Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Mei Zhang, China’s poor regions. Rural-urban migration, poverty, economic reform and urbanization.

Marc Gurgand

Résumé

Migration et pauvreté sont certainement deux phénomènes indissociables dans la Chine contemporaine. La pauvreté reste d’actualité en Chine malgré un recul rapide rendu possible au cours des dernières décennies par la croissance et la mise en place de politiques adaptées.  En chiffre absolu (environ 30 millions de personnes), la pauvreté reste importante et se concentre dans des zones qui semblent être exclues de la vague de prospérité occasionnée par les réformes économiques : zones rurales reculées et régions peuplées par les minorités. La pauvreté en tant que telle est seulement l’un des aspects d’une croissance déséquilibrée qui devient une source d’inquiétude – y compris à la tête de l’Etat.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Elsa Chalaux

Texte intégral

1Le développement inégal d’une région à l’autre est la cause principale de la migration de masse. Malgré le système de hukou, qui entrave la migration et la rend coûteuse, il est admis que la population flottante compte actuellement 100 à 150 millions d’individus. Ce constat soulève des questions de fond : dans quelle mesure la migration est elle une réponse à la pauvreté dans les zones rurales ? La migration ne fait-elle que déplacer la pauvreté dans les zones urbaines, générant ainsi une « sous » population urbaine, ou permet-elle une redistribution efficace et équitable de la main d’œuvre ? La migration vient-elle se substituer avantageusement au développement économique dans le secteur rural ou permet-elle de l’alimenter avec les revenus des migrants ?

2En approfondissant différentes dimensions de la migration rurale et urbaine, la contribution de Mei Zhang est donc particulièrement appréciable. L’ouvrage s’appuie sur une étude menée de 1997 à 1998 dans les comtés ruraux de la province du Shanxi. Situé au sud-ouest de Pékin, le Shanxi est une région pauvre dans laquelle 14% de la population vit sous le seuil de pauvreté. La productivité agricole y est faible et l’extraction de charbon l’activité principale. La province du Shanxi constitue une excellente étude de cas, bien que l’émigration y soit rarement dirigée vers les régions côtières méridionales qui attirent traditionnellement la majorité des migrants en Chine. Des entretiens semi-directifs ont été réalisés avec cent ménages incluant des migrants et cent ménages n’incluant pas de migrants, choisis au hasard dans quatre villages. Les entretiens réalisés avec des migrants sur leur lieu de destination sont particulièrement révélateurs. Le parallèle « lieu d’origine - lieu de  destination » est trop souvent négligé dans l’étude des migrations, il s’agit donc ici d’un apport précieux.

3La littérature économique sur la migration interne, un thème classique de l’économie du développement depuis la fin des années 1940, est passée en revue au début de l’ouvrage. Si l’auteur n’est pas censé entrer dans les détails de cet immense corpus, il est dommage que les questions soulevées dans les sphères politiques par la théorie de Harris et Todaro sur le bien fondé d’une migration de masse n’y aient pas été abordées. Ce point de vue aurait pu être mis en contraste avec l’approche plus libérale, évoquée précédemment, qui s’attache à démontrer les effets rééquilibrants de la migration. Il me semble en effet que cette opposition est au cœur des débats sur la situation en Chine.

4Le chapitre 2 fournit de nombreux éléments contextuels tant sur la migration que sur la pauvreté en Chine. De nombreuses données sur les aménagements institutionnels, les politiques et réformes mises en places au cours des dernières décennies y sont fort utilement présentées. L’auteur soutient que, dans le cadre des nombreux programmes visant à réduire la pauvreté, la simplification de la migration des campagnes vers les villes a été utilisée comme un outil relativement peu coûteux, de même que l’assouplissement du système de hukou constitue une tendance. Il reste à définir si la politique publique de migration vise par quelque aspect à réduire la pauvreté. Une politique de réduction de la pauvreté devrait mettre l’accent sur la migration officielle plus que sur les mouvements de migration temporaires et réguler la migration avec d’autres outils que la délivrance coûteuse de permis et de divers documents. Il apparaît que l’actuelle politique migratoire consiste plutôt à fournir une main d’œuvre bon marché au développement urbain tout en protégeant la population urbaine de la concurrence sur le marché du marché du travail et de la pression sociale engendrées par l’afflux de migrants. Qu’une telle politique agisse également sur la pauvreté, ce qui n’est pas à exclure, serait presque le fruit du hasard.

