Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Susan Hunter, AIDS in Asia. A Continent in Peril

Palgrave/McMillan, New York, 2005, 283 p.
Vincent Rollet

Texte intégral

1A l’heure où le centre de gravité de la pandémie de VIH/Sida qui touche au minimum 40 millions de personnes dans le monde, se déplace progressivement vers l’Asie, où le virus a déjà infecté plus de 8 millions d’adultes et d’enfants, le livre de Susan Hunter apporte un éclairage indispensable à la fois historique, politique, économique et social de la situation. S. Hunter, consultante indépendante auprès de certaines agences des Nations Unis (OMS, ONUSIDA, UNICEF) n’en est pas à son coup d’essai puisqu’en 2003, elle publiait Black Death : AIDS in Africa 1, considéré comme l’un des meilleurs livres écrits sur le VIH/Sida. Cette fois c’est sur l’Asie que porte l’analyse de S. Hunter qui, dès le titre de son ouvrage, nous en dévoile la conclusion : face au VIH/Sida, l’Asie est un continent en péril.

2Afin d’étayer cet argument, S. Hunter rappelle, dans un premier chapitre, les chiffres du Sida avec une certaine aptitude à les rendre pénétrants pour le lecteur. Elle rappelle notamment que chaque jour 8 200 personnes meurent du Sida et que 15 000 sont infectées par le VIH  (p. 7). Suivent ensuite un certain nombre de projections statistiques qui ont pour but de donner au lecteur un aperçu des conséquences globales de l’inaction face à cette pandémie sur le continent le plus peuplé du monde. S’appuyant sur divers travaux, S. Hunter parle de plusieurs centaines de millions de cas en Asie d’ici 2025, dont 400 millions venant de Chine, d’Inde et de Russie (p. 10). Elle considère dès lors la question du VIH/Sida comme une menace à la sécurité internationale (p. 8), s’inscrivant à la suite de ces « entrepreneurs de sécurité » qui depuis 2001 font le lien entre la sécurité internationale et le VIH/Sida afin de donner à l’épidémie une plus forte priorité sur l’agenda politique international.

3Dans la suite du livre, l’histoire du VIH/Sida est dépeinte comme une histoire de pouvoir (history of power), opposant ceux qui le détiennent et ceux qui ne le détiennent pas. Selon S. Hunter on retrouve ce conflit tout d’abord à travers les dynamiques principales de la propagation du virus en Asie, notamment dans ce qu’elle appelle les « pompes a infection » (infection pumps) : la vétusté des systèmes de collecte de sang, l’errance de millions de travailleurs migrants, l’explosion des industries du sexe et des drogues et les dangers épidémiologiques liés aux systèmes carcéraux (chap. 2). Une histoire de pouvoir ensuite opposant les pays « du centre » (les pays occidentaux) et ceux « de la périphérie » (les pays en développement), pour reprendre la rhétorique d’un courant d’inspiration marxiste des Relations Internationales connu sous le nom d’« Ecole de la dépendance », à laquelle S. Hunter semble très attachée. En effet, en explorant les raisons plus profondes du VIH/Sida en Asie, notamment la pauvreté, S. Hunter défend l’idée que la colonisation européenne en Asie a eu pour effet dévastateur l’accaparement des richesses de la région par les puissances coloniales et un retard d’au moins 200 ans à la fois du processus démocratique et de la modernisation de la région (chap. 3). A cet héritage, dont les séquelles contemporaines sont nombreuses, s’ajoutent des facteurs plus récents : scandales de sang contaminé, trafic de drogue et d’être humains, développement rapide de l’industrie du sexe, augmentation des populations flottantes, faible accès aux systèmes de santé pour les plus vulnérables, engagement limité des gouvernements, corruptions des élites,… qui expliquent l’énorme difficulté pour des pays comme la Chine (fin du chap. 3), l’Inde, le Bangladesh, le Cambodge et la Birmanie (chap. 4), de contrôler la pandémie actuelle de VIH/Sida.

4Comme l’utilisation de drogues intraveineuses, plus précisément le partage de seringues infectées, représente aujourd’hui l’une des voies principales de transmission du VIH en Asie (entre 30% et 90% selon l’ONUSIDA), S. Hunter fait le point sur le rôle de l’industrie internationale de la drogue dans le développement des sociétés asiatiques depuis le 17ème siècle (chap. 7). Elle rappelle tout d’abord que si la culture et la vente de l’opium ont été au cœur de la compétition européenne en Asie, sa commercialisation mondiale sous la forme d’héroïne est, comme le dit Alfred McCoy, spécialiste du trafic international des drogues : « le point culminant de quatre siècles d’intervention occidentale dans cette région » (p. 142). Après avoir souligné le rôle des Européens dans ce triste commerce, une mention spéciale est faite à celui de la CIA. En effet, les interventions secrètes de cette agence dans le Triangle d’Or puis en Asie centrale, en plein conflit idéologique de la Guerre Froide, ont indéniablement contribué au renforcement des infrastructures de production de produits narcotiques en Asie et permis à ces deux régions de devenir les principaux fournisseurs d’héroïne sur le marché mondial. Cette production de drogues aurait à la fois renforcé la coupure  de certains pays asiatiques des ressources économiques légales de la communauté internationale, transformé certaines sociétés en sources importantes d’instabilité internationale, et préparé le terrain à la pandémie de VIH/Sida que nous connaissons aujourd’hui.

