Navigation – Plan du site
Société

La réinsertion professionnelle des « xiagang »

Une enquête dans la province du Liaoning met en évidence l'importance de stages de formation
Li Peilin et Zhang Yi

Notes de la rédaction

Traduit du chinois par Antoine Kernen

Texte intégral

1Pour la plupart des quadra et quinquagénaires, l’âge mûr est synonyme de réussite socioprofessionnelle et de stabilité familiale. Cependant, pour certains d'entre eux, cette période est pleine de regrets et de détresse. En Chine, la génération des 40-55 ans est atypique du fait d'un parcours extrêmement mouvementé, marqué par les événements historiques, tout particulièrement l’envoi à la campagne durant la Révolution culturelle. Aujourd’hui, une partie d’entre eux expérimentent le chômage. Dans les anciennes régions industrielles où se concentrent les problèmes d'emploi, l’expression populaire « le phénomène des 40-50 » (si wushi xianxiang) est révélatrice du fait que l’âge est un facteur déterminant dans les difficultés rencontrées par ces personnes pour se réinsérer professionnellement, alors même qu’elles se trouvent à un moment de leur vie où les charges sont lourdes : financement de la retraite, des soins médicaux, de l’éducation des enfants, ou encore entretien de parents âgés. Membres de cette génération, bien qu’appartenant à un groupe privilégié, nous voudrions contribuer à formuler des solutions constructives face à ce défi.

2Durant une période assez longue, et jusqu'à un passé récent, la Chine a adopté une politique de planification étatique du travail qui a conduit à une situation de plein-emploi. La notion de chômage, tombée dans une sorte d’oubli collectif, était devenue presque incompréhensible. Dès 1978, date à laquelle la Chine s’engage dans des réformes introduisant partiellement le marché dans l’économie, les entreprises d’Etat ont expérimenté une décentralisation de leur gestion. Au début, toutes les catégories sociales en ont tiré des bénéfices concrets puisque les revenus de chacun  augmentaient, quand bien même l’on assistait au début d’un accroissement des inégalités. Il s’agit du phénomène connu des économistes sous le nom de « réforme de Pareto ». Cependant, la réforme des entreprises d’Etat basée sur un renforcement de la décentralisation n’avançait guère, et l’évolution des réformes économiques urbaines a surtout été marquée par le développement rapide de l’économie privée. À partir du milieu des années 1990, la Chine est passée à une économie guidée par la demande, caractérisée par un accroissement de la concurrence. Les changements opérés par le marché sur la consommation ont entraîné une inévitable reconfiguration en profondeur des structures industrielles. Sous la pression conjuguée du marché et de la réorganisation des structures industrielles, la réforme des entreprises d’Etat a alors touché le domaine sensible de la sécurité de l’emploi. Très rapidement, la main-d’œuvre en surnombre dans les entreprises d’Etat a été « licenciée » (xiagang). Aujourd’hui, alors que la majorité de la population continue à connaître une croissance de ses revenus, beaucoup d’ouvriers xiagang doivent faire face à des difficultés matérielles.

3Entre 1996-2000, 25 millions de personnes se sont retrouvées xiagang. En 2002, on dénombrait encore 14 millions de chômeurs et de xiagang, dont les difficultés matérielles affectaient plusieurs millions de familles en zone urbaine. La notion de xiagang peut être définie de la manière suivante : il s’agit d’une sorte d’aménagement temporaire d’un système de protection sociale à la charge des entreprises d’Etat pendant la période de création d’un marché du travail. Cette définition diffère de celle du chômage1. D’une manière générale, la situation économique des xiagang est meilleure que celle des chômeurs2.

4Bien qu’à partir de l’année 2000, la gestion des populations de xiagang ait été intégré dans la réforme du marché de l'emploi, celle-ci a rencontré de fortes résistances particulièrement dans les villes où se concentrent les entreprises d’Etat, où l’industrie lourde est importante, ou encore celles où les ressources naturelles sont en voie d’épuisement. À partir de 2001, le gouvernement central a accru de manière importante ses subsides pour permettre la poursuite de l’intégration de la gestion des xiagang à celle des chômeurs, suivant l'exemple de la réforme expérimentale de la sécurité sociale conduite dans la province industrielle du Liaoning. Dans cette province, 736 000 personnes sans emploi ont été comptabilisées entre juillet 2001 et juillet 2002. L'indemnité de licenciement versée pour solde de tout compte s’élevait en moyenne à 7 340 yuan. La mise en œuvre de cette nouvelle politique signifie que les employés qui perdent leur travail sont directement recensés comme chômeurs ; cela autorise à fermer les centres de réemploi à la fin 2002, et assure la disparition du terme de xiagang. Toutefois, le marché de l’emploi chinois restera encore tendu pour de longues années en raison du rythme de la croissance économique, des restructurations industrielles, de la densité accrue du capital et de la technologie, ainsi que de conditions de l’offre et de la demande sur le marché de l’emploi. De plus, en cas de choc externe sur l’économie, les groupes les moins aptes à une réinsertion professionnelle sont les plus durement touchés. Ainsi récemment le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) a-t-il eu pour conséquence de nouvelles pertes d’emploi parmi les chômeurs qui avaient réussi à se réinsérer dans le secteur privé, ainsi qu’un retour temporaire de 8 millions de migrants à la campagne.

Le cadre théorique et les hypothèses de travail

5Parmi les travaux qui analysent le lien entre des événements historiques majeurs et le parcours de vie des individus, un courant théorique important s’intéresse aux conséquences des bouleversements sociaux sur les individus. L'ouvrage de Glen Elder, Les Enfants de la Grande Dépression constitue une référence3. Zhou Xueguang et Hou Liren, dans leur ouvrage intitulé Les Enfants de la Révolution culturelle, reprennent cette hypothèse pour l’appliquer à la Chine. Pour cela, ils ont mené des enquêtes par questionnaire et tentent de mesurer les effets de la politique d’envoi de jeunes instruits à la campagne (shangshan xiaxiang) durant la Révolution culturelle sur la vie privée et professionnelle de la génération concernée4.

6Notre propre recherche suit un cheminement inverse : à partir de l’analyse des motivations et des actions entreprises par les individus, nous essayerons d'en mesurer les conséquences sociales possibles. Les changements entraînés par les réformes visant à introduire l’économie de marché et la forte croissance économique, marquent une nouvelle étape historique au cours de laquelle les individus et la structure sociale exercent l’un sur l’autre une action réciproque. Les individus ont accru leurs chances de lutter pour l’amélioration de leur sort grâce à une adaptation de leur comportement et de leurs choix individuels.

