leur faible profondeur, ce qui rend la navigation difficile16.

21Un dernier problème est celui des frontières maritimes. En juillet 1977, la Corée du Nord a unilatéralement institué une zone économique et de pêche de 200 milles à partir de la côte de la mer Jaune et, depuis, les deux pays n’ont toujours pas résolu la question de cette frontière maritime17. Pour Pékin, la position nord-coréenne freine le développement économique de l’embouchure du Yalu et surtout du golfe de Beihai.

22La question territoriale est sans doute un facteur de tension entre la Chine et la Corée du Nord. Cependant, ni Pyongyang ni Pékin n’ont jamais conditionné leurs relations à la résolution des différends frontaliers, malgré quelques incidents violents à la fin des années 1960. La question est irritante pour le régime nord-coréen, mais pas au point de risquer la rupture. Depuis les années 1980, il ne cherche pas à relancer la question territoriale. La RPDC accusée de développer un arsenal nucléaire, frappée par une famine depuis 1995-1996 et dont les difficultés économiques vont croissantes, peut difficilement imposer ses conditions à la Chine. Sa dépendance envers Pékin a augmenté depuis les années 1980 ; en 1997, la dette nord-coréenne envers la RPC dépassait les 500 millions de dollars18.

23La résolution des litiges territoriaux semble difficile. La Chine est réticente à négocier en raison de sa position de force. La Corée du Nord, elle, pourrait jouer la carte des accords avec la Russie de 1985-1986 tant dans le cas du Tumen et du Yalu que dans celui de la délimitation du domaine maritime. Ces accords ont délimité la frontière entre les deux pays à partir du milieu du cours du Tumen. Les quelques îles ont été placées sous contrôle coréen. Pékin a étudié les accords russo-nord-coréens comme point de départ d’une future négociation avec Pyongyang. Dans le cas des délimitations maritimes, l’accord russo-nord-coréen détermine une ceinture de 300 milles nautiques qui part du Tumen et sépare les zones d’intérêt géopolitique et économique de Moscou et de Pyongyang.

24L’exemple russe est important, mais il présente des différences avec le cas chinois. En 1986-1987, les autorités soviétiques avaient accepté la plupart des revendications nord-coréennes en échange d’une amélioration des relations entre les deux pays. Les changements politiques à la tête de l’URSS (Mikhaïl Gorbatchev au pouvoir suprême et Edouard Chevarnadze comme ministre des Affaires étrangères) facilitèrent sans doute les accords. De plus, la dispute entre Russes et Nord-Coréens se limitait à une petite partie du Tumen et au domaine maritime alors que, dans le cas chinois, le désaccord porte sur des réalités géographiques (le Yalu et le Tumen, et leurs îles) et économiques, et met en jeu le nationalisme coréen (le Paektusan).

25Pourtant, un rapprochement entre les deux pays est possible, comme l'a montré l'exemple du barrage de Supung, à 90 kilomètres en amont de l’embouchure du Yalu. Bâti pendant l’occupation japonaise de la Mandchourie dans les années 1930, ce barrage d’une centaine de mètres de haut appartenait à la Chine, étant physiquement situé dans la province du Liaoning. Il devait permettre le contrôle du cours d’eau jusqu’à son embouchure. Sa station électrique, construite du côté coréen du Yalu, avait la capacité d’alimenter en électricité la totalité de la Corée et de la Mandchourie19. La station, endommagée aux débuts des années 1940 par des d’inondations, resta longtemps inutilisable, et ce malgré une collaboration financière régulièrement proposée par la Chine et toujours refusée par la Corée du Nord. Aujourd’hui, elle a été reconstruite et le barrage de Supung est un des plus grands d’Asie avec 160 mètres de hauteur et 853 mètres de longueur. Il fournit en électricité les zones industrielles voisines de Chine et de Corée du Nord.

26Le développement économique peut aussi jouer en faveur d'une résolution des litiges. La zone nord-coréenne frontalière avec la Chine et la Russie abrite désormais le projet de développement économique de Ranjing-Sonbong et ces dernières années d’autres territoires frontaliers (comme Sinuiji) sont également devenus des zones de développement.

