Navigation – Plan du site
Réchauffement climatique: l'enjeu chinois

Editorial

Jean-François Huchet

Texte intégral

1Avec un taux de croissance annuel de son PIB beaucoup plus élevé que les 7% à 8% annoncés par le Gouvernement au début de la décennie, et malgré des efforts importants réalisés ces dernières années en matière d’économie d’énergie, la Chine se retrouve propulsée plus rapidement que prévu au coeur de la problématique mondiale du réchauffement climatique. Elle devrait, dès 2007, dépasser les États-Unis pour devenir le plus gros émetteur de dioxyde de carbone au monde en valeur absolue. Or, à la différence des problèmes environnementaux touchant l’eau, l’air ou les sols, les émissions de gaz à effet de serre d’un nombre limité de pays sont susceptibles d’engendrer des dommages irréversibles à l’échelle de la planète. Historiquement, ce sont effectivement les pays les plus industrialisés avec, au premier rang, les États-Unis, les membres de l’Union Européenne et le Japon qui ont été les principaux responsables du réchauffement climatique lié à l’activité humaine, la Chine ne pesant que 9,3% du total des émissions entre 1950 et 2002. Mais la situation est en train de se renverser rapidement. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) estime, en effet, qu’en 2030 les émissions de gaz à effet de serre chinois pourraient être le double du total des émissions des pays industrialisés1. Ainsi, la Chine avec quelques grands pays émergents comme l’Inde, le Brésil ou la Russie, se retrouve désormais au coeur d’un dilemme éthique, économique et diplomatique : comment assurer un développement économique légitime sans ruiner les efforts de résolution, à l’échelle internationale, du problème du réchauffement climatique incarnés aujourd’hui dans le Protocole de Kyoto ?

2C’est autour de ce dilemme aux multiples facettes que nous avons organisé ce dossier. Le premier article, de Jean-Paul Maréchal et de Jean-François Huchet, dresse un tableau général en analysant la dimension éthique et économique de ce dilemme ainsi que le sentier diplomatique fort étroit des négociations internationales sur le climat dans le contexte très probable d’une croissance économique chinoise extrêmement soutenue dans la décennie à venir.

3L’article d’Alexandra Tracy, de Kate Trumbull et de Christine Loh, qui porte sur le grand delta de la rivière des Perles, montre que, sans une réaction rapide et coordonnée des pouvoirs publics, les répercussions du réchauffement climatique pourraient être très graves sur la plus grande région industrielle de la Chine qui, rappelons-le, pèse 10% du PIB chinois et 30% des exportations chinoises. L’article de Nathalie Rousset, quant à lui, se concentre sur l’impact agricole avec une analyse des répercussions potentielles d’une augmentation des températures dans la Chine du nord. L’auteure y montre que l’impact sur les ressources en eau et sur la production agricole pourrait affecter sévèrement cette région qui abrite 42 % de la population chinoise et représente 60 % des terres arables. Il était important de rappeler, avec ces deux textes, que la Chine ne sera pas uniquement responsable du réchauffement climatique, mais qu’elle en sera également une victime. Cela constitue paradoxalement une chance pour le reste du monde car le gouvernement chinois, craignant de voir la croissance se ralentir, va devoir, de toute urgence, mettre en place des politiques plus respectueuses de l’environnement qui auront un impact sur les émissions de gaz à effet de serre.

4Parmi ces politiques, celles destinées à produire du charbon propre et à construire des villes moins émettrices de gaz à effet de serre nous apparaissent déterminantes dans la capacité de la Chine à devenir un acteur crédible et responsable dans les négociations internationales sur le climat. L’article de Jean-Marie Martin Amouroux sur le charbon rappelle que l’équation ne sera pas facile à résoudre. D’ici 2030, la Chine va dépendre encore très largement du charbon pour ses gigantesques besoins énergétiques. Pour tenir ses objectifs en matière d’émission de dioxyde de carbone et produire du charbon propre à grande échelle, les pouvoirs publics vont devoir, très rapidement, promouvoir des solutions technologiques dont la viabilité économique et la diffusion auprès des producteurs sont loin d’être encore assurées. Julien Allaire analyse les politiques de construction de logements et des transports. Les perspectives semblent plus favorables dans ce dernier domaine, même s’il reste de grandes incertitudes, notamment sur la généralisation de « moteurs verts » dans l’industrie automobile chinoise alors que le parc de véhicules deviendra l’un des plus importants de la planète d’ici 2030.

5Les trois textes suivants analysent comment la Chine va s’intégrer, et très probablement bouleverser les négociations internationales sur le réchauffement climatique. Béatrice Quenault rappelle le cadre général non contraignant dans lequel les pays en développement ont intégré le Protocole de Kyoto2. Elle analyse également comment l’architecture post-2012 devra faire une place à la Chine et à l’Inde qui concilie leur volonté légitime de développement tout en les contraignant à limiter leurs émissions de gaz à effet de serre. L’article de Michal Meidan traite de la diplomatie chinoise et montre comment les facteurs domestiques ont très largement influencé la position chinoise qui refuse de se voir imposer, dans le cadre d’un accord international, des quotas d’émission de gaz à effet de serre. Mais Michal Meidan indique également que la position chinoise est loin d’être stabilisée. Le gouvernement chinois pourrait évoluer au gré de pressions diverses et parfois contradictoires, il est vrai plus nationales qu’internationales, même si la Chine sait désormais qu’elle est devenue, avec les États-Unis, le principal acteur des négociations post-Kyoto et qu’elle devra accepter quelques concessions. Philippe Delhaise, qui dirige l’une des principales entreprises spécialisées dans le montage de projets utilisant le Mécanisme de développement propre (MDP) mis en place dans le Protocole de Kyoto, décrit les avancées et les limites du MDP et analyse comment la Chine est devenue, en l’espace de quelques années, le plus grand récipiendaire de transferts financiers issus du MDP provenant des pays industrialisés.

6Enfin, l’article de He Gang décrit une population chinoise qui commence timidement à prendre conscience et à s’emparer de la question du réchauffement climatique pour lancer quelques actions sur les économies d’énergie. Les initiatives des ONG chinoises, même si elles sont appelées à se développer dans les années à venir, n’en demeurent pas moins, pour le moment, encore très limitées au regard de ce qui se passe dans le reste du monde, notamment en Inde. Le contrôle politique sur l’action de la société civile en Chine et l’absence de coordination entre les différentes ONG opérant dans le secteur de l’environnement freinent, pour l’heure, ces initiatives. La participation active de la population chinoise sera néanmoins nécessaire dans la mesure où la bataille contre le réchauffement climatique va, comme l’a rappelé récemment le Premier ministre Wen Jiabao3, se livrer sur le terrain des économies d’énergie.

Haut de page

Notes

1 Jim Yardley, « China Climate Plan Omits Emissions Caps », International Herald Tribune, 5 juin 2007
2 La plupart des pays en développement ont signé et ratifié le Protocole de Kyoto, mais à la différence des pays industrialisés signataires, ils n’ont pas à respecter de quotas d’émission de gaz à effet de serre.
3 Discours d’ouverture de la session parlementaire de l’Assemblée nationale du peuple en mars 2007.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Huchet, « Editorial », Perspectives chinoises [En ligne], 2007/1 | 2007, mis en ligne le 31 mars 2008, consulté le 19 août 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/1173

Haut de page

Auteur

Jean-François Huchet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org