Navigation – Plan du site
Littérature

Les mouvements poétiques à Taïwan des années 1950 à la fin des années 1970

Ruptures et continuités
Alain Leroux

Résumé

La période qui va du début des années 1950 à la fin des années 1970 représente l’époque constitutive, militante, de la poésie moderne à Taïwan, qui s’écrit sous et contre l’ombre tutélaire de la poésie classique, qu’elle finit par remplacer dans l’attente du public. C’est la période où elle crée son langage et conquiert son espace, et au terme de laquelle elle prend sa place dans l’ensemble des activités culturelles contemporaines. À une époque où, pour reprendre l’expression de Yü Kwang-chung 光中, « les poètes ne pouvaient pas ne pas s’allier1 », les revues, et les mouvements dont elles sont l’émanation ou le lieu de ralliement, jouent un rôle essentiel dans la réflexion sur la nature et le rôle de la poésie contemporaine, comme dans l’élaboration de sa langue. Chacune de ces revues, outre les poèmes qu’elle publie, les auteurs qu’elle présente, les traductions d’œuvres étrangères qu’elle fait connaître, exprime des choix théoriques fortement marqués qui ont contribué à créer cet objet qu’on appelle désormais à Taïwan le poème moderne (現代詩 xiandaishi).

Haut de page

Notes

1 Lo Men et al, (éd.), Xingkong wuxian lan (Un firmament infiniment bleu), Taipei, Editions Erya, 1986, p. 5.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Leroux, « Les mouvements poétiques à Taïwan des années 1950 à la fin des années 1970 », Perspectives chinoises [En ligne], 97 | septembre-décembre 2006, mis en ligne le 08 juin 2007, consulté le 25 avril 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/1078

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page