27Les litiges frontaliers entre la Chine et la Corée du Nord provoquent l’union des autorités et des citoyens, spécialement dans le cas coréen. Bien qu’ayant toujours essayé d’éviter les tensions avec son voisin à propos du Paektusan, Pyongyang a cependant alimenté depuis 1948, année de la fondation de la RPDC, un nationalisme qui vise entre autres la Chine, dont il dénonce le passé impérialiste qui avait fait de la Corée un Etat vassal des empereurs mandchous. En utilisant la polémique sur la non délimitation des frontières, Pyongyang renforce ce nationalisme xénophobe qui lui sert à la fois à s’afficher indépendant de Pékin, dont il a souvent eu besoin au cours du dernier demi-siècle, et à dissimuler les graves problèmes intérieurs.

28Dans ce conflit, Pyongyang a l’appui politique de la Corée du Sud. Les autorités de Séoul n’hésitent pas à soutenir les Nord-Coréens dans leurs revendications territoriales ; c’est un des seuls points d’accord auxquels les deux régimes coréens sont parvenus rapidement. Le Paektusan peut être considéré comme un symbole d’unité nationale : son nom est mentionné dans la première strophe de l’hymne national de la République de Corée. Mais aujourd’hui les Sud-Coréens ne peuvent accéder au Paektusan que du côté chinois. L’attitude du gouvernement de Séoul s'explique aussi par un facteur stratégique : une éventuelle future réunification de la péninsule devrait faire face à ces problèmes. De son côté, Pyongyang soutient la Corée du Sud dans sa revendication de l’île de Tok dans la mer du Japon, appelée Takeshima par les Japonais qui en revendiquent également la propriété.

29La Chine, pour sa part, publie périodiquement des livres et des cartes prônant l’appropriation de territoires pourtant toujours disputés avec d’autres pays, notamment la Corée du Nord20. Les autorités de Pyongyang ont des pratiques de propagande identiques et répandent des images de Kim Jong-Il et de son père au sommet du Paektusan. Malgré les pressions, les dirigeants de Pékin ont su désactiver les réclamations territoriales des Nord-Coréens en jouant la carte de l’aide chinoise au régime de Pyongyang. L’appui militaire chinois fut fondamental aux débuts des années 1950 pour la survie de Kim Il-Sung et de ses compagnons du Parti du Travail de Corée. Bien que Pyongyang ait tenté de jouer sur les deux tableaux, entre Moscou et Pékin, des années 1960 aux années 1980, depuis la chute de l’URSS, la Chine est devenue le seul allié de la Corée du Nord sur la scène internationale. Dans ce contexte, Pyongyang peut difficilement adopter une position dure dans le cadre d’éventuelles négociations avec Pékin, et a depuis plus d’une décennie une attitude souple. Les Chinois, pour leur part, refusent de parler du Paektusan et la presse nationale se fait très rarement l’écho des problèmes territoriaux entre les deux pays. Pékin évite ainsi de tendre les relations avec Pyongyang et d’attiser les passions nationalistes en Corée du Sud.