5Mais l’histoire de pouvoir caractérisant l’évolution du VIH/Sida se retrouve aussi à une échelle individuelle, notamment dans les rapports de genres. S. Hunter souligne en effet combien en Asie, les hommes continuent de dominer ou contrôler les femmes à la fois en termes politiques et d’accès à l’information, aux ressources économiques, à l’alimentation et aux loisirs, mais aussi en ce qui concerne leur liberté sexuelle, leur mobilité, leur intimité, leur spiritualité ainsi que leurs croyances sur leur propre nature (chap. 6). Nous noterons dans ce chapitre une analyse particulièrement éclairante de la relation entre genres, religions et exposition au VIH/Sida (p 197 et suivantes). Par ailleurs, S. Hunter rappelle que le déséquilibre de pouvoir est aussi intergénérationnel, favorisant la vulnérabilité des enfants face au VIH/Sida et des orphelins de l’épidémie (chap. 7). Ces inégalités se matérialisent aujourd’hui en Asie par une tendance similaire à celle que l’Afrique a connue dès 1998, à savoir le resserrement rapide du ratio homme/femme de l’infection par le virus, aux dépens des femmes2, et une croissance inexorable du nombre d’enfants et de jeunes adultes infectés.

6Finalement, parce que tout au long de son livre, S. Hunter montre que l’épidémie façonne en définitive un nouveau chapitre du combat mondial pour l’équité entre genres, classes et générations, elle conclut sur la relation entre l’épidémie de Sida et les violations des droits de l’homme dans le monde. Pour ce faire elle s’attarde certes sur les gouvernements répressifs à l’égard des personnes séropositives et des « groupes à risque », mais aussi sur les politiques insensées prônant l’abstention contre le VIH/Sida - qu’elle qualifie par ailleurs de « djihad tranquille » (quiet jihad) (p. 263) - , ainsi que sur les obstacles dressés par les géants pharmaceutiques occidentaux à l’accès aux médicaments génériques.

7Au fil des chapitres de cette histoire politique et sociale du VIH/Sida en Asie, le lecteur peut se faire une idée générale de la situation en Chine. En effet, S. Hunter montre brièvement comment l’épidémie de VIH/Sida est apparue en Chine et combien elle est aujourd’hui sévère puisque selon différentes sources, les chiffres oscillent entre 650 000 et 2 millions de personnes infectées, malgré un taux de prévalence qui reste bas. Cependant, dans l’analyse de la réponse apportée par la Chine à cette situation, S. Hunter aurait pu être plus mesurée et plus exhaustive.

8On ne peut pas démentir que pendant trop longtemps les autorités centrales et locales chinoises, comme le rappelle S. Hunter à de multiples reprises, ont tout d’abord gravement manqué de transparence en ce qui concernait l’état réel de la propagation du VIH/Sida sur leur territoire, avant de nier l’existence de pratiques humainement odieuses de collectes rémunérées de sang, à l’origine d’une contamination de grande ampleur dans le centre du pays qui a fait notamment plus de 200 000 orphelins dans la province du Henan. Cependant, en rester là comme aurait tendance à le faire S. Hunter ne permet pas de donner une vision équilibrée et dynamique de l’évolution de la réponse chinoise face au VIH/Sida. Il semblerait en effet que depuis l’affaire du sang contaminé dans le Henan en 2001 et les pressions – intérieures et extérieures – pour une plus grande transparence et un engagement chinois dans une lutte efficace contre l’épidémie, un certain nombre d’étapes aient été franchies par les autorités chinoises. Une stratégie nationale reposant sur deux plans quinquennaux a en effet vu le jour, l’engagement financier dans la lutte contre le VIH/Sida a substantiellement augmenté, le gouvernement a mis en place sa politique des « 4 gratuits et 1 soin3 », un certain nombre de lois ont été édictées, notamment contre la discrimination et la collecte rémunérée de sang, et un nombre croissant de provinces ont accepté de mettre en place différents projets pilotes soutenus par des programmes bilatéraux de coopération, des organisations internationales ou des ONG internationales. Par ailleurs, bien qu’on ne puisse parler de « société civile » en Chine et de liberté d’expression sur un sujet qui reste extrêmement sensible, S. Hunter aurait pu être plus exhaustive et souligner avec plus de force l’engagement d’associations locales et d’individus (sociologues, médecins, juristes, personnes séropositives), faisant un travail remarquable pour influencer les autorités, soigner et soutenir les malades, promouvoir la prévention et protéger les droits des personnes séropositives. Ne pas en parler donne en effet l’image d’une société chinoise amorphe et dans l’attente de solutions émanant exclusivement des instances officielles.