L’impact du capital humain sur le revenu

7Le capital humain est souvent retenu comme l’un des facteurs explicatifs les plus importants du revenu. Des recherches sociologiques sur le changement social ont également démontré que, parallèlement au développement industriel, les sociétés évoluent vers des sociétés de savoir-faire et d’information dans lesquelles le capital humain devient de plus en plus important. À la suite de la théorie du Prix Nobel d’économie Theodore W. Schultz sur le capital humain, d’innombrables recherches ont confirmé que, dans une économie de marché où s’exerce la concurrence, il existe une relation positive entre le capital humain et le revenu d’un individu5. Même si les définitions du capital humain utilisées par les différents chercheurs ne sont pas identiques, la plupart d’entre eux s’appuient sur trois paramètres statistiques clés :

8– les diplômes obtenus ou le nombre d’années de scolarité,
– la durée de l’expérience professionnelle,
– l’état de santé.

1. Statistiques descriptives des xiagang interogés (en %)

Agrandir

9Les sociologues accordent une grande importance au niveau d’éducation, assimilé au capital humain, pour analyser les structures sociales et les changements de statut social des individus. Les modèles théoriques développés dans ce domaine démontrent empiriquement que le niveau d’éducation a une influence primordiale sur le niveau du revenu et les possibilités d’ascension sociale6.

10En Chine, comme le montre une étude récente, le rôle du capital humain comme facteur explicatif du revenu des individus s’est accru au cours des réformes économiques7. Ces résultats ont été confirmés par une autre étude centrée sur le niveau d’éducation et son impact sur le statut socio-économique8.

11Pourtant, notre enquête auprès des xiagang dans d'anciennes villes industrielles montre que les plus éduqués d’entre eux ne trouvent pas forcément plus aisément un emploi, ou bien que leurs nouveaux salaires ne sont pas supérieurs à ceux des moins éduqués. Nous qualifions ce phénomène de « non valorisation du capital humain ». L’apparition de ce phénomène s’explique par divers facteurs. Il est probable que, dans une période de transition vers l’économie de marché, les changements structurels qui en découlent engendrent un bouleversement des normes dans le domaine du savoir-faire et des connaissances techniques entraînant une sorte de fracture dans le capital humain, qui n’exerce ainsi plus forcément un effet positif. Le marché de l’emploi auquel sont confrontés les nouveaux diplômés universitaires illustre bien ce propos : la différence des niveaux de savoir-faire et de connaissances techniques acquis dans les universités, explique les différentiels/ inégalités de rémunération. Par ailleurs, Yakubovich et Kozian ont montré à propos de la Russie, que le capital humain acquis dans le cadre de l’économie planifiée se trouvait rapidement dévalorisé dans une économie de marché9. Zhao Yandong arrive à des conclusions identiques dans une recherche menée en 2000 auprès de xiagang de la ville de Wuhan. Le capital humain mesuré en niveau de connaissance et technique détenu par les xiagang avant le chômage n’exerce aucune influence sur les paramètres de leur nouvel emploi (salaire, valorisation sociale de la profession, degré de satisfaction. etc.)10.

12De ce qui précède, nous formulons une première hypothèse : dans cette période de bouleversement des normes de référence du savoir-faire et des connaissances techniques, capital humain et niveau de rémunération ne sont, dans certains cas, pas corrélés. C’est particulièrement vrai pour la génération qui a dû interrompre ses études durant la Révolution culturelle.

L’identification sociale

13L’identification sociale est un phénomène complexe englobant des éléments divers comme le niveau de rémunération, la profession, la situation familiale, l'âge, le sexe, etc. L’évaluation subjective faite par un individu de son statut socioprofessionnel peut ainsi diverger grandement de celle donnée objectivement par son niveau de revenu. Des enquêtes ont montré que les individus tendent à se placer dans la moyenne lorsqu’ils évaluent leur statut socioprofessionnel. À un niveau de revenu identique, les femmes auront par ailleurs tendance à se situer à un statut inférieur aux hommes11. C’est précisément l’existence de ces différences qui rend la recherche sur l’identification sociale ou la conscience de classe d’une importance particulière, puisqu’il existe souvent une étroite relation causale entre l’identification sociale des individus et leurs comportements ou leurs motivations à agir. Entre les différentes classes sociales, le degré d’uniformité des comportements sociaux n’est cependant pas identique, celles soumises à de fortes pressions tendent à avoir un plus haut degré d’uniformité dans leurs comportements. Pour reprendre les termes d'Olson, les groupes sociaux de petite taille ou subissant de fortes pressions ont tendance à unir leurs efforts pour atteindre un même objectif12.

14Les résultats empiriques tendent à démontrer que la relation entre le capital humain et l’identification sociale est positive. D’une manière générale, dans les sociétés traditionnelles, les éléments hérités comme la famille ou l’identité sociale influencent d’une manière prédominante l’identification sociale des individus. Tandis que dans les sociétés modernes, les dimensions acquises comme le niveau d’éducation ou le type d’emploi jouent un rôle plus important. Ainsi Blau et Duncan dans « La structure de l’emploi aux Etats-Unis », insistent sur le rôle déterminant de l’éducation dans l’identification sociale des individus13. Zhang Yinghua, Xue Chengtai et Huang Yizhi soulignentque plus le niveau d’éducation d’une personne est élevée, plus sa propre identification sociale est élevée14. Huang Yizhi arrive aux mêmes conclusions à propos de la société taiwanaise15.

15Les transformations sociales apparues depuis le début des réformes en Chine montrent également un accroissement progressif du rôle de l’éducation dans la position sociale des individus. Néanmoins, en enquêtant sur les facteurs qui déterminent la perception qu’ont les xiagang de leur position sociale, il apparaît qu’au sein de ce groupe social, « le niveau d’éducation » exerce un pouvoir explicatif décroissant ou quasi nul. Au cours des entretiens, les xiagang ont manifesté une perception de leur position sociale assez uniforme et relativement élevée, mais qui n’est pas en lien avec leur niveau d’éducation. Ces résultats contrastent fortement avec nos enquêtes auprès de travailleurs migrants en zone urbaine qui montrent que plus un migrant est éduqué, plus sa perception de sa position sociale est élevée16. Une des raisons probables est que l’évolution des revenus est différente entre les xiagang et les migrants : les revenus des premiers suivent une tendance décroissante alors que ceux des seconds vont croissant.