Haut de page

Notes

1 En 1963, les relations entre Pékin et Pyongyang sont à leur apogée. Kim Il-Sung et Mao Zedong s'opposent à Nikita Khrouchtchev qu’ils accusent de révisionnisme. Ce rapprochement entre Chinois et Nord-Coréens aboutit, en novembre 1963, à un accord de coopération et d’exploitation du Yalu et du Tumen. Cet accord traite aussi des litiges frontaliers entre les deux pays et reconnaît, entre autres, le contrôle nord-coréen de la plupart des îles des deux fleuves. L'accord, très favorable à la Corée du Nord, fut précédé d’une visite du Président chinois Liu Shaoqi en septembre.
2 Chae-Jin Lee, China and Korea : Dynamic Relations, Stanford, The Hoover Institution for War, Revolution and Peace, Stanford University, 1996, pp. 99-100.
3 Appelé « Paektusan » en coréen et « Baitoushan » en chinois, ce nom signifie dans les deux cas « montagne à la tête blanche ».
4 Ou « Tianchi », le « Lac céleste » en chinois.
5 Changbaishan est la plus grande réserve naturelle de Chine. Zone pour la protection de la biosphère de l’Unesco, la région abrite, entre autres, le léopard des neiges, le tigre de Sibérie et l’ours noir, animaux menacés d’extinction, et est objet d’études de botanistes, de géologues, etc.
6 Chin O. Chung, P’yongyang Between Peking and Moscow : North Korea’s Involvement in the Sino-Soviet Dispute, 1958-1975, The University of Alabama Press, 1978, p. 120. Cette information, qui ne fut jamais confirmée ni par les Chinois, ni par les Nord-Coréens, parut dans The Indian Times du 20 juillet 1965, la source étant un diplomate nord-coréen en poste à New Delhi.
7 L’abandon de la revendication chinoise fut précédée d’un rapprochement entre Pékin et Pyongyang dès début 1970. En janvier, les deux gouvernements signaient un accord de navigation sur le Yalu et le Tumen ; en février, un nouvel ambassadeur nord-coréen était nommé à Pékin et, un mois plus tard, un ambassadeur chinois était nommé à Pyongyang. Plus importante encore fut la visite à Pyongyang du Premier ministre Zhou Enlai en avril, la première d’un haut dirigeant chinois depuis sept ans.
8 Une dizaine de camps et musées ont été construits dans la région du Paektusan pour commémorer la révolution coréenne. Dans la partie coréenne du volcan, sur le site de Samjiyon, des sculptures représentent des batailles contre les Japonais, les héros de la révolution, des géneraux et des représentants du peuple.
9 On peut également signaler que le gouvernement de Pyongyang fabrique depuis le début des années 1980 un ordinateur appelé Paektusan et que tous les ans, en février, pour fêter l’anniversaire de Kim Jong-Il, ont lieu des compétitions sportives dénommées Coupe Paektusan.
10 La dispute sino-nord-coréenne confine parfois à l’absurde. Dans les années 1970, l’agence chinoise Xinhua signalait un monstre dans la région. La Corée du Nord répondit que le «  monstre » était un ours noir.
11 La minorité mandchoue est la deuxième plus nombreuse de Chine après celle des Zhuang dans le Sud de la Chine. Lors du recensement de 2000, le dernier effectué dans le pays, elle comptait 10,682 millions de personnes. (Zhongguo tongji nianjian [Annuaire statistique de Chine], Pékin, Zhongguo tongji chubanshe, 2003, p. 48).
12 Chae-Jin Lee, op. cit., p. 100.
13 Ministère des Affaires étrangères de la République populaire de Chine, Pékin, 18 novembre 2000.
14 Yang Tae-jin, « Territorial Dispute between North Korea and Communist China », Vantage Point, vol. VI, nº 6, 1983, pp. 1-11.
15 Ministère des affaires étrangères de la République populaire de Chine, Pékin, 30 juin 2003.
16 Choon-ho Park, « River and Maritime Boundary Problems between North Korea and Russia in the Tumen River and the Sea of Japan », Korean Journal of Defense Analysis, vol. V, nº 2, 1993, pp. 65-98.
17 Lee Yong-jin, « The Maritime Policy and Sea Law of North Korea », Vantage Point, vol. IX, nº 7, 1986, pp. 1-10.
18 David Reese, The Prospects for North Korea’s Survival, Londres, International Institute for Strategic Studies, 1998, p. 76.
19 Yang Tae-jin, op. cit., page 6.
20 Les autorités chinoises ont le soutien de Taipei. La Chine compte aussi une minorité coréenne (environ deux milions de personnes) qui habite dans les provinces frontalières du Jilin (dont le district autonome de Yanbian), du Heilongjiang et du Liaoning. Les Coréens de Chine ont toujours évité tout désaccord avec Pékin dans la question territoriale avec Pyongyang. Voir Sébastien Colin, « Une ouverture frontalière aux multiples enjeux géopolitiques. La préfecture autonome des Coréens de Yanbian », Perspectives chinoises, nº 77, mai-juin 2003, pp. 4-21.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Gomà Pinilla, « Les litiges frontaliers entre la Chine et la Corée du Nord », Perspectives chinoises [En ligne], 81 | janvier-fevrier 2004, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/1262

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org