5Le chapitre 3 détaille la méthodologie déjà évoquée pour sa pertinence dans ce type d’études. Les chapitres 4 et 5 constituent les deux piliers de l’ouvrage, décrivant les ménages migrants et non-migrants dans leurs régions d’origine (chapitre 4), puis les migrants pris individuellement dans leur région de destination (chapitre 5). Ce parti pris met en lumière la structure de l’exposé mais ne conduit pas à une étude systématique de l’interaction entre les migrants et les ménages dont ils sont issus. Une organisation différente de l’exposé aurait peut-être permis de mettre en valeur cette interaction qui constitue l’originalité et la force des données. La comparaison entre ménages migrants et non-migrants proposée dans le chapitre 4 offre une description unique du processus d’envoi des individus hors du village. Un certain nombre de traits caractéristiques des migrants sont réaffirmés : ce sont des hommes jeunes dont le niveau d’éducation est moyen ; la présence de « compatriotes » est déterminante pour le lieu de migration et constitue une filière d’information ; les liens entre le migrant et sa famille restent forts. Il est particulièrement intéressant de remarquer que les migrants sont souvent issus de ménages aux revenus moyens : les plus pauvres ne peuvent se permettre le coût que représente la migration, pour les riches, réticents à prendre des emplois « dévalorisants » dans les villes, c’est une opération à faible valeur ajoutée. Mei Zhang évalue les revenus des migrants entre 2000 et 4000 yuans par an, des revenus bien supérieurs à ceux issus de l’agriculture et même à ceux issus d’activités non agricoles dans la région d’origine. Malheureusement, ces revenus ne sont pas investis dans des activités agricoles ou commerciales profitables au développement rural. Ce phénomène est mis sur le compte d’un environnement économique défavorable dans la province du Shanxi. La plus grande partie des revenus est investi dans la construction et la rénovation des habitations.

6Le chapitre 5 offre une description très détaillée des emplois occupés par les migrants. Ils sont principalement employés dans le secteur de la construction mais aussi dans l’industrie houillère, qui occupe une part importante dans l’économie du Shanxi, et dans le secteur manufacturier. Environ la moitié d’entre eux travaillent dans des entreprises d’Etat. Les migrants occupent généralement des emplois précaires et non-qualifiés  (mineur, portier, éboueur, etc), mais leurs revenus sont équivalents à ceux des travailleurs officiels car ils travaillent un plus grand nombre d’heures. Par ailleurs, ils ne bénéficient pas des avantages sociaux octroyés aux autres travailleurs  sous forme d’assurance maladie et invalidité, d’aide au logement ou de retraite. Mais nombreux sont ceux qui préfèrent accepter un statut précaire plutôt que de retourner à la vie rurale.

7Le dernier chapitre opère un retour à la question centrale de l’ouvrage : la migration des campagnes vers les villes peut-elle résoudre la pauvreté rurale ? Sur ce point Mei Zhang répond positivement, bien que de façon nuancée. Les revenus dégagés par le travail des migrants sont en effet importants.  Mais deux facteurs sont à prendre en compte : les revenus dégagés ne bénéficient pas forcément aux pauvres des régions rurales, les migrants n’étant généralement pas issus des ménages les plus pauvres. Il faudrait évaluer le montant des revenus par rapport au niveau de revenu initial des ménages. Dans la lignée d’une longue tradition, l’auteur considère que la migration est peu coûteuse en termes de production agricole car il y a un surplus de main d’œuvre dans ce secteur. Mais si l’on considère que les migrants sont des travailleurs particulièrement productifs, le coût d’opportunité de la migration peut se révéler élevé. L’auteur évoque d’ailleurs la possibilité d’une « fuite des cerveaux », un point qui mériterait d’être étudié de façon plus systématique. Au final, il est possible de considérer que la migration contribue à relever les niveaux de revenu dans les zones rurales, même si l’effet réel sur la pauvreté n’est pas clairement défini. Ce phénomène se produit sans affecter les natifs urbains et au détriment des conditions de vie des migrants dans les zones urbaines. Si la pauvreté est un concept relatif, les migrants se sont - en ce sens - peut être encore appauvris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Gurgand, « Mei Zhang, China’s poor regions. Rural-urban migration, poverty, economic reform and urbanization. », Perspectives chinoises [En ligne], 96 | juillet-août 2006, mis en ligne le 29 mai 2007, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/1012

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revues.org