16De là découle notre seconde hypothèse : pour un groupe dont les revenus diminuent, le capital humain perd son pouvoir explicatif dans la perception que les individus ont de leurs position sociale ; en outre, plus cette tendance à la baisse est prononcée, plus la défaillance du capital humain est marquée.

Chômage des xiagang et stabilité sociale

17De nombreuses études ont montré que l’augmentation du taux de chômage avait un impact sur la stabilité sociale. Bo Yibo, dans une étude menée peu après l’établissement de la République populaire de Chine, alors que le taux de chômage se situait à un niveau sans précédent (1950-1952), affirme : « La crise économique du printemps et de l’été 1950 a mis les industries et commerces privés en difficulté, et beaucoup ont été contraints à la faillite. Ainsi a-t-on recensé dans les 14 plus grandes villes du pays, 2 945 fermetures d’usine. Dans le même temps, 9 345 commerces dans les 16 plus grandes villes ont connu des arrêts partiels d’activité. Ceci a entraîné la mise au chômage de plusieurs millions de personnes dont la rancœur est perceptible, “le désespoir et le mécontentement se répandent rapidement parmi une partie des ouvriers ainsi que la population pauvre des villes” »17.

18Un lien est fréquemment établi entre chômeurs ou sans-emploi et criminalité : « Selon les statistiques de la police de Shanghai, Tianjin et Nanjing sur une période d’à peine un an, soit de juillet 1993 à juin 1994, 56,4 % des brigandages, des bagarres, des viols… dans ces villes ont été commis par des jeunes chômeurs ou des xiagang»18. Certains chercheurs sont même allés jusqu’à affirmer que le groupe représentant la plus grande menace pour la stabilité sociale et politique ne sont pas les catégories les moins bien loties, soit les pauvres des villes ou des campagnes, mais bel et bien les chômeurs et les xiagang des entreprises d’Etat. Leur mécontentement est en effet le plus fort, en raison d’une dégradation à la fois absolue et relative de leur condition sociale19. Lipset défend, dans ses travaux sur l’opinion politique des ouvriers démunis, le même point de vue : « Plus une personne manque d’expérience et de sentiment de stabilité, plus elle sera encline à accepter des opinions politiques simplistes, à ne pas comprendre des opinions divergentes, à ne pas adhérer aux principes fondamentaux de la tolérance, et enfin à adhérer à des idées progressistes visant à réformer le système politique »20.

19D'après notre enquête, malgré une forte homogénéité des attitudes sociales, certaines différences entre les xiagang sont difficilement explicables par leur situation économique ou le fait qu’ils soient ou non sans emploi. En effet, d'autres travaux conduits dans différentes villes montrent qu’entre 30 % et 60 % des xiagang ont une activité rémunérée. Dans la ville de Fushun, les statistiques du bureau du travail et de celui de la sécurité sociale établissent qu’environ 50 % de xiagang ont une nouvelle activité « stable » ; 20 % « n’ont pas d’activité stable mais trouvent souvent du travail » ; 10 % « n’ont pas d’activité stable » et sont fréquemment sans activité ; 20 % seulement « n’ont rien trouvé à faire ».

20De nombreux travaux font un lien entre l’accroissement du capital humain et une attitude sociale rationnelle et mesurée. Notre enquête montre au contraire que le mécontentement envers la société émerge plus facilement parmi les xiagang qui ont eu une scolarité plus longue mais qui ont aujourd’hui un bas niveau de revenu et de reconnaissance sociale. La non valorisation du capital humain qui engendre une baisse de revenu et de statut social renforce le mécontentement de cette catégorie de xiagang. Notre troisième hypothèse est : pour une catégorie sociale dont le revenu diminue, plus la perte de pouvoir explicatif du capital humain sur l’évolution du revenu et du statut social est importante, plus cette catégorie sociale sera mécontente à l’égard de la situation sociale actuelle.

Relation entre capital humain et projet de vie

21La situation sociale d’un individu est conditionnée par des facteurs structurels ou politiques indépendants de sa propre volonté, mais il possède une marge de manœuvre pour faire évoluer son avenir personnel en s’appuyant notamment sur ses capacités intellectuelles, sa persévérance ou son habileté à saisir les opportunités. Dans une société en développement rapide et en transition vers l’économie de marché, cette marge de manœuvre est croissante en raison de la place de plus en plus importante prise par le capital humain. Dans un tel contexte, pour éviter une rupture ou un manque de valorisation du capital humain, il est indispensable de renouveler ses connaissances. Dès lors, une formation pourrait permettre aux chômeurs ou aux xiagang de mieux répondre aux besoins du marché en réorientant leur savoir-faire et leurs connaissances techniques. Notre quatrième hypothèse de travail est que dans un groupe social dont le revenu est en baisse, les individus qui ont changé de travail ou pratiqué différents métiers réussissent mieux à se reconvertir.

Données statistiques et présentation des variables

Sources des données statistiques

22Notre recherche s’est déroulée entre la fin août et la mi-septembre 2002, dans quatre villes de la province du Liaoning, Fushun, Benxi, Chaoyang et Fuxin, possédant des caractéristiques similaires. Toutes les quatre connaissent une population nombreuse de xiagang, font face à des problèmes de reconversion industrielle et l’épuisement de leur ressources naturelles. Les enquêtes ont été menées par entretiens et questionnaires. Les entretiens se sont déroulés à l'occasion de réunions rassemblant des membres de centres de recherche du gouvernement, des bureaux de la sécurité sociale, des comités de planification, des bureaux des statistiques, des syndicats, de la fédération des femmes, des comités de quartiers. Des entretiens ont également été réalisés à l'occasion de visites au domicile de familles de xiagang dont la situation paraissait particulièrement difficile.