9En définitive, face à cette épidémie, on se rend compte que la principale difficulté aujourd’hui pour la Chine vient d’une réelle incapacité à mettre en pratique au niveau provincial et local ce qui a été décidé au niveau central, bien plus que comme semble l’avancer S. Hunter, d’un refus du gouvernement chinois d’agir (p. 11 et p. 95). Or à l’origine de cette situation, plusieurs facteurs peuvent servir de explication première. Tout d’abord, le niveau de pauvreté qui mine l’accès de 500 millions de Chinois, vivant avec 2$/jour, aux traitements et aux soins, même quand ceux-ci sont rendus disponibles par les programmes nationaux. Vient ensuite le manque persistant d’engagement et d’ouverture de certaines provinces – le Henan notamment – qui ne considèrent toujours pas le VIH/Sida comme une priorité et préfèrent s’atteler au soutien de la croissance économique pour satisfaire les autorités centrales. Dans ce cas, les lois et les programmes relatifs aux VIH/Sida ont beau exister au niveau national, les autorités provinciales et locales ne jugeant pas urgent de les suivre ou de les mettre en place de manière efficace, les personnes victimes du VIH/Sida n’en bénéficient pas. La vétusté et le sous-financement du système de santé qui incitent les hôpitaux à rechercher le profit, représente aussi un obstacle de taille à leur engagement dans la lutte contre le VIH/Sida qui s’avère bien peu lucrative à leurs yeux. Enfin, le manque de personnels formés et la constante difficulté pour les associations dans un certain nombre de provinces de promouvoir les soins, le soutien et la protection juridique des personnes séropositives, amputent les initiatives centrales des ressources humaines indispensables à l’efficacité de la lutte contre l’épidémie. Reste que si S. Hunter a pu passer rapidement et de manière assez générale sur l’étendue de la réponse chinoise – étatique et non-étatique – face au VIH/Sida, cela vient vraisemblablement de l’impossibilité de couvrir de manière exhaustive un si vaste sujet dans une région aussi étendue ; on ne peut donc lui en tenir rigueur.

10Cela étant, il nous semble regrettable que Taiwan n’ait que trop rarement été mentionné.  Notamment parce que l’île connaît une croissance annuelle des cas de VIH de 20%, qu’il s’agit du premier pays en Asie à avoir dès 1997 fournit gratuitement des anti-rétroviraux aux patients séropositifs, et que de nombreuses ONG locales y sont engagées à lutter contre le VIH/Sida.

11Enfin, une dernière critique concernerait l’emploi dans ce livre d’un certain nombre de statistiques parfois scientifiquement discutables. En effet dans son premier chapitre, S. Hunter fait le choix d’utiliser les projections statistiques de l’analyste politique N. Eberstadt, souvent contestées pour leur catastrophisme et pour être à l’origine d’un spécialiste ayant peu d’expérience dans la modélisation des maladies infectieuses. Par ailleurs de nombreuses statistiques manquent de références bibliographiques ou proviennent uniquement de rapports rédigés par des acteurs faisant de l’advocacy. Ainsi S. Hunter avance qu’en Chine : « well documented sources indicate that the number of infections is closer to 20 millions » (p. 10), sans nous donner plus de précisions sur ces fameuses sources. Ceci ôte malheureusement à l’ouvrage un certain crédit scientifique.

12Cependant, S. Hunter ne semble pas avoir voulu écrire un ouvrage académique en soi, mais plutôt un livre fortement engagé, plaidant pour une urgente action en Asie et cherchant à toucher profondément le lecteur, notamment en personnalisant l’épidémie grâce aux récits individuels figurant en préambule de chaque chapitre. Au final, il s’agit d’un livre dense et sans détours, indispensable à toutes celles et ceux intéressés par la gestion des défis globaux contemporains parmi lesquels l’« épidémie silencieuse » du VIH/Sida s’impose comme une priorité.

Haut de page

Notes

1 Susan Hunter, Black Death : AIDS in Africa, Palgrave/McMillan, New York, 2003.
2 Le cas de la Chine est à cet égard caractéristique de cette tendance puisqu’en 1995, le ratio femme/homme était de 1:9, alors qu’en 2001, il se resserrait autour de 1:3,4.
3 Gratuité des ARV, gratuité de la prévention de la transmission mère-enfant(s), gratuité des tests volontaires et des conseils, gratuité de la scolarité pour les orphelins du Sida et soins aux personnes vivant avec le VIH/Sida dans 127 sites du pays.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Rollet, « Susan Hunter, AIDS in Asia. A Continent in Peril », Perspectives chinoises [En ligne], 96 | juillet-août 2006, mis en ligne le 29 mai 2007, consulté le 25 mars 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/1006

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page