Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Kjeld Erik Brodsgaard et Zheng Yongnian (éd.), The Chinese Communist Party in Reform

Londres, Routledge, 2006, 268 p.
Wu Guoguang

Texte intégral

1Si la Chine a connu de profondes mutations avec l’introduction des réformes économiques et la transition vers l’économie de marché à la fin des années 1970, le Parti communiste chinois (PCC) est une survivance du passé dont l’influence s’exerce dans le domaine politique comme dans de nombreux autres aspects de la vie quotidienne en Chine. Ce simple fait a pendant longtemps été pratiquement ignoré, intentionnellement ou non, dans les travaux de recherche sur la Chine. Ces derniers s’intéressent surtout aux réformes menées tambour battant que d’aucuns considèrent comme le moyen de réduire la marge de manœuvre du PCC. Ces attentes ne sont pas totalement injustifiées puisque le PCC lui-même serait en cours de réforme. Il convient toutefois de souligner que ces réformes sont mises en œuvre par le Parti dans l’unique but de maintenir, voire d’affermir, sa mainmise sur la sphère politique, et non pour s’ouvrir au multipartisme et à la participation populaire censés aller de pair avec la transition vers l’économie de marché. Comment, dans ce contexte, évaluer la position actuelle du Parti et les actions qu’il entreprend pour évoluer tout en en gardant le contrôle sur la Chine de la période post-réforme ? L’ouvrage collectif dirigé par Kjeld Erik Brodsgaard et Zheng Yongnian est tout indiqué pour répondre à cette question.

2Les auteurs, tous formés en Occident malgré leurs origines et parcours très divers, et vivant majoritairement dans la région Asie-Pacifique et en Europe (pour l’anecdote, seul l’un d’entre eux réside aux Etats-Unis) sont bien choisis pour traiter ce thème, leurs compétences respectives s’exprimant plus particulièrement dans chacun des douze chapitres qui constituent l’ouvrage. L’agencement des textes permet de dégager trois grands thèmes : le rôle du Parti dans le développement économique, social et politique de la Chine d’aujourd’hui ; les ajustements organisationnels opérés par le Parti face à une société en transition qui réclame un mode de gouvernement moderne ; enfin, l’appareil et le mode de fonctionnement du Parti. Bien que de qualité parfois inégale, la plupart de ces textes sont solidement argumentés.

3Le chapitre d’Andrew Walder adopte une perspective comparative, replaçant la Chine dans le contexte plus large des anciens régimes communistes, et propose une approche sociologique des schémas de mobilité des élites politiques chinoises. Pour lui, le PCC est potentiellement un acteur, plus que l’objet, de la transition politique à venir. Ce point de vue optimiste est partagé par une partie des auteurs ayant contribué à  l’ouvrage.

4Spécialiste aguerri de la Chine, John Burns revient ici à son domaine de prédilection : le système de la nomenklatura. Il constate qu’en dépit d’un contexte nouveau, l’organisation du PCC présente une continuité frappante avec le passé. Menée sous un angle plus institutionnel, son analyse de l’élite du Parti l’amène à s’interroger sur l’avenir de celui-ci et offre une alternative intéressante à la démonstration de Walder.

5Les deux piliers de soutènement du régime communiste, à savoir l’institution traditionnelle qu’est l’Armée de libération populaire (ALP) et l’instrument de gouvernance moderne qu’est la législation, sont passés en revue respectivement par You Ji et Zou Keyuan.  You affirme que la nature de la relation entre l’ALP et le PCC s’est modifiée au cours des années 1990. Quant à Zou, il décrit le contrôle démesuré qu’exerce le Parti sur la législation et la juridiction. La mise en regard de ces deux chapitres révèle une contradiction typique des travaux récents sur la Chine : c’est là où s’exerce traditionnellement la prépondérance du Parti que des développements prometteurs se révèlent parfois. Inversement, c’est souvent là où l’on croit voir décliner son influence que la vieille machine du Parti, parée de nouveaux habits mais fonctionnant sur le mode qui a toujours été le sien, conserve sa mainmise.  