23Notre échantillonnage pour les questionnaires a été élaboré de la façon suivante. Nous avons tout d’abord décidé que chaque ville constituait un échantillon distinct. Ensuite nous avons voulu éviter d’uniformiser les réponses par un échantillonnage dont l’unité aurait été l’entreprise. Pour ce faire, nous avons choisi au hasard, sur base de répertoires fournis par l’administration, 38-40 quartiers dans lesquels nous avons sélectionné de manière aléatoire 6-7 ouvriers xiagang pour répondre à nos questionnaires. Au total, nous avons interrogé 1 110 ouvriers et 995 questionnaires ont été validés (90 %)21.

Les variables

24Les principales variables indépendantes ou explicatives sont : le niveau d’éducation (mesuré par le nombre d’années d’étude, le diplôme obtenu ou le niveau de connaissance technique) ; l’âge ; le niveau de connaissance technique, l'appartenance ou non au Parti communiste, le sexe, le nombre d'heures de travail rémunérées.

25Les variables dépendantes ou expliquées sont les suivantes : le revenu précédant le chômage ; le revenu déclaré par le xiagang quand il retrouve un emploi ; l’identification sociale (perception de sa propre position sociale), le degré d’instabilité sociale. Les variables comme «l’identification sociale » et « le degré d’instabilité sociale» sont subjectives, elles découlent d'opinions personnelles. L’» identification de classe » est mesurée par une échelle de 6 catégories en fonction desquelles la personne interrogée se positionne22. Le degré de « stabilité sociale » est une appréciation subjective de l’interviewé, il est fonction d'éléments tels que « l’attitude face à l’utilisation de la pétition collective », « l’appréciation du degré de justice sociale », « l’appréciation des relations entre les dirigeants et les masses », « la perception du degré de prospérité économique locale », « la perception du délai de résolution du problème du chômage ».

Recherches et résultats

Le capital humain dans la détermination du revenu

26Le revenu des employés dépend de multiples facteurs. Au niveau collectif, il est le résultat par exemple des différences entre entreprises et entre secteurs d’activité. Au niveau individuel, il est déterminé par la fonction, l’ancienneté, la quantité d’heures supplémentaires. Notre recherche se centre sur l’impact du capital humain sur le niveau de rémunération. Ce qui revient à poser la question suivante dans le cas spécifique des xiagang : quel est l’impact du capital humain accumulé sur le revenu avant la perte d'emploi et après le chômage ?

27Le tableau 2 présente l’influence du capital humain sur le revenu des interviewés. Les variables indépendantes « le sexe » et « l'appartenance ou non au Parti » sont hautement significatives avant comme après la période de chômage. Les hommes gagnent plus que les femmes et les membres du Parti gagnent plus que les non-membres ; ces résultats ont été également démontrés dans d’autres enquêtes23.

28Le modèle 124 montre que la variable éducation a une influence significative sur le salaire mensuel d’avant la perte d'emploi. Plus le nombre d’années d’éducation est important, plus le capital humain accumulé est significatif et plus le salaire mensuel d’avant la perte d'emploi est élevé25. Dans ce premier modèle, la variable âge a aussi une influence significative : plus l’âge d’un individu est élevé, plus le salaire mensuel d’avant la perte d'emploi est important. Dans les entreprises d’Etat, l’âge équivaut à l’ancienneté, facteur déterminant pour l’importance de la prime et le niveau des prestations sociales fournies par l’entreprise26. Si le niveau de connaissance technique ne contribue pas d’une manière significative à accroître le revenu des employés de niveau intermédiaire et débutant, il reste cependant significatif. Les ouvriers possédant des connaissances techniques bénéficient d’un revenu plus important que les employés sans formation spécifique.

29Si l’on considère le nombre d’années d’éducation, l’âge et le niveau de connaissance technique comme des éléments constitutifs du capital humain, le revenu d’un employé avant sa perte d'emploi est en adéquation avec son capital humain : plus celui-ci est élevé, plus la rémunération l’est.

2. Le revenu des xiagang

Agrandir

NB : Les astérisques indiquent le degré de significativité, trois astérisques correspondant au degré maximal (*** P<0,001 ; ** P<0,01 ; *P<0,05).
Les résultats ont été obtenus par la méthode des moindres carrés ordinaires (MCO).
(1) Groupe de référence : école primaire et en deçà.
(2) Groupe de référence : autres personnels.
(3) Groupe de référence : sans grade.

30Dans la rubrique « situation professionnelle antérieure à la mise à pied », le groupe de référence « autres personnels » comprend le personnel de l’administration et des établissements d’utilité publique rattaché à l’entreprise.

31Toutefois, dans le modèle 2 du tableau 2, lorsque la variable expliquée devient le salaire mensuel d’après le chômage (le dernier salaire de l’emploi actuel), les résultats sont radicalement différents. Premièrement, la variable éducation cesse d’avoir une influence sur le revenu. En outre, la variable âge a un impact négatif sur le revenu : plus l’âge d’un individu est avancé, moins son nouveau revenu est élevé. Ces résultats sont donc différents de ceux du modèle précédent.

32Dans le but d’approfondir les résultats du modèle 2 qui semble confirmer l'hypothèse que le capital humain et l’âge affectent négativement le nouveau revenu d’après le chômage, nous avons testé deux autres modèles (3 et 4) qui portent sur les tranches d’âges des 20-40 ans et des 41–55 ans. Le modèle 3 permet d’affirmer que pour les xiagang entre 20 et 40 ans, les variables telles que le niveau d’éducation ou de connaissances professionnelles ainsi que l’âge ont perdu de leur pouvoir explicatif en ce qui concerne le revenu d’après le chômage. C’est uniquement pour le personnel ayant travaillé dans le management de l’entreprise que la situation professionnelle d’avant la perte d'emploi continue à jouer un rôle positif. Dans l’ensemble, le capital humain des xiagang a perdu son pouvoir explicatif sur le revenu d’après le chômage.

33Pour le modèle 4, les deux variables indépendantes, fortement significatives dans le modèle 3, que sont le sexe et l'appartenance ou non au Parti, ont aussi perdu leur puissance explicative pour les xiagang de la catégorie d’âge « 41-55 ans » qui ont dû interrompre leurs études en raison de la politique « d’envoi à la campagne » durant la Révolution culturelle. Il n’existe pas de corrélations statistiques entre le revenu d’après le chômage et le fait d’être un homme ou une femme, ou d’être ou non membre du Parti. En outre, la détention d’un diplôme de connaissances techniques supérieures influence négativement le niveau du revenu après une perte d'emploi, étant donné que les xiagang du secteur secondaire disposant d’un diplôme technique ont généralement un revenu inférieur dans leur nouvel emploi à celui qu’ils pourraient obtenir dans le secteur des services.

34Ce constat nous rappelle les propos d’un ancien travailleur modèle de 49 ans de la province de Jilin, recueilli à Changchun en 1999 : « Pendant très longtemps après être devenu xiagang, je n’ai pas trouvé de travail. Les premiers jours ont été particulièrement pénibles. J’ai dormi une semaine d’affilée. Mon épouse est presque handicapée et n’a aucune chance de trouver du travail. Nous étions employés de l’usine de porcelaine où les chaînes de productions sont particulières, je n’avais pas d’expérience de travail dans d’autres entreprises, c’est très dur de retrouver du travail. … C’est seulement la deuxième semaine, que je suis allé en ville pour chercher du travail. Chercher du travail, en réalité, c’était attendre les clients sur les trottoirs de la ville, car la seule chose que je pouvais faire, c’était repeindre les appartements. Un ami qui cherchait aussi du travail de cette manière m’a dit de venir avec lui et c’est ce que j’ai fait. Ce jour-là, personne n’est venu nous proposer du boulot, nous avons attendu en vain et nous sommes rentrés le soir en ayant dépensé l’argent du déjeuner et du transport. Le lendemain, nous sommes allés attendre dans un autre endroit, quelqu’un est venu nous proposer du travail pour une journée... »27.

35La portée sociologique de la non valorisation du capital humain dans la détermination du revenu des employés xiagang est importante. La croyance sociale en l’amélioration du revenu grâce à l’accumulation du capital humain et des efforts personnels constitue une condition importante de la mobilité sociale. Or, dans une situation de non valorisation du capital humain, les individus ont tendance à rechercher des causes sociétales ou politiques et non individuelles pour expliquer leurs difficultés actuelles.

L’impact sur l’identification sociale

36Dans notre enquête, seuls 1,1 % des xiagang se perçoivent comme appartenant aux classes « élevées » supérieures ou inférieures, 3,5 % pensent appartenir à la classe « moyenne supérieure » et 15,7 % à la classe « moyenne inférieure ». Enfin 35,2 % estiment faire partie des franges supérieures du plus bas de l’échelle sociale, alors que 44,5 % pensent appartenir aux groupes sociaux les plus défavorisés. Quelles sont les facteurs qui déterminent l’identification sociale des xiagang ?

3. Identification de classe des xiagang

Agrandir

NB : Les astérisques indiquent le degré de significativité, trois astérisques correspondant au degré maximal (*** P<0,001 ; ** P<0,01 ; *P<0,05).
Les résultats ont été obtenus par la méthode des moindres carrés ordinaires (MCO).
(1) Groupe de référence : sans formation.
(2) Groupe de référence : autres personnels. Ce groupe comprend le personnel de l’administration et des établissements d’utilité publique rattaché à l’entreprise.

37Les facteurs qui influencent significativement l’identification de classe des xiagang sont notamment « le salaire mensuel d’après le chômage » et « le salaire mensuel du conjoint » (voir tableau 3). La durée des études a perdu son pouvoir explicatif. Certes les diplômés du supérieur se considèrent plus facilement comme faisant partie d’une classe sociale plus élevée que les personnes sans formation, mais l’importance de ce groupe est faible parmi les xiagang.

38Les modèles 2 et 3 testent l’identification sociale des xiagang de sexe masculin. Abstraction faite de la variable relative à la situation professionnelle de leur épouse, c’est le salaire mensuel d’après le chômage qui constitue la variable indépendante ayant la plus grande puissance explicative. Dans le deuxième cas où l’on a introduit deux nouvelles variables indépendantes, soient les années d’éducation du conjoint et le salaire mensuel du conjoint, l’impact de la première n’est pas perceptible alors que celui de la seconde est hautement significatif d’un point de vue statistique.

39Les modèles 4 et 5 analysent l’identification sociale des femmes xiagang. Le modèle 4 montre que les variables indépendantes ayant la plus forte puissance explicative sont le salaire mensuel d’après le chômage et le nombre d’années d’études. Dans le modèle 5, nous avons introduit deux nouvelles variables, soient le niveau d’éducation et le salaire mensuel de l’époux, qui relativisent l’importance explicative de la variable niveau d'éducation. L’identification sociale des épouses est fortement déterminée par le revenu de leurs conjoints.

40Les modèles 6 et 7 permettent de comparer les facteurs déterminants de l’identification sociale pour les tranches d’âge des 20-40 ans et des 41-55 ans. Les xiagang âgés entre 41-55 ans, qui ont dû arrêter leurs études en raison de leur envoi à la campagne pendant la Révolution culturelle, ont une faible appréciation de leur position sociale en comparaison avec le groupe de référence » autres » ou des techniciens. Ce phénomène n’est pas aussi prononcé pour la tranche d’âge des 20-40 ans.

41De ces modèles, nous pouvons conclure que parmi les xiagang, hommes ou femmes, les principaux facteurs qui déterminent l’identification sociale sont le salaire mensuel d’après le chômage et le revenu mensuel du conjoint. On relèvera toutefois une différence notable pour les femmes qui s’identifient davantage à travers le revenu de leur conjoint. Le capital humain, en termes de niveau d’éducation, n’exerce généralement qu’une influence mineure. La perte de pouvoir explicatif du capital humain dans l’identification sociale est de surcroît plus marquée pour les individus dont la courbe de revenu est décroissante, c’est-à-dire pour les xiagang de la tranche d’âge 41-55 ans.  

L'impact sur le comportement social

42De manière générale, on estime que plus l’âge et le niveau d’éducation d’un individu sont élevés, plus il aura tendance à avoir un comportement social rationnel et à éviter la violence. Cependant, pour les xiagang, ces facteurs jouent différemment en raison d’une courbe de revenu décroissant. Nous définissons le « comportement social » comme une variable indépendante exprimée par une combinaison de sous-variables (le recours — ou non— à la pétition collective, l'opinion relative à la justice sociale, aux relations entre les cadres et la population, à la prospérité économique locale, à la résolution de la question des xiagang principalement). Nous appelons cette combinaison de variables le cœfficient d’instabilité sociale.

4. Le cœfficient d’instabilité sociale

Image4

NB : Les astérisques indiquent le degré de significativité, trois astérisques correspondant au degré maximal (*** P<0,001 ; ** P<0,01 ; *P<0,05).