6Les trois chapitres suivants s’intéressent au système de formation et de management des cadres du Parti. Kjeld Brodsgaard choisit une micro-étude de cas dans la zone de développement économique de Yangpu dans la province de Hainan. Décrivant le rôle joué par le système de bianzhi, il rappelle que le management des cadres constitue pour le Parti un instrument de contrôle de l’administration publique. Maria Heimer décrit le système de responsabilité des cadres comme instrument de mise en œuvre des politiques censées refléter la volonté du Parti de moderniser le pays en agissant prioritairement « au service du peuple » et selon le principe de « développement équilibré ». Dans une conclusion en demi-teinte, elle s’interroge sur la capacité d’adaptation du Parti aux réformes. C’est ce même thème, illustré par la réforme de la formation des cadres au sein de l’École centrale du parti, qui est à l’honneur dans le chapitre d’Ignatus Wibowo et Lye Liang Fook.

7Les deux chapitres suivants introduisent la dimension sociétale des rapports qu’entretient le PCC avec divers groupes sociaux auprès desquels il a le souci de redorer son blason. Deux chapitres sont consacrés à la relation entre le Parti et la classe ouvrière urbaine, laissant de côté d’autres groupes sociaux d’importance tels que les paysans et les entrepreneurs. Il apparaît dans le chapitre de Takahara Akio et Robert Benewick que le Parti exerce une certaine influence dans les communautés urbaines, mais qu’il est également confronté aux défis de la transition vers l’économie de marché. Le chapitre de Cai Yongshun, consacré au pouvoir des ouvriers, décrit une situation en contradiction avec les déclarations du PCC : ce dernier se définit traditionnellement comme « l’avant-garde de la classe ouvrière » et se targue de faire bénéficier l’ensemble de la population des bienfaits découlant de la réforme économique. Pourtant, la classe ouvrière chinoise est aujourd’hui en plein déclin, tant en termes de pouvoir politique que de bien-être économique. Ces différents points de vue nous permettent de saisir la complexité d’une situation que certains chapitres précédents ont parfois essayé d’aplanir en dressant le portrait d’un PCC qui « évolue avec son temps » (yushi jujin), pour reprendre le slogan du Parti lui-même. Si le Parti a la capacité de réaffirmer son pouvoir et son influence sur la société chinoise, il ne s’agit pas nécessairement d’un ajustement positif à la Chine de l’ère post-réforme. Le ralliement du Parti à la cause des nouveaux riches est largement salué comme le franchissement d’une nouvelle étape. Mais une telle étape ne peut être considérée comme positive si elle a pour conséquence pour ce Parti, seule structure apte à prendre en compte et à intégrer différents intérêts, de s’aliéner une partie aussi importante de la population chinoise que celle constituée par la classe ouvrière et les paysans.

8Pour assurer un développement « équilibré », la démocratisation politique doit être inscrite à l’ordre du jour. Le PCC sera–t-il démocratisé ? Soutiendra-t-il la démocratisation de la Chine ? Autant de questions que les trois derniers chapitres envisagent sous des angles divers. He Baogang place ses espoirs dans la réalisation de la démocratie au sein du Parti, mais les arguments concrets dont il dispose se révèlent un peu minces. Pour Chien-min Chao et Yeau-tarn Lee, l’expérience taiwanaise de transition d’un régime à parti unique à une démocratie peut servir de modèle à la Chine. Zheng Yongnian replace, quant à lui, le PCC dans le contexte plus large de la transformation démocratique de la Chine en tant que nation, proposant une fine analyse des rapports de classes et de leur influence sur une démocratisation à venir. Au final, c’est un ouvrage bien construit qui enrichit véritablement la réflexion actuelle sur l’évaluation de la transition politique chinoise et du rôle tenu par le PCC dans cette transition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wu Guoguang, « Kjeld Erik Brodsgaard et Zheng Yongnian (éd.), The Chinese Communist Party in Reform », Perspectives chinoises [En ligne], 97 | septembre-décembre 2006, mis en ligne le 08 juin 2007, consulté le 25 mars 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/1084

Haut de page

Auteur

Wu Guoguang

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page