43Dans le modèle 1 du tableau 4, le sexe et l'appartenance au Parti n’ont pas une incidence importante sur le cœfficient d’instabilité sociale. En revanche, les variables tels que l’âge, l’identification sociale, le salaire mensuel d’après le chômage, les années d’études et le temps de travail hebdomadaire ont une influence majeure. Contrairement au sens commun, plus un xiagang est âgé et plus longue a été sa formation, plus son cœfficient d’instabilité sociale est élevé, c'est-à-dire plus son mécontentement envers la société est fort et plus il est enclin à avoir des comportements violents. L’identification sociale est le facteur explicatif le plus puissant. Ce résultat vient renforcer la relation que nous avons établie entre la défaillance du capital humain et l’identification sociale.

44Les modèles 2 et 3 du tableau 4 mettent en évidence les différences dans le cœfficient d’instabilité sociale entre générations. Pour la tranche d’âge 41-55 ans qui connaît un manque de valorisation du capital humain particulièrement importante, la variable identification sociale a aussi l’impact le plus fort sur le cœfficient d’instabilité sociale, et le nombre d’années d’études ne fait qu'aggraver ce cœfficient.

45Pour un niveau de revenu donné, plus la formation d’un individu a été longue et plus il est âgé, plus il sera sensible aux inégalités de revenus. Il y sera d’autant plus attentif que sa propre trajectoire est descendante, d’où une probabilité plus forte d’avoir des comportements violents et de participer à des actions collectives. C'est donc les xiagang relativement âgés envoyés à la campagne durant la Révolution culturelle qui ont le plus besoin d’aide.

Une formation pour changer de travail ou de métier ?

46Le problème de la réinsertion des xiagang est la conséquence de la transformation complète des structures productives, marquée par une contraction des industries traditionnelles et par une forte expansion des nouvelles industries. Ces évolutions entraînent un changement d’appréciation des connaissances et des expériences professionnelles sur le marché du travail qui se traduit, pour certaines personnes, par un manque ou une absence de valorisation du capital humain qu’elles détiennent. Pour cette raison, il est important qu’un xiagang puisse suivre des stages de formation pour lui permettre de changer de travail ou de métier, et renouer ainsi avec la chaîne de l’accumulation du capital humain. Il faut permettre aux xiagang de transformer et renouveler leur savoir-faire et leurs connaissances techniques pour mieux répondre à la demande du marché. Une telle politique constitue donc une solution efficace pour les aider à surmonter leurs difficultés. À cet égard, notre enquête montre que les ouvriers ayant suivi une formation en vue de favoriser une réinsertion professionnelle ont plus de chance de retrouver un emploi avec un revenu décent.

47Les résultats statistiques de notre enquête montrent également que les ouvriers ayant suivi ce type de formation ont déjà connu une certaine amélioration de leur conditions de vie. Le tableau 5 rapporte deux questions qui explicitent les différences entre les xiagang ayant suivi une formation et ceux qui n'en ont pas suivi. À la question « Comment a évolué votre niveau de vie ces cinq dernières années ? », les réponses indiquant une amélioration sont relativement élevées, et celles indiquant une dégradation sont relativement faibles pour les personnes ayant suivi une formation. La formation est donc un facteur relativement positif dans la vie d’un xiagang et celle de sa famille.

48À la question « Quelles sont les différences entre votre revenu actuel comparé à celui d’avant votre perte d'emploi ? », les réponses ne montrent pas de différence majeure entre les ouvriers ayant suivi des stages de formation, et ceux qui n'en ont pas suivi pour ceux dont le revenu actuel est supérieur à celui d'avant la période de chômage. En revanche, pour ceux dont le revenu est identique ou inférieur, les différences sont marquantes. Le revenu d’après le chômage est donc légèrement supérieur pour ceux qui ont suivi des stages de formation.

5. Utilité des stages de formation visant à la réinsertion des xiagang

Image5

49Les stages de formation comme moyens de promouvoir et renforcer les capacités de travail sont offerts et montrés en exemple, mais ils n’ont pas de caractère obligatoire. Ce sont les xiagang eux-mêmes qui choisissent d’y participer ou non. Ces stages qui visent à améliorer leur connaissances sont toutefois perçus par les gouvernements locaux et les xiagang comme moins importants que les « aides sociales » (shenghuo butie). Pourtant les résultats de notre enquête montrent que la formation représente une aide plus efficace que les seules allocations d’aides sociales. Les allocations résolvent les problèmes immédiats, aident à sortir de la pauvreté, mais les chances d’y retomber sont très élevées.

50La non valorisation du capital humain également le comportement et l’identification sociale des xiagang. Les individus dont le capital humain n’est pas toujours reconnu ni valorisé, sont enclins à considérer que ni leur revenu et ni leur position sociale ne sont déterminés par leur niveau de compétence et leurs efforts mais sont au contraire déterminés par des facteurs sociaux. Ainsi, ceux qui ont un capital humain relativement élevé ont tendance à développer un mécontentement envers la société (shehui buman) plus fort. Autrement dit, ce ne sont pas les plus pauvres, mais ceux parmi les démunis dont la défaillance du capital humain est la plus marquée. Si les enchaînements dans l’accumulation du capital humain étaient restaurés, celui-ci pourrait être à nouveau exploité. Dans le cas contraire, ce capital accumulé représente au contraire un fardeau qui grève l'avenir des individus concernés.

51Notre enquête suggère qu’une partie des xiagang est en train de changer radicalement de comportement à l’égard de la société. Ils ne se reposent plus sur les politiques mises en place à leur intention, mais estiment qu’ils parviendront à changer leur vie par des efforts et des choix personnels. Ce sont précisément ces personnes-là dont les perspectives professionnelles évoluent positivement. Cela signifie également que, grâce à d’innombrables actions individuelles, les mécanismes de mobilité et d’ascension sociale sont en train de se transformer pour permettre la mise en place de nouvelles structures sociales de production et de travail.

52Le niveau de vie et de revenu des xiagang est comparable avec celui des migrants d’origine rurale dans les villes, mais ces derniers bénéficient, à la différence des xiagang, d’une croissance tendancielle de leur revenu marquée par un effet positif du capital humain. Il en découle que leur perception de l’avenir est positive. À l’inverse, les xiagang, en raison d’une tendance à la baisse de leur revenu et de la défaillance de leur capital humain, vivent particulièrement mal leurs difficultés. Cependant, les changements en cours peuvent contribuer à les faire passer d'une vision de l’histoire déterminée par des facteurs sociaux à une vision laissant plus de place aux choix individuels. Beaucoup de ceux faisant partie de la génération qui a été envoyée à la campagne ont réussi à transformer cette expérience traumatisante en une valeur positive s’ajoutant à leur capital humain et sont devenus des acteurs importants dans différents métiers ou secteur d’activité. Nous voulons croire que parmi les ouvriers xiagang, nombreux sauront trouver une solution à leurs difficultés actuelles.

53En raison d’une organisation du travail longtemps conduite par l’Etat, les xiagang se sentent aujourd’hui souvent complètement démunis face au nouveau fonctionnement de l’économie. Face à des possibilités de mobilité sociale ou de nouvelles opportunités d’emplois, les xiagang ne perçoivent souvent que leur manque de compétitivité. L’aide accordée aux xiagang dans un cadre juridique et réglementaire sous la forme d’indemnités et de subsides est, bien entendu, très importante car elle permet d’atténuer les difficultés auxquelles ils doivent quotidiennement faire face. Les stages de formation organisés devraient avoir pour but de les aider à améliorer leur capacité à choisir et à renouer les chaînes d’accumulation du capital humain. Hélas, dans bien des centres de formation, cet objectif n’est que formel et l’aide au réemploi prend la forme de l’ancienne « planification étatique » (danwei anpai).

54Nous devrions cependant réaliser que, dans un contexte de profondes mutations des relations entre l’Etat, le marché et la société, l’individu possède davantage de choix et de possibilités d’adaptation. Des stages ciblés de formation permettant aux xiagang d’améliorer leur capital humain et de renforcer leurs capacités de choix pour leur permettre ainsi d’être plus aptes aux conditions du marché de l’emploi, constituent le moyen le plus efficace de les aider. En effet, l’utilité de ces stages de formation et de réinsertion professionnelle a été prouvée à très large échelle dans le cadre d’autres expériences à l’étranger, tout comme l’importance de l’amélioration du capital humain pour réduire rapidement la pauvreté et prévenir les rechutes.

55Pour atteindre cet objectif, il faut d’une part accroître la part des dépenses de formation dans les budgets globaux d’aide destinés aux xiagang, et d’autre part améliorer leur efficacité en faisant par exemple des appels d’offre publique, encourageant aussi la participation d'intermédiaires de la société civile. Le taux de réinsertion professionnelle devrait dès lors être un des critères d’évaluation du rendement de ces investissements en formation. Une telle politique de formation comme moyen prioritaire d’aider les xiagang devrait aussi reposer sur des mesures d’accompagnement qui pourraient inclure des privilèges accordés aux personnes créant une entreprise, comme des réductions d’impôts, des facilités d’accès aux petits crédits, des allègements de procédures administratives. Il y a quelques années nous avions adopté de nombreuses politiques incitatives pour encourager l’enrichissement d’une partie de la population, aujourd’hui il est encore plus légitime d’en adopter pour aider les personnes en difficulté.

Haut de page

Notes

1 Chaque pays possède sa définition du « chômage ». Celle donnée par le Bureau international du travail (BIT) en 1982 fait référence. La définition est la suivante : un chômeur est une personne en âge de travailler (15 ans ou plus) qui répond simultanément à trois conditions : (1) être sans emploi, c'est à dire ne pas avoir travaillé, ne serait-ce qu'une heure, durant une semaine de référence ; (2) être disponible pour prendre un emploi dans les 15 jours ; (3) chercher activement un emploi ou en avoir trouvé un qui commence ultérieurement. La période de référence utilisée ici est d'un mois. Quant au terme de xiagang, il signifie, en premier lieu, la perte de l’ancien poste de travail mais le maintien d’une relation contractuelle avec une entreprise d’Etat ou collective ; en second lieu, ce sont des personnes qui reçoivent régulièrement une allocation (shenghuofei) versée par le centre de réemploi de l’entreprise d’Etat en question. En réalité, il existe encore une catégorie de personnes qui, tout en ayant quitté l’entreprise d’Etat, gardent avec elle une relation contractuelle et ne sont pas inscrites dans un centre de réemploi. Ces personnes, très nombreuses, sont définies comme des ligang zhigong (littéralement : employés ayant quitté leur poste de travail).  Cette flexibilité des formes adoptées par les entreprises pour réduire le surplus de main-d’œuvre a conduit à définir deux catégories statistiques lors du recensement des effectifs, d’une part les « employés ayant un poste de travail » (zaigang zhigong) et d’autre part les « employés sans poste de travail » (bu zaigang zhigong).
2 Département de la population et de la technologie du Bureau national des statistiques, « Xiagang ji xiagang tongji yanjiu » (Xiagang et étude statistique des xiagang), Tongji yanjiu (Etude statistique), nº 3, 1999. Li Chunling, « Wenhua shuiping ruhe yingxiang renmen de jingji shouru. Dui muqian jiaoyu de jingji shouyi shuai de kaocha » (Influence du niveau d’éducation sur les revenus des individus. Enquête sur le rendement économique de l’éducation actuelle), Shehuixue yanjiu (Analyse sociologique), nº 3, 2003. Li Peilin, « Lao gongye jidi de shiye zhili : hou gongye hua he shichanghua — Dongbei diqu jiu jia daxing guoyou qiye de diaocha » (Gestion du chômage dans des anciennes bases industrielles : post-industrialisation et marchandisation. Enquête dans neuf entreprises d’Etat du Nord-Est), Shehuixue yanjiu (Analyse sociologique), nº 4, 1998. Zhang Yi, « Shou jiaoyu shuiping dui laonian tuixiu renyuan zai jiuye de yingxiang » (L’influence du niveau d’éducation sur le réemploi des retraités), Zhongguo renkou kexue (Population chinoise), nº 4, 1999.
3 Glen H. Elder, Children of the Great Depression, Chicago, University of Chicago Press, 1974.
4 Zhou Xueguang et Hou Liren, « Children of the Cultural Revolution : the State and the Life Courses in the People’s Republic of China », Americain Sociological Review, 1999, vol. 64, pp. 12-36.
5 Theodore W. Schultz, Investment in Human Capital, New York, Free Press, 1971 ; G.S. Becker, Human Capital, Chicago, University of Chicago Press, 1994.
6 Peter Blau, et Otis Dudley Duncan, The Americain Occupational Structure, New York, Wiley, 1967 ; Donald J. Treiman et Kam-Bor Yip, « Educational and Occupational Attainment in 21 countries », in Melvin Kohn (éd.), Cross-National Research in Sociology, Newbury Park, Sage, 1989 ; Robert Erikson et John H. Goldthorpe, The Constant Flux : A Study of Class Mobility in Industrial Societies, Oxford, Clarendon Press, 1993 ; Rod Bond, and Peter Saunders, « Routes of Success : Influences on the Occupational Attainment of Young British Males », The British Journal of Sociology, 1999, 50 (2), pp. 217-249.
7 Bian Yanjie et Zhang Kaixin, « Shichanghua yu shouru fenpei dui 1988 he 1995 nian chengshi zhuhu shouru diaocha de fenxi » (Le passage à l’économie de marché et la répartition des revenus [en Chine]. Une analyse des revenus urbains entre 1988-1995), Zhongguo shehui kexue (Sciences sociales en Chine), nº 5, 2002.
8 Zhang Yinghua, Xue Chengtai, et Huang Yizhi, « Jiaoyu fenliu yu shehui jingji diwei » (L’éducation et le statut socioprofessionel), Taiwan, Jiaogai yekan (Magazine d’éducation), AB09, 1996.
9 V. Yakubovish and I. Kozian, « The Changing Significance of Ties : An Exploration of Hiring Channels in the Russian Transitional Labor Market », International Sociology, 2001, 15, pp. 475-500.
10 Zhao Yandong, Xiagang zhigong de shehui ziben yu zai jiuye (Le capital social des xiagang et le réemploi), thèse de doctorat, 2001, Académie des sciences sociales, p. 63.
11 Leonard Beeghley, The Structure of Social Stratification in the United States, Boston, Allyn and Bacon, 1996.
12 Mancur Olson, The Logic of Collective Action : Public Goods and the Theory of Groups, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1980.
13 P. Blau, and O. D. Duncan, op. cit.
14 Zhang Yinghua, Xue Chengtai et Huang Yizhi, op. cit., pp. 97-99.
15 Huang Yizhi, Shehui jieceng, shehui wangluo yu zhuguan yishi (Classes sociales, réseaux et conscience), Taiwan, éditions Juliu, 2002, pp. 38-39.
16 Li Peilin, Zhang Yi, Zhao Yandong, Jiuye yu zhidu bianqian – liang ge teshu qunti de qiushi guocheng (Emploi et réforme – le processus de recherche d’emploi de deux groupes sociaux), Editions populaires du Zhejiang, 2000, pp. 162-163.
17 Bo Yibo, Ruogan zhongda juece yu shijian de wenti (Révision de certaines politiques et événements majeurs de l’histoire), première partie, Editions de l’Ecole du Parti, 1991, pp. 94-95.  
18 Wang Dahai, Tiaozhan shiye de Zhongguo (Défier la Chine du chômage), Pékin, Editions du Jingji ribao, 1999, p. 69.
19 Kang Xiaoguang, « Weilai 3-5 nian Zhongguo dalu zhengzhi jidingxing fenxi » (Analyse de la stabilité politique de la Chine dans les 3-5 ans à venir), Zhanlue yu guanli (Stratégies et gestion), nº 3, 2002.
20 Seymour M. Lipset, Political Man : the Social Bases of Politics, traduit par Zhang Shaozong, Editions populaires de Shanghai, 1997, p. 89.
21 En raison de la grande mobilité des xiagang, les enquêtes menées par le passé ont souvent été basées sur un choix délibéré d’échantillon. Cette recherche constitue une des premières études qui respectent les normes de la méthodologie d’échantillonnage et dont les résultats chiffrés sont fiables. Même si ces données sont des données régionales, notre insistance sur les actions réciproques entre les différentes variables est en principe généralisable.
22 Les choix possibles sont : supérieur-élevé, supérieur-bas, moyen-supérieur, moyen-inférieur, inférieur-supérieur et inférieur-bas. Cette classification a été mise au point par Richard Centers, The Psychology of Social Classes : A study of Class Consciousness, Princeton, Princeton University Press, 1949, p. 233.
23 Bian Yanjie et Zhang Kaixin, op. cit.
24 Les résultats ont été obtenus par la méthode des moindres carrés ordinaires (MCO) qui permet d’isoler l’impact d’une variable explicative en contrôlant les autres dimensions.
25 L’enquête qu'ont menée Xie Yu et Han Yimei sur les différences de revenus urbains pendant la période 1988-1995 montre que, malgré l’existence d’une relation positive entre éducation et revenu en raison d’une répartition uniformisée des primes et des subsides, l’accroissement économique récompense d’une manière décroissante à l’éducation [Xie Yu, Han Yimei, « Gaige shiqi Zhongguo chengshi jumin shouru bu pingdeng yu diqu chaju » (L’inégalité salariale de la population urbaine et différences régionales en période de réforme en Chine), in Zhai Bianyan (dir.), Shichang zhuanxing yu shehui fenceng (Transformation de l’économie et classification sociale, Sanlian, 2002, pp. 460-508]. Les recherches de Lai Desheng ont montré que, de 1988-1995, l’efficacité de l’éducation est passée de 3,8 % à 5,7 %, et que l’efficience de l’éducation est supérieure à celle de l’ancienneté [Lai Desheng, « Jiaoyu, laodongli shichang yu shouru fenpei » (Education, marché de l’emploi et distribution de revenu), in Zhai Desheng (éd.), Zhongguo jumin shouru fenpei zai yanjiu (Se pencher à nouveau sur la distribution des revenus en Chine), Edition d’économie et de finance, 1999, pp. 451-474].
26 Zhang Yi, Guoyou qiye de jiazuhua (Paternalisation des entreprises d’Etat), Editions Archives des sciences humaines, 2002, pp. 190-200.  
27 Li Peilin, Zhang Yi, Zhao Yandong, op. cit., pp. 323-324.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Li Peilin et Zhang Yi, « La réinsertion professionnelle des « xiagang » », Perspectives chinoises [En ligne], 81 | janvier-fevrier 2004, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 26 mai 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/1